Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 35
Invisible : 0
Total : 37
· Mémé Passtèke · Joker
13367 membres inscrits

Montréal: 9 juil 06:30:21
Paris: 9 juil 12:30:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Délire sur toile Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
634 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
9 juillet
  Publié: 29 juin à 12:40
Modifié:  29 juin à 12:45 par Emme
Citer     Aller en bas de page


Encre coule, tache sur toile
Beauté de l'instant, imprévu.
Imprimée, une simple étoile,
Le Dormeur de Rimbaud m'est apparu.

Verser encore goutte à goutte
Et Rimbaud s'enfuit.
Rouge écarlate en déroute,
Et « Pomme d'amour » prend vie

Rouge s'incruste et me poursuit
Aigu comme le diamant,
Découpant le beau fruit
Le jetant aux entrailles d'un volcan.

Plongeon dans ce gouffre qui a faim
De tous mes délires animal
Encre, entre mes doigts perlent, sans fin
Torrents s'échappant d'un rêve abyssal.

Suis aux confins d'autres mondes lointains
Parallèle où je me sens bien
Y puisant mes couleurs originales
Des rouges au goût de sang, j'en deviens marginale.

Et dans la tête des violons de cristal
Des feux de tziganes encore plus rouges
Des beautés d'aurores boréales, qui bougent
J'oublie le monde... C'est ma folie, mon régal.




  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Errant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
329 commentaires
Membre depuis
15 janvier
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 30 juin à 02:40 Citer     Aller en bas de page

Une toile à l'encre rouge d'où jaillissent les étoiles ..j'ai aimé

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
494 poèmes Liste
23065 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
8 juillet
  Publié: 30 juin à 13:01 Citer     Aller en bas de page

On sent l'artiste et on imagine le tableau.
Merci PAPILLON
Bonne inspiration
Bises ODE 31 - 17

  OM
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
119 poèmes Liste
5543 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
7 juillet
  Publié: 30 juin à 17:11 Citer     Aller en bas de page

La création en mouvement sous mes yeux.
J'aime beaucoup

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
634 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
9 juillet
  Publié: 5 juil à 02:26 Citer     Aller en bas de page

Errant
Merci beaucoup de ton appréciation
Amitié


Ode
Parfois une bévue me fait délirer ! merci à toi.

Lacase
Ben finalement moi aussi une tache et tout change d'aspect merci à toi.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 79
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0244] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.