Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 30
Invisible : 0
Total : 33
· ecrivaindunjour · Chlamys · Abdelghani EL MADANI
13157 membres inscrits

Montréal: 10 déc 13:56:42
Paris: 10 déc 19:56:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : les Ephémères (Avril 2010): le monde parallèle :: Pangemonium Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 10 avr 2010 à 00:58
Modifié:  26 juil 2010 à 14:11 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Pangemonium*




Que le vent emporte mes notes d’antre monde aux échos intimes bruissant dans le temps d’aime. Oui, je le veux de toute mon inspiration, quitte à m'étrangler d'avoir trop vu...

Je n’ai pas peur de l’obscurité cachant la lumière de mes pas d’hier. Après tout, rien n'est éther d'ailes. Je suis là, tu es moi, il est tant de dires qui s’affolent dans ma cage thoracique. L’herbe blonde saura semer ce chemin de verre qui me conduira vers la graine du maraudeur originel. Dire que j’ai eu tant de peine autrefois à l’apprivoiser… C’est un exil au goût de cerise, dont chaque morceau enivre d’un nectar empourpré de pulsars. Le soleil est l’allié de mes nuits, l’alien de mon être, tandis que les astres cristallisent ce parfum liquide me brûlant les veines. Bien clair est cet instant tanné d’azur et de mer, l’aurore originelle s’est dévêtue avec un peu trop d’ivresse. Mon soufre au cœur s’accélère sous les coups de sommeil. Je ne joue pas, je suis aveugle et ma seule main est ce jardin secret que je peins, déchire, puis repeins, esquisse... Bien lactescent est cet œil-univers, comme si à l’intérieur s’y trouvait un nuage. En cette seconde immortalisée se cache une luciole apeurée, tournoyant entre les doigts des dieux.

Pourtant, je n’ai rien vu. Il y a tellement de tremblements inconnus qui germent en un être dont la chair créatrice ne peut être un tableau vivant de la galaxie. Ce n’est qu’une nature morte déjà disparue, et sacrifiée à des âmes nées lumières de ce lieu… Ou juste une combinaison par allèle selon cette bulle frêle ciselée dans le vers…

Imaginez un instant la robe d’un fragment de poussière. Elle est grisée d’érosion et d’accrétion aux limites finies. Avant, il fut un monde auréolé d’images endommagées d’imaginations magistrales par des mages aux imaginaires marginaux. Tandem de thèmes à l’anathème aime/haine. Sirène saisissant son sort pour ensorceler de sa sensualité sans cesser son serment… Tant de jeux de sons pour arriver à…
Nulle part…
Ou ailleurs, tout dépend de la perception que l’on a des mots. Ici, pas de calcul, pas de miroir. Tout ceci vit au diapason d’une même mélodie : celle de la vie à mort pour un outre monde… Ou quelque chose comme cela qui y ressemble, mais qui n’est pas tout à fait lui-même. Il faut dire que des kilomètres sont prêts à être dévorés, entre le sirop des sentiments et le bourreau des chœurs il y a du choix… C’en est une assasoésie… Sauf qu’il n’y a pas de sang, juste des baisers d’encre aux teintes évoquant mes journées obsidiennes. Bref, des incohérences avec beaucoup de contresens habillés d’horribles logiques…

Pardonnez mes marées noires, ainsi que mes errances vespérales ! J’ai oublié la route du retour, ou alors la direction, je ne sais plus… Si ce n’est pas le sens qui s’est échappé, qui peut le savoir ? Qui peut me le dessiner, ça ? Il y a encore beaucoup de ronds dans un carré, ça me revient vu que je panse chaque heure de mes doigts défaits pour arrondir les angles… Et tous les cercles sont faits de droites se prolongeant à l’infini de mon cœur… Symétrie de la poévie… Jusqu’à l’amor de nos cachettes éprouvées par le monde qui passe… Et le Temps, lui ? Il tournoie. Il est là, juste en nous. C’est une flamme rose qui lèche nos bleus de pacotille. Quant à eux ils blessent, j’en ai bien peur, et versent tant de sucre pour que les plaies existent sans se creuser… Et le sel est si aléatoire…

Pardon, c’est ce sanglot final qui exulte de ma gorge croisée de fer et de miasmes d’or. C’était mon refuge, juste un petit moi parallèle qui continue d’être… Et il ne partira pas, même si l’enfant est mort-nuit…
Au moment où… Je m’apprêtais… À l’an volé…
Et… Je…

(…)





©Lunastrelle




*Pangemonium : néologisme : Pandémonium + Pangée. Ici, le sens de Pandemonium est un peu changé avec l’introduction du mot Pangée. A l’origine, le Pandemonium est un monde régi par le chaos et désigne l’enfer sur un plan astral. Pangemonium a pour signification un monde parallèle, étrange, et aux règles sortant un peu d’une boîte de Pandore.
**assasoésie : néologisme : Assassinat + Poésie
***Poévie : poésie + vie, néologisme qui n'est pas de moi, et que j’emprunte à une poétesse

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Emelle
Impossible d'afficher l'image
courage à tous ceux qui souffre, accrochez-vous à ce que vous pouvez, il y a des gens qui se battent
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
251 poèmes Liste
542 commentaires
Membre depuis
20 mars 2010
Dernière connexion
21 juin 2016
  Publié: 10 avr 2010 à 01:59 Citer     Aller en bas de page

Ton texte m'a ému, un ressenti énorme pour moi et tellement bien écrit, rien ne m'a manqué alors je t'envoie un message de courage, et te souhaite de beaux moments heureux.

A bientôt

  Emelle
Elféemère

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1570 commentaires
Membre depuis
10 février 2010
Dernière connexion
1er novembre 2011
  Publié: 10 avr 2010 à 05:15 Citer     Aller en bas de page

Jolie Luna je t'envoie mon plus bel arc en ciel pour te tracer un chemin vers ceux et celle qui t'aime même si il ne s'agit que d'un amour d'une amitié qui est virtuelle, reviens je t'envoie une brise de printemps au effluve des fleurs des arbres fruitier et de celle des fleurs des champs.......Courage ma belle regarde droit devant ne reste pas dans l'obscurité reviens a la lumière...........Amitié Nathalie

 
Krikyl


????
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
1287 commentaires
Membre depuis
2 juillet 2009
Dernière connexion
11 septembre 2017
  Publié: 10 avr 2010 à 09:50 Citer     Aller en bas de page

je sais qu'on fond de ton âme et de ton être tu es une battante!!!!
tu trouvera l'étincelle.
tu t'en sortira....
c'est un texte émouvant, tu trouvera cette force en toi

 
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 10 avr 2010 à 10:46 Citer     Aller en bas de page

subtiles jeux de mots et cette phrase m'a interpellée:

"Bien lactescent est cet œil-univers, comme si à l’intérieur s’y trouve un nuage. En cette seconde immortalisée se cache une luciole apeurée, tournoyant entre les doigts des dieux. "

Alex

 
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 10 avr 2010 à 18:12 Citer     Aller en bas de page

Toujours tant d'angoisse, de tourments dans ta superbe écriture... j'espère de tout coeur que tu vas te réchauffer au beau soleil printanier, ne pas te perdre dans l'univers sombre de ce monde parallèle...
" Et le Temps lui? Il tournoie. Il est là, juste en nous. C'est une flamme rose, qui lèche nos bleus de pacotille. Quant à eux, ils blessent j'en ai peur, et versent tant de sucre pour que nos plaies existent sans se creuser...." tant de phrases que je pourrais relever mais celle-ci m'a vraiment émue.... Laisse les ombres et regarde l'avenir... Oui, crois-moi, le Temps passe très très vite...trop vite pour te perdre ainsi dans le noir.
Merci pour ce partage séduisant de fragilité....

amicalement
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 20 avr 2010 à 14:10 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous cinq, de vous être attardés par ici... J'ai beaucoup de choses à dire,m ais je ne sais comment, donc pour l'instant, je me contente de vous distribuer quelques sourires...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 7 mai 2010 à 12:01 Citer     Aller en bas de page

Merci Dominique, qu'est ce qui t'a touché? ^^.

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1648
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0568] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.