Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 275
Invisible : 0
Total : 276
· Hector L'archer
13181 membres inscrits

Montréal: 14 août 09:42:10
Paris: 14 août 15:42:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Pétrichor Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 31 juil à 14:57
Modifié:  1er août à 04:19 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page




Lorsque l’orage est lent, massif et délétère,
Ecrasant, un à un, le moindre souffle d’air,
Cette machinerie, sans pour autant gronder,
Broie toutes nos sueurs et nos flancs inondés.

Il avance à pas lents et nous marchons aussi,
Respirant sans bonheur, aspirant au tonnerre,
Courbés, traînant le pied et le ventre grossi,
D’une eau bue à regret, en regardant la terre.

Puis…

Une à une, avachies comme un sein dégrafé,
Ces perles de nuages, panées dans la poussière,
Ricochent, goutte à goutte, sur l’asphalte assoiffé,
Comme un sniper au ciel qui ferait sa prière.

Pluie…

Larmes de crocodile, au goût de pétrichor !
Humer ces escarbilles et cette roche humide
Me donne le désir de m’allonger dehors,
Sur le dos, bouche ouverte, à ce chagrin timide.






*Pétrichor : ce mot est lié à l'odeur particulière que prend l’atmosphère après la pluie.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Loïc Lacam Nouveau membre!
Impossible d'afficher l'image
Le poète a carressé la plume de l'oiseau et l'oiseau a fait de même.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
36 commentaires
Membre depuis
23 juillet
Dernière connexion
13 août
  Publié: 31 juil à 15:07 Citer     Aller en bas de page


Chère Aude,

un bonheur, ton texte est un grand bonheur (j’allais écrire "petit" n'ayons pas peur
des mots) un bonheur donc, communicatif et réjouissant !
Merci de nous en faire bénéficier et merci pour cette strophe :

Une à une, avachies comme un sein dégrafé,
Ces perles de nuages, panées dans la poussière,
Ricochent, goutte à goutte, sur l’asphalte assoiffé,
Comme un sniper du ciel qui ferait sa prière.


même si le mot "sniper" me heurte légèrement...
Très beau poème merci à toi de l'avoir partagé.
Loïc

  La poésie n’est pas une façon de parler de la vie, mais son synonyme.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 31 juil à 15:14 Citer     Aller en bas de page

Citation de Loïc Lacam

Chère Aude,

un bonheur, ton texte est un grand bonheur (j’allais écrire "petit" n'ayons pas peur
des mots) un bonheur donc, communicatif et réjouissant !
Merci de nous en faire bénéficier et merci pour cette strophe :

Une à une, avachies comme un sein dégrafé,
Ces perles de nuages, panées dans la poussière,
Ricochent, goutte à goutte, sur l’asphalte assoiffé,
Comme un sniper du ciel qui ferait sa prière.


même si le mot "sniper" me heurte légèrement...
Très beau poème merci à toi de l'avoir partagé.
Loïc



Merci beaucoup Loïc, "sniper" est un mot décalé, moderne, perdu dans l'alexandrin, je ne le renie pas.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
478 poèmes Liste
9598 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
14 août
  Publié: 1er août à 01:18
Modifié:  1er août à 01:18 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,

Pétrichor, je ne n'en connaissais pas le mot. Merci de me culturer .

Bisous

 
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
793 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
1er août
  Publié: 1er août à 01:21 Citer     Aller en bas de page

L'air est lourd la chaleur devient écrasante nous sommes comme des grains de raisin au préssoir
Dans notre jus.
Tu décris avec talent ce temps lourd.

 
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
392 poèmes Liste
4291 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
13 août
  Publié: 1er août à 03:27 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,
pétrichor, tu as écrit pétrichor ...Sais tu que dans mon ignorance chronique je ne connaissais pas ce mot.
J'en apprends tous les jours à venir sur LPDP et tu n'es pas étrangère à mon "éducation" littéraire.
Tu as pétrie les mots de très belle manière pour ce texte, tu m'épates toujours !
Bises
Pierre

  Pichardin
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12416 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
14 août
  Publié: 1er août à 07:37 Citer     Aller en bas de page

Je me joins aux commentaires précédents : tu as su coller avec talent des mots sur cette "ambiance" !

Merci pour cette lecture

Porte-toi bien et passe un bel été !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
90 poèmes Liste
3930 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
11 août
  Publié: 1er août à 07:53 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude
C'est bien écrit...
Moi non plus je ne connaissais pas "pétrichor" et pourtant nous connaissons bien, en Provence, les ressentis de ton poème... tellement bien , qu'aujourd'hui, jour de canicule mâté de ciel orageux, je reste au frais... et je commente, tranquille, sur LPDP ..

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
1747 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
9 août
  Publié: 1er août à 08:43 Citer     Aller en bas de page

Merci Aude pour le partage. Une belle lecture ! A bientôt !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 1er août à 11:46 Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Bonjour Aude,

Pétrichor, je ne n'en connaissais pas le mot. Merci de me culturer .

Bisous



En fait je ne le connaissais pas non plus jusqu'à l'autre jour, quand ma fille, géologue, me l'a cité. Or il se trouve que cette odeur particulière, je l'aime beaucoup et j'ignorais qu'elle avait un si joli nom.
Comme une pierre semi-précieuse, je l'ai serti dans un texte inspiré par les circonstances.

Culturation, quand tu nous tiens !

Bisous Cath

Citation de Fried
L'air est lourd la chaleur devient écrasante nous sommes comme des grains de raisin au préssoir
Dans notre jus.
Tu décris avec talent ce temps lourd.



"Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle" disait Baudelaire mieux que moi…

Merci Fried

Citation de Pichardin
Bonjour Aude,
pétrichor, tu as écrit pétrichor ...Sais tu que dans mon ignorance chronique je ne connaissais pas ce mot.
J'en apprends tous les jours à venir sur LPDP et tu n'es pas étrangère à mon "éducation" littéraire.
Tu as pétrie les mots de très belle manière pour ce texte, tu m'épates toujours !
Bises
Pierre



Alors là…

Bises Pierre

Citation de Maschoune
Je me joins aux commentaires précédents : tu as su coller avec talent des mots sur cette "ambiance" !

Merci pour cette lecture

Porte-toi bien et passe un bel été !



Quand il fait chaud, je colle !

Merci Maschoune

Citation de Sidonie
Bonjour Aude
C'est bien écrit...
Moi non plus je ne connaissais pas "pétrichor" et pourtant nous connaissons bien, en Provence, les ressentis de ton poème... tellement bien , qu'aujourd'hui, jour de canicule mâté de ciel orageux, je reste au frais... et je commente, tranquille, sur LPDP ..



Tu connais sûrement Terpsichore, la muse de la danse ?
Ben c'est pareil avec la pluie et les cailloux…

Merci de ta lecture Sidonie

Citation de Jean-Claude Glissant
Merci Aude pour le partage. Une belle lecture ! A bientôt !



Merci à toi d'être passé par là Jean-Claude !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
207 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
14 août
  Publié: 1er août à 14:32 Citer     Aller en bas de page

Preuve s'il en est que la poésie est aussi un moyen d'explorer et de s'approprier la/une langue. C'est drôle, en lisant ton poème, si j'ai pensé à la météo, ce n'est alors qu'à une météo intime, personnelle, intérieure, semblable à une sorte de confidence doublé de la révélation d'une aspiration secrète, semblable, bien sûr à celles que peut engendrer le spleen. Mais pourquoi ce chagrin est-il timide quand tonne l'orage et l'orgie du sniper ?

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
442 poèmes Liste
14279 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
14 août
  Publié: 2 août à 02:37
Modifié:  2 août à 02:38 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Pétrichor... Ou la possibilité de faire un Scrabble lorsque le mot or est déjà posé sur le plateau. J'ai aimé le poème et le mot.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 2 août à 03:44 Citer     Aller en bas de page

Citation de Quitterie
Preuve s'il en est que la poésie est aussi un moyen d'explorer et de s'approprier la/une langue. C'est drôle, en lisant ton poème, si j'ai pensé à la météo, ce n'est alors qu'à une météo intime, personnelle, intérieure, semblable à une sorte de confidence doublé de la révélation d'une aspiration secrète, semblable, bien sûr à celles que peut engendrer le spleen. Mais pourquoi ce chagrin est-il timide quand tonne l'orage et l'orgie du sniper ?



Je suis particulièrement sensible aux périodes d'attente. Pourtant je suis impatiente de nature, mais attendre c'est espérer et c'est peut-être la meilleure période de la vie ?
Chagrin timide ? Chagrin humide ? La rime impose parfois des mots inexplicables. Merci de ton commentaire, comme toujours, plein de finesse.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 2 août à 03:46 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Pétrichor... Ou la possibilité de faire un Scrabble lorsque le mot or est déjà posé sur le plateau. J'ai aimé le poème et le mot.



La joie d'une victoire au Scrabble n'a pas d'équivalent !
Bises

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
161 poèmes Liste
1545 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
11 août
  Publié: 2 août à 14:53 Citer     Aller en bas de page

J'ai un petit coup de foudre pour ton poème Aude. Simplement magnifique

  SHElene
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 2 août à 15:30 Citer     Aller en bas de page

Citation de SHElene
J'ai un petit coup de foudre pour ton poème Aude. Simplement magnifique



Coup de foudre ? Rien ne dit que l'orage a éclaté...
Mais si tu as aimé cette ambiance j'en suis contente.

Merci Shelene.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 215
Réponses: 15
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0348] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.