Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 8
Invisible : 0
Total : 9
Équipe de gestion
· In Poésie
13372 membres inscrits

Montréal: 12 juil 23:57:38
Paris: 13 juil 05:57:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Comme une chose étrange élégante et mystique Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jean
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
20 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2007
Dernière connexion
19 août 2014
  Publié: 6 avr 2012 à 05:43 Citer     Aller en bas de page

Comme une chose étrange élégante et mystique
La voici tout entière exposée à tes yeux
Et tout ce qu’elle t’offre impatient pathétique
Cueille-le sans tarder comme un ogre curieux

Ou comme cet enfant qui s’amuse à serrer
Étendu dans le pré un peu de terre humide
Plonge dans ses cheveux ta grosse main avide
Et renifle cent fois son intime beauté

Il n’y a sache-le comme uniques prémisses
Que le long et profond et douloureux désir
Et l’instant qui se meurt et le vent qui s’immisce

A jamais dans le ciel de ton cœur cristallin
Et le nuage fou des vaporeux soupirs
Que tu regretteras vieil imbécile humain.

 
hisaka


Plus les sentiments sont forts, plus la chair a mal. [Weihui]
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
299 commentaires
Membre depuis
29 mars 2012
Dernière connexion
26 août 2014
  Publié: 6 avr 2012 à 06:02
Modifié:  6 avr 2012 à 06:04 par hisaka
Citer     Aller en bas de page

Triste révérence, mais d'une justesse touchante.
Pour ma part je n'y lisais pas de femme enfant, mais un hommage rare et délicat pour le plus vieux métier du monde, face à une humanité brutale et rustre.
Mais ton commentaire m'invite à la réflexion.
Merci pour cette lecture.

  Les vers sont des rêves. Ils se vivent, se partagent...et parfois tracent la réalité.
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15511 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 6 avr 2012 à 06:05 Citer     Aller en bas de page

"Il n’y a sache-le comme uniques prémisses
Que le long et profond et douloureux désir
Et l’instant qui se meurt et le vent qui s’immisce "

J'aime beaucoup...beau et triste à la fois...

Alex

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
717 poèmes Liste
15267 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
12 juillet
  Publié: 17 mai 2012 à 04:47 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean
Comme une chose étrange élégante et mystique
La voici tout entière exposée à tes yeux
Et tout ce qu’elle t’offre impatient pathétique
Cueille-le sans tarder comme un ogre curieux

Ou comme cet enfant qui s’amuse à serrer
Étendu dans le pré un peu de terre humide
Plonge dans ses cheveux ta grosse main avide
Et renifle cent fois son intime beauté

Il n’y a sache-le comme uniques prémisses
Que le long et profond et douloureux désir
Et l’instant qui se meurt et le vent qui s’immisce

A jamais dans le ciel de ton cœur cristallin
Et le nuage fou des vaporeux soupirs
Que tu regretteras vieil imbécile humain.



Jean merci pour ce poème elegamment presenté qui offre plusieurs réflexions...
J'aime avant TOUT ce regard mystique du corps n'importe si d'une femme ou d'un homme , la fusion des corps a quelque chose d'insaisissable pendant que même dans la poésie le tout est vu seulement comme une liste de gestes et science du toucher etc...
La situation que tu décris accentue la sensation de sacrilège ...
Amicalement
galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16142 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 29 juil 2014 à 03:32 Citer     Aller en bas de page

j'aime....

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
119 poèmes Liste
5548 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
11 juillet
  Publié: 29 juil 2014 à 04:05 Citer     Aller en bas de page

Le désir devrait toujours être partagé...
Une belle plume.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Bernylys

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
4156 commentaires
Membre depuis
24 septembre 2010
Dernière connexion
26 janvier 2019
  Publié: 30 juil 2014 à 16:34 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Jean,

Une plume que je découvre en ce sonnet de toute beauté.

Belle soirée.
Bernylys

  Tous mes textes sont protégés par copyright n° 00050359-1 * Enfant, je rêvais d'un lendemain meilleur; adulte, je rêve d'un monde meilleur. * Bernylys ~ Edelweiss
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 756
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Sans jamais rien regretter (Tristes)
Auteur : Elisa
Je n'oublierai jamais... (Tristes)
Auteur : songe d'un jour

 

 
Cette page a été générée en [0,0300] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.