Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 372
Invisible : 0
Total : 374
· Didier · Aude Doiderose
13128 membres inscrits

Montréal: 20 févr 02:16:11
Paris: 20 févr 08:16:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Et si un jour je venais à partir (lettre amoureuse 4) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 24 mai 2010 à 18:35
Modifié:  25 mai 2010 à 07:04 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

« Et si un jour je venais à partir… »


Il y eut cette encre pleurée au creux de mes mains…
Ce n’était qu’un petit morceau de papier, un simple billet écrit à la douceur de vos doigts.

Il faisait nuit, nous nous tenions sous les toits comme à notre habitude.
Vous étiez assise sur le vieux coffre gardien de nos secrets, votre regard se profilait à la lumière d’une dernière chandelle. Elle ne donnait que peu de lumière, un jeu d’obscurité par lequel vos yeux se dotaient d’une profonde intensité.
Je me tenais là, aux bords d’un océan battu par vos cils, le roulis des paupières sur les vagues de votre âme.
L’écume qui vint denteler la surface de vos sentiments, rejaillit dans ces quelques larmes qui s’échouèrent sur ce bout de page déchirée, où vous aviez écrit ces quelques mots.

Et si un jour je venais à partir…



Je suis tombé dans votre océan, vous vous êtes noyée dans le mien.



Puis je me rappelle de ce silence,
Cette longue envolée silencieuse de nos pensées tournées vers l’autre, un instant flottant au grès des vibrations de mon cœur se faisant écho au votre. Un moment passé sans pouvoir répondre, sans pouvoir m’exprimer, ma bouche étant asséchée par le ressac d’une incessante douleur.
Mes mots se noyèrent sous la violence de ces lames, trempées par l’encre de ce fragment de page. Un petit bout sur lequel ruisselaient une peur, cette peur de donner une réalité à ce qui était gravé.

Dans ce silence, vos yeux fixaient les cascades de mon cœur.
Je pleurais.
Je versais mes larmes comme un fleuve ayant vaincu tout obstacle, il n’existait plus de digue ni de brise-lames, les rouleaux de mes pleurs faisant des brèches à chaque battement silencieux…
Je vous pleurais

Vous et tout ce que nous avions partagé,
Je nous pleurais.



Vous vous êtes alors excusée, tout en murmure, avec ces mots que vous seule saviez créer, ils étaient comme les dernières perles d’une pluie infernale… vous me consoliez avec tout l’amour qu’un enfant a besoin pour faire naître sur ses lèvres, un sourire renaissant.

Bercé par la chaleur de vos bras,
Mon cœur s’apaisa, mes mains cessèrent de trembler, mes yeux remontèrent à la surface pouvant admirer à nouveau les étoiles parsemées aux cieux de votre regard.
Vos mains séchèrent mes joues en caresses réconfortantes, vos lèvres vinrent cueillir le salé de ma bouche.
Vous m’aviez alors aimé.
Oui,
Aimé comme vous seule saviez le faire, réveillant la vie que je croyais être partie, perdue dans l’abysse de cette peur, comme se jetterait un fleuve dans un océan.
Vous aviez allumé un feu sur le rivage de ma détresse, faisant de votre corps un phare solide où, au souvenir de cette terreur, je m’accrochais désespérément.
Nous avions passé la nuit ainsi, ensemble, créant une autre réalité sur celle qui nous séparera un jour, sur celle que vous m’aviez fait prendre conscience.

Cette pièce sous les toits, fut ce frêle esquif sur lequel nous voguions au-dessus du temps, au-dessus de nos peurs.
L’arche de notre amour portée sur l’océan de la vie.

Nous avons touché terre depuis.

Au moment même où je vous écris,
Mes mains tremblantes essayent de défroisser un petit bout de papier, c’est ce petit billet écrit à la douceur de vos doigts.
Mes yeux affaiblis n’arrivent plus à lire ce qui est marqué, mais le fleuve qui coule en moi, lui, n’a pas oublié.

« Et si un jour je venais à partir… »

Cette nuit,
Encore une fois, mes yeux se voilent…
Vous êtes partie.

Partie…
Les fleuves coulent toujours dans le même sens, vous me l’aviez si bien fait comprendre.
Vous aviez toujours su qu’un jour tout se finirait ou au contraire, tout commencerait.
Mes yeux se portent au-delà de la fenêtre de cette pièce sous les toits, j’imagine ce long fleuve sinueux que nous avions parcouru ensemble.
L’amour n’a jamais cessé de s’y déverser.
Et là-bas, tout au loin, il y a l’océan
Notre océan.

Je peux ainsi écrire quelques mots sur un bout de papier, des mots que je glisserai à mon tour dans votre main lorsque j’irai vous rejoindre.


L’onde de vos mots n’a jamais cessé de s’étendre...

Je vous aime




25/05/2010
Pascal

 
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 25 mai 2010 à 01:22 Citer     Aller en bas de page

Des mots qui tombent comme des cailloux ou des pétales... créant des ondes... qui s'étendent loin...loin... jusqu'à nous ...nous émouvant... nous enchantant. Merci pour ce partage
Amicalement
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9808 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
6 février
  Publié: 25 mai 2010 à 04:22 Citer     Aller en bas de page

Astre

Vous m'aviez dit aimer ce que j'écris....je vous donnerai toujours en retour ce que je pense de votre écriture si douce si mélodieuse, je me laisse emporter par vos rimes métaphoriques, comment faire pour ne pas venir ici....

Merci est si banal ...

Sélénaé Amitiés cher Pascal

 
ovnissimo


L’amour, c'est sentir votre coeur battre dans la paume des mains divines de Dieu. Ovni
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
3135 commentaires
Membre depuis
18 juillet 2008
Dernière connexion
12 février 2013
  Publié: 25 mai 2010 à 05:02 Citer     Aller en bas de page

Une lettre mélodieuse et velouteuse.






  amour et poésie malgré tout
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 31 mai 2010 à 13:51
Modifié:  31 mai 2010 à 13:52 par Astre
Citer     Aller en bas de page

Martine
Recevoir en retour d'aussi belles phrases m'enchante tout autant. Tu sais Martine cette lettre c'est pour moi un seul sentiment, celui que j'ai eu quand Elle m'a réellement dit ces mots, je ne savais plus quoi dire, plus quoi penser... alors j'ai écris cette lettre. Les autres lettres sont toutes des sentiments que j'ai mis en histoire, à la fin on en garde quelque chose et c'est ce que je ressens... après je ne sais si c'est réussi, ni si le lecteur ressens la même chose, mais j'essaye...
Merci encore
Amitiés
Pascal

Sélénaé
Comment faire... c'est si simple, mais je ne vous dirais pas le secret, je suis jaloux et j'aimerais bien vous garder sous mes textes pour de nombreuses fois encore
Un merci banal de votre part !!! cela n'existe pas !! pour la simple et bonne raison qu'il vient de vous et je sais qu'il est sincère, comme le mien que je vous donne en retour.
Merci
Amitiés
Pascal

Ovnissimo
j'aime beaucoup ces deux qualificatifs, cela met en lumière ce que je n'avais peut être pas vu
Merci pour tes passages, c'est gentil
J'espère pouvoir être aussi mélodieux et velouteux que tes textes, un jour qui sait je le redis ici, ta plume est une merveille...
Amitiés
Pascal

Personne
je suis heureux pour vous de cette balade, écrire cette lettre fut pour moi un véritable voyage...
Merci
Amitiés
Pascal

Tselano
C'est étrange, l'amour triomphe souvent !! c'est un beau résumé et je l'adopte !!
Merci de ton passage
Amitiés
Pascal

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1760
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0423] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.