Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 8
Invisible : 0
Total : 8
13121 membres inscrits

Montréal: 19 nov 22:39:43
Paris: 20 nov 04:39:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Ephémères (mars 2010) : "Si j'étais printemps..." :: Mars Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 10 mars 2010 à 15:33
Modifié:  9 mai 2011 à 20:09 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page



Si j'étais le printemps, moi,
Ce serait pas Botticelli
Femme livide aux pissenlits
Et autres fleurettes à la noix

Je serais "bomba do Brasil"
Un découpage de Matisse
Dents blanches et corps de réglisse
Un diamant cloué au nombril

Vêtue d'un bikini de vermeil
Défilant place de l'Opéra
Au rythme d'une batucada
A vous décoller les oreilles

Mon bassin battrait la mesure
La fesse dure et le sein haut
(Grâce aux chirurgiens de Rio)
Et quelques plumes en armure

Les promeneurs seraient épris
De ce printemps brésilien
Qui titillerait leur train-train
De sa cuisse longue et polie

Et là, on verrait si l'hiver
Fait encore son intéressant
Avec ses brouillard givrants
Et ses enneigements divers




  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 10 mars 2010 à 15:46 Citer     Aller en bas de page

Merci Malika, on aura la peau de l'hiver à coups de poèmes.
Bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 10 mars 2010 à 16:15 Citer     Aller en bas de page

Je crains, au contraire, qu'on ne réchauffe dangereusement la planète.

Voir ci-dessous :

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
azerty
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
30 commentaires
Membre depuis
22 février 2010
Dernière connexion
15 avril 2010
  Publié: 10 mars 2010 à 16:20 Citer     Aller en bas de page

Oh oui, on risque d'avoir chaud... mais je préfère la chaleur de tes doux vers plutôt que la froideur quand j'ouvre la porte...

Merci pour ce soleil !

amicalement,

azerty

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 10 mars 2010 à 16:34 Citer     Aller en bas de page

J'aime bien les contrastes. Merci Azerty (pour ton nom si facile à taper déjà) et pour ton passage.
Amitiés

Opopop, on lui a pris son Tshirt, elle est allergique à son shampooing mais je suis sûre qu'avec cette Reine de Carnaval l'hiver est foutu.


Samba Brasil (Sao Paolo)

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 10 mars 2010 à 16:43 Citer     Aller en bas de page

Tu vois que ça marche !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 10 mars 2010 à 17:19 Citer     Aller en bas de page

Cher James je crains de n'avoir guère de limites. Le ridicule peut-être, et encore.
Merci pour ton passage, promeneur solitaire.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9805 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
1er novembre
  Publié: 10 mars 2010 à 18:30 Citer     Aller en bas de page

Aude

hé !! bin voilà elle balaye, chasse neige, décompose recompose, on se retrouve sous les con-gères de mots et d'un poème trop bien lugé


Hé hoooo!!! y a un sauv'teur dans l'coin....j'veux du soleil......
pffff... c'est déconcertant personne...

Trop j'te kiff toi

Léonine

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 10 mars 2010 à 18:33 Citer     Aller en bas de page

Aaaah enfin quelqu'un qui me kiffe grave !
Ma Léonine je savais que ça te plairait. Viens avec moi dans mon école de samba, ça te changera de l'Armorique.

Bizous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
aigle royal


Le face vient simplement appuyer le côter fort du pile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
1027 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2008
Dernière connexion
2 juin 2017
  Publié: 10 mars 2010 à 22:01 Citer     Aller en bas de page

salut salut

alors là dans ce texte je croyais retrouver les anciennes origines d'aude, celle de l'érotique. J'ai bien apprécié ma lecture, ce fut fort plaisant, quelques vers mon fait sourire. J'ai apprécié les comparaisons entre l'hiver le printemps, ou les autres caractère( histoire ou fictif) quoi qu'il en soit j'aimais bien.

a.r.

  La vérité apparaît toujours à ceux qui savent attendre.
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 11 mars 2010 à 00:07 Citer     Aller en bas de page

Ah!Ah! Aude voilà une Samba qui réchauffe l'atmosphère. Moi qui voulais danser le Tamouré en public il n'y a pas si longtemps, tu me bats à plates coutures. Pétillant, allègre, sexy et tant d'humour! J'a-do-re!! Merci

Amicalement
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 11 mars 2010 à 03:48 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aigle Royal ! Ravie de te voir passer par là. Tu danses ?

Ma chère Martine, prends ton paréo et ton hukulélé, à nous deux on fait le changement climatique !!
Bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 11 mars 2010 à 12:04 Citer     Aller en bas de page

L'hiver n'aime pas la samba, il partira avec ses frimas.
Merci Tselano pour ton passage

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
246 poèmes Liste
16105 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
28 août
  Publié: 11 mars 2010 à 12:11 Citer     Aller en bas de page

Aude,

Serais-tu ce printemps de feu qui nous fait tant défaut ?

J'ai ressenti l'ambiance survolté de ton bel écrit

j'adore et j'adhère

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 11 mars 2010 à 12:20 Citer     Aller en bas de page

Si tu adhères, entre dans la danse, Guido !

capoeira brasil (samba)

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23533 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 11 mars 2010 à 14:17 Citer     Aller en bas de page

Alors qui est dans les feux en ce moment ...! Alors toi Aude c'est l'apocalypse !

La terre va se réchauffer et cela va être l'effet de Aude ( fesses de Rio ) ah ah tu me fait bien rire avec tes poésies

aussi belles l'une que les autres

mes amitiés et quel printemps qu'est ce que ça va être l'été !

  Membre de la Société des poètes Français.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 11 mars 2010 à 14:35 Citer     Aller en bas de page

Citation de James
quel printemps qu'est ce que ça va être l'été !



Tu as raison, j'y ai été un peu fort. Mais c'est l'hiver, aussi, qui m'a énervée : je pèle de froid depuis des lustres. On va essayer de pas faire un été de canicule.

Merci et biz

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
102 poèmes Liste
5069 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
4 novembre
  Publié: 11 mars 2010 à 17:14 Citer     Aller en bas de page

Rien ne vaut un printemps en chair et en os.
Et si en plus il danse...
L'interprétation me plaît beaucoup.
L'oncle

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 11 mars 2010 à 17:18 Citer     Aller en bas de page

Merci Tonton d'avoir aimé l'interprétation. Amitiés

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Narcissange


emia t ej tnat seniev sem snad sap semusnoc et en ut ùo ruoj nu sap tse n lI
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
2182 commentaires
Membre depuis
23 novembre 2008
Dernière connexion
18 septembre 2016
  Publié: 11 mars 2010 à 17:26 Citer     Aller en bas de page

même si ce printemps a une saveur de samba do brazil avec c'est petits culs bien dorés sur la belle copabana au goût de rhum et de black à grosses ....... il m'a rappelé les senteurs et le rythme ensoleillé mon île qui me laisse parfois un peu nostalgique... merci de ce partage ma douce

amitiés

Ma

  ma971
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22179 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 12 mars 2010 à 03:28 Citer     Aller en bas de page

Chère M-a, la danse, la transe, le soleil, la joie sont ce qui manque cruellement à nos cieux. Je comprends ta nostalgie, moi qui suis pourtant née loin des tropique, je ressens aussi ce manque. Bisous

Youyou, quelle bonne surprise ! Tu reviens tel le printemps ! Merci pour ton passage, amitiés.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2000
Réponses: 23
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1115] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.