Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 457
Invisible : 0
Total : 458
· ALPETE LION
13194 membres inscrits

Montréal: 5 juin 08:44:29
Paris: 5 juin 14:44:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: L'averse. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
A.D(sl)
Impossible d'afficher l'image
Comment qu'c'est qu'on devient membre, chef?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
145 poèmes Liste
193 commentaires
Membre depuis
12 novembre 2007
Dernière connexion
8 mai
  Publié: 30 juin 2011 à 15:49
Modifié:  30 juin 2011 à 18:06 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

Écoute s’il pleut,
Aux portes closes,
Aux fenêtres,
A la barbe métallique des gratte-ciel,
Au nez des becs gazeux,
Sur nos êtres,
Dans nos cœurs,
Dans nos yeux...

Écoute,
Si la pluie verse,
Si vient l’averse,
Si vient la pluie,
Si la pluie lance
Ses transparences.

Écoute,
Les gouttes,
La versatilité du ciel,
L’aversion de la rue pour l’ondée brève
Ou longue,
Les versifications malhabiles,
Des larmes célestes sur le goudron,
Ces armes à dérouter les oblongues
Impatiences, puis ces robes longues
Qui scellent des serments les causes,
Dérision et précipitation de la rue font le ménage… et la révérence.

Écoute,
L’humeur morose
Les pavés rendus à la solitude,
La ville est un lit alors où les autres nous rêvent,
Nous imaginent,
De toutes pièces nous créent,
A la craie sur un mur « liberté » à la va-vite écrit,
À la longue se délite au fil du ruissellement,
Au fil de l’au-delà de ce présent
Une autre pluie fera courir sur ton visage des serpents factices en robes de diamants.
Et tu seras belle,
Et je ne serai plus là pour te tendre la main,
C’est toi qui me rêveras alors,
Dans tes draps, dans ta nuit, au creux de ton ventre,
Et la ville ne sera plus qu’un cloître,
Où tu seras religieuse… aimante.


Écoute la pluie,
Son chant joli,
L’attraction des corps, de nos corps, de nos lèvres qui s’appellent et se manquent.
Et les grenouilles aux bénitiers font des couacs,
Le soleil est mort dans le matin,
Les cloches distribuent des flagellations sonores,
On bat les buissons pour débusquer les ouailles,
On délie les amants,
C’est l’heure des pluvieuses funérailles,
On renoue les fils des communications,
Et les croix aux giratoires modernes indiquent l’heure de l’ablution.
Dans l’aube longue,
Dans l’aube grise,
Dans l’aube où s’écharpent les songes,
La pluie va des offenses passer l’éponge,
Des actes changer les faits,
Des corps, laver les forfaits amoureux et brouiller les cartes sous une pluie douche où en pointillés sous la dentelle se dévoilent des chemins de travers.
Derrière on change le décor.
Une pluie douche comme une étuve. Dans le réceptacle l’eau fait tourbillonner les souvenirs de la nuit et les emporte, la vapeur fait le reste… et les bulles sitôt formées sitôt écloses n’enfantent plus rien pas même la magie !
Au dehors la pluie délave les couleurs,
Et les mines,
Et les figures ouvrières,
Les éminences grises sont des parapluies l’envers,
Et sur l’endroit l’eau ruisselle,
Les caniveaux sont des mers où croisent des bateaux,
Dans ce matin nous prendrons les voiles, nous prendrons une poudre à nous faire absence,
Nous irons nous consacrer,
Sous la pluie,
Sous les gouttes,
Sous l’ondée,
Sous l’ondoiement de ta chevelure dans cette nuit orageuse, j’avais un fond d’œil en soleil, des soleils régénérants à faire de l’ombre aux artifices consommables, j’étais au chaud sur ton ventre, sur ta peau… j’étais enfant avec toute l’innocence dévolue à mon rang.
J’étais…
Nous étions de ce monde deux latences,
Nous étions….
Viens on leur laissera leur soleil,
N’ayez crainte !
Allez réveil !
N’ayez crainte, vomissez vos cauchemars, nourrissez vos espoirs, entretenez vos bas-de laines, en bas Madeleine s’essouffle aux vitres de la routine, elle roule seule, sans jamais maudire. Il y a toujours un flash quelque part prêt à vous détrousser. Je sais des petites-gens qui se baignent aux fontaines de la virtualité pour se sentir du monde vivants, et qui, en un clic donne la becquée à une tripotée de canards boiteux et boitant. Ils n’ont que ça…
On vous le laisse votre soleil et tous ceux à venir, nous gardons la pluie comme une eau régénératrice,
Et dans le reflet de ton regard,
Dans le reflet des ces flaques miroirs en m’éloignant, je vois la résultante d’une séparation,
J’airai me pendre aux hasards !
Écoute s’il pleut,
C‘est pas grave, ça passera…
La pluie,
L’amour,
La vie,
Le reste…
Écoute les tambours sur des peaux de chagrin battent la mesure,
Il pleut écoute…


Écoute s’il pleut,
Aux portes closes,
Aux fenêtres,
A la barbe métallique des gratte-ciel,
Au nez des becs gazeux,
Sur nos êtres,
Dans nos cœurs,
Dans nos yeux...


C’est pas grave ça passera,
Demain
Nous serons ….
Je t'aime...

  Mon Saigneur il est l’Or la maison est au café !
Iloa


Un sourire ou une Grimace...au choix !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
127 commentaires
Membre depuis
28 mars 2011
Dernière connexion
2 mai 2012
  Publié: 30 juin 2011 à 16:00 Citer     Aller en bas de page

C'est une tornade ton texte. On se sent aspiré d'un seul souffle.
J'ai adoré te lire.
Merci beaucoup.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
484 poèmes Liste
22887 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 1er juil 2011 à 01:57 Citer     Aller en bas de page

Effectivement, c'est un très beau poème, j'ai écouté en même temps que tes mots, cette pluie qui dit tant de choses sur la vie, l'amour, le reste, comme tu as si bien su nous le faire partager
Amitiés ODE 3117
A mettre dans mes favoris, mais je n'ai plus de place; C'est quand même un coup de coeur.

  OM
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9820 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 1er juil 2011 à 06:27 Citer     Aller en bas de page

A.D(sl)


Un texte remarquablement bien écrit, j'aime les averses, parce qu'elles sont courtes avec de grosses gouttes, j'adore toutes ces expressions tellement pleines d'images...Magnifique texte....

Dans mes "Autres favoris"

Sélénaé

 
A.D(sl)
Impossible d'afficher l'image
Comment qu'c'est qu'on devient membre, chef?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
145 poèmes Liste
193 commentaires
Membre depuis
12 novembre 2007
Dernière connexion
8 mai
  Publié: 3 juil 2011 à 06:31 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous.
A plus...

  Mon Saigneur il est l’Or la maison est au café !
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1480
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0318] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.