Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 8
Invités : 39
Invisible : 0
Total : 47
· Aude Doiderose · les mots s'envolent · Alphonse BLAISE · actuaire · Didier · Mr.Esthers · dandy d'Hygie
Équipe de gestion
· Ishtar
12354 membres inscrits

Montréal: 2 oct 10:28:07
Paris: 2 oct 16:28:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Contes fantastiques :: trisiand 14 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
angetine au sol
Impossible d'afficher l'image
merci à tous, votre amitié sera à jamais ma toison
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 9 févr 2008 à 16:16
Modifié:  24 juin 2010 à 18:17 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Le pija s’agenouilla.
-ma fille, que fais tu là ? je….
-Papa, écoute-moi attentivement. A la suite de ma mort, tu as apposé ce sceau sur l’arbre, en échange tu as obtenu pour ton peuple la vie éternelle et le savoir mais as-tu conscience de tout ce que tu as perdu ? En ne pleurant plus tu m’as oubliée et faite prisonnière d’un monde où n’existent ni sentiment ni espoir. J’errais dans ce monde sans but et sans vie devenu le seul être doté d’un cœur. A plusieurs reprises j’ai tenté de t’expliquer mais tu avais rompu tout pont sentimental. Vos esprits devenaient de plus en plus fermés. J’ai donc décidé d’apporter quelqu’un de nouveau qui saurait et comprendrait.
Séranie, c’est toi qui l’as emmenée ici !
-Oui Ysiur, c’est moi mais lors de sa traversée, je l’ai perdue, elle a atterri entre de mauvaises mains mais tu as su intervenir à temps Ysiur. Il n’y avait que par elle que je pouvais rétablir le contact et vous expliquer. Grâce à Ysiur, qui a su braver tous tes interdits père je peux enfin te parler.
-Mais comment pouvais-je le savoir ? j’avais tellement mal, tu es partie si vite ! as-tu pensé à moi ?
-L’amour ne se commande pas ainsi que les sentiments. J’ai fait mon choix, il m’appartenait de choisir mon chemin. Mais toi quelle folie s’est emparée de toi ? Toi qui répétais naguère que les sentiments étaient sources de sagesse, priver tout un peuple…
Ysiur tomba à genoux, la main sur la poitrine.
Paru que m’arrive t il ? Pourquoi ai-je mal...
-ton cœur est revenu, Ysiur, il reprend ses droits et te réapprend la vie.
-Toutes souffrances et joies que vous n’avez pu exprimer remontent à la surface. Un cœur est le refuge de vos émotions sans lui, vous n’êtes aptes qu’à penser sans passions. Durant toutes ces années, vos choix ont été guidés par vos apprentissages. La culture qui vous a été enseignée a été mère de vos actions.

-Que dois-je faire ?
-Apprends à vivre avec les joies comme les peines car un monde est fait de contraste. Il n’y a pas de lumière sans noir, de bruit sans silence, on ne peut rien avoir sans son contraire.

Que va devenir Séranie ?
-Je ne sais si elle supportera mon apparition. Tous les changements que vous avez vécus sont passés par elle. Je suis désolée Ysiur, je ne peux rien te promettre.

C’est injuste ! pija, à cause de vous et de votre égoïsme je vais perdre quelqu’un. Je ne sais ce qu’elle représente pour moi mais je ne veux pas la voir mourir par votre faute je l'…
-Tu l’aimes Ysiur.
C’est donc cela l’amour. La légende est donc vraie ce sentiment existe. Je comprends tout. Pourquoi vous vous êtes donné la mort après cette bataille. Jusque là je ne voyais pas pourquoi vous aviez fait ce geste si dénoué de sens pour moi mais maintenant je comprends tout. Mes mots qui ne viennent pas, mes gestes incontrôlés et Séranie.

-Ysiur, pardonne-moi, je ne pouvais t’expliquer tout cela.
Je comprends Paru ne t’inquiète pas, je comprends.
-il faut que je te dise une dernière chose Ysiur, Séranie risque d’avoir tout oublié sur vous, je…
Non, finissez votre phrase, ne partez pas, que dois je faire avec Séranie.
-ma fille pourquoi t’en vas-tu ?
-Pija, elle s’en va, laisse la, la lumière et son autre vie l’appelle ! Cesse de vouloir tout retenir et accepte que les choses soient éphémères.
Séranie perdit son auréole blanche, suspendue dans le vide, le temps semblait s’être arrêté.
Paru, pourquoi ne puis-je plus parler avec elle ?
-Nous ne pouvons plus voler, nous n’avons plus la possibilité de nous téléporter ni de comprendre une langue étrangère. En acceptant nos cœurs nous réfutons toute connaissance car pour vivre, il faut faire des sacrifices. Une vie est courte est l’on ne peut avoir ce que l’on veut. Choisir sera donc notre chemin dorénavant.
Pourquoi vole-t-elle alors ?
-Je ne saurais te répondre Ysiur, elle défie toutes mes connaissances mais suis ton cœur ce sera le seul conseil que je pourrais te donner dorénavant.
Comment suivre quelque chose que je ne connais pas ?
Séranie, à ce moment là, joignit ses mains, la robe blanche se balançait toujours au rythme du vent. Doucement, elle descendit et son corps telle une plume se déposa sur le sol.
Séranie, c’est Ysiur, ouvrez les yeux, c’est moi, me reconnaissez-vous ?
Cependant, rien ne vint animer le corps de la jeune fille. Ysiur rongé par ce nouveau mal, courba la tête et son regard se fixa sur le bracelet.
Pija, je sais, rendez lui l’opir bleu !
-Pardon ?
Oui durant la loi des coupes, lorsque vous tentiez de l’effacer de notre monde, vous lui avez pris son opir bleu, rendez la lui !

-Ysiur, mon garçon, je ne peux plus, mon cœur m’a été rendu aussi, je ne saurais redonner son opir à cette jeune fille.
Comment ça vous ne pouvez pas ? Je ne peux le croire, je vais…
-Ysiur, arrête ! à quoi cela te servirait de taper sur notre pija, ce n’est pas cela qui rendra la vie à Séranie.
Paru, que dois-je faire alors ! Sans cela jamais elle ne se réveillera, ni ne se souviendra de moi !
Sous cet aveu, Ysiur fondit en larme sur le corps inanimé de la jeune fille. Tout était perdu.
Je la ramène en son monde. Paru, L’ancienne porte du tronc fonctionne-t-elle toujours ?
-sais-tu qu’en passant la porte, il te sera interdit de marcher lors de ton retour ?
Paru, fonctionne-t-elle toujours ?
-je le pense.
Sans mot, Ysiur transporta Séranie dans ses bras jusqu’au tronc. Il posa la main de la jeune fille sur le bois. Dans un grand éclat, le tronc s’entrouvrit. Le pied d’Ysiur franchit le pas lorsque Séranie ouvrit les yeux.
-aaaaaaaaaaaaaaaaaa ! qui êtes-vous lâchez moi ? A l’aide !
sichita elax tira.
-au secours ! laissez-moi
En se débattant, Ysiur perdit le contrôle et Séranie fut lâchée dans la lumière. La porte se referma. Ysiur tomba à terre, ses jambes ne répondaient plus mais qu’importe elle l’avait oublié.


angetine au sol


  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
352 poèmes Liste
20637 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 9 févr 2008 à 16:29 Citer     Aller en bas de page

Oh noon!

Ça ne va pas se finir comme ça?

Dis moi qu'il y a une suite, dis moi!!!!


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
angetine au sol
Impossible d'afficher l'image
merci à tous, votre amitié sera à jamais ma toison
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 9 févr 2008 à 17:09 Citer     Aller en bas de page

que dois je te répondre?

Angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
352 poèmes Liste
20637 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 9 févr 2008 à 17:17 Citer     Aller en bas de page

Qu'il y a une suite!

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
angetine au sol
Impossible d'afficher l'image
merci à tous, votre amitié sera à jamais ma toison
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 9 févr 2008 à 17:21 Citer     Aller en bas de page

Je l'ai sous la main!
je te fais languir ou je la publie?
Ne dis pas que je suis méchante!
stp c'est juste que la fin d'une histoire est comme tu l'as dit soulageante et triste à la fois!
donc je profite du moment de suspense de ma seule lectrice qui je tiens à le dire, sans toi cette histoire n'aurait jamais vu la fin! aussi sérénie est telle lunastrelle car en toi l'inspiration m'est venu! merci pour tout
jamais tu ne sauras ce que mon coeur te délivre car les mots ne vont pas avec mon ressentit

angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
352 poèmes Liste
20637 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 9 févr 2008 à 17:24 Citer     Aller en bas de page

Comme tu veux... Je connais ce pincement, et j'aimerai lire la fin ce soir, mais si tu veux entretenir le suspense plus longtemps....


Je ne sais que dire de ce que tu viens de me dire... je suis muette d'émotions, sincèrement...

Je ne sais pas ce que ton coeur me délivre, mais je le ressens et le devine...


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
angetine au sol
Impossible d'afficher l'image
merci à tous, votre amitié sera à jamais ma toison
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 12 mars 2008 à 12:39 Citer     Aller en bas de page

trisiand sans lunastrelle n'est pas trisiand sincèrement
merci pour tout

amitié éternelle

angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Rêveuse de Bulle


Enfant des nuits noires.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
1617 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2006
Dernière connexion
3 avril 2011
  Publié: 14 avr 2008 à 07:27 Citer     Aller en bas de page

Angetine, j'espère juste que cela se terminera bien...
Si cela ne se fait pas je t'appelle toute à l'heure et je te hurle des noms d'oiseau au téléphone !!!!

... C'est vrai quand même ils sont si mignons tous les deux, tu ne vas pas leur faire du mal, hein ???

  Ne contemple pas le sac pesant sur tes épaules, et fonce vers le chemin qu'il te reste à parcourir...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1124
Réponses: 7
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0618] secondes.
 © 2000 - 2014 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.