Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 390
Invisible : 1
Total : 394
· Lucie Granville · Pichardin · guy Olivié
13243 membres inscrits

Montréal: 2 déc 01:24:46
Paris: 2 déc 07:24:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: Dialogues (4) : Est-ce bizarre ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lachésis (Moirae)


"Dis maman, si je ris puis que je pleure, est-ce que ça fera un arc-en-ciel ?"
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
206 commentaires
Membre depuis
28 mai 2010
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 30 août à 17:50
Modifié:  22 sept à 09:36 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

Je n'avais pas écrit ici, ce genre de lettre depuis longtemps, où je partage les interactions que j'ai avec les autres. Mais je viens d'avoir un échange que je pense assez intéressant, et surtout, si je me suis dit que tiens je devrais le partager, c'est parce qu'il a pu aider mon amie, alors je le laisse ici, au cas où il pourrait parler à quelqu'un d'autre ici également.

"Je ms souviens essayer d'écrire des poèmes au lycée mais je n'ai jamais semblé pouvoir en finir le moindre.

-Oh vraiment ? C'est super cool de toute façon ! Est-ce qu'il t'en resterait la moindre trace ? Si ça ne te dérange pas, j'aimerais beaucoup les lire, et ça pourrait être amusant d'essayer de les finir ensemble alors ! (je proposais parce qu'elle appréciait mes propres efforts)

-Je les ai écrits dans un journal intime qui est probablement enfoui quelque part au milieu de mes trucs, j'essayerai de le trouver et je t'en enverrai peut-être un bout ! Je te préviens hein je n'étais pas une si bonne poète, et c'est probablement rempli d'angoisses d'adolescente haha

-J'en serais enchanté de toute façon ! La seule chose dont j'ai un peu peur, c'est d'être trop indiscret, trop invasif, à lire tes pensées les plus personnelles, mêmes anciennes, mais si réellement ça ne te gêne pas, je serais content et je lirais autant que tu m'en enverrais, et comme je l'ai dit, ça peut être amusant de les terminer/réécrire si tu aimerais ça !

-Ha ha ha tu sais, c'est aussi comme ça que je le ressens moi-même. Je ne sais pas comment ni pourquoi, mais j'ai le sentiment d'être une personne complètement différente comparée à qui j'étais il y a quelques années. Lire des choses que j'ai écrites quand j'étais plus jeune... j'ai l'impression de lire les pensées de quelqu'un d'autre, pas les miennes. Est-ce que c'est bizarre ?

-Tu te sens trop invasive à lire tes propres pensées, même si ce sont celles d'une ancienne, différente toi ? Mais que moi je les lise ça te va ? Je suis touché haha Dans tous les cas, c'est une question intéressante. Non, je ne pense pas que ce soit bizarre. Je lisais un livre assez extraordinaire, "Psychanalyse des contes de fées" de Bruno Bettelheim, il était vraiment passionnant.

Ma grande sœur a deux filles - je sais jusque-là mon discours part dans tous les sens mais je te promets que tout va converger et parfaitement faire sens haha. Une chose qui m'a beaucoup frappé, et honnêtement, qui m'a assez dérangé, était la manière dont elle leurs racontait les contes de fées - tu vois ça commence déjà haha. Pour faire simple elle réinventait les histoires en retirant tout ce qui était "violent", notamment les morts de personnages ou quand ils se faisaient dévorer, même temporairement, comme dans le petit chaperon rouge par exemple. Et c'est juste mal. Un conte de fée n'est pas simplement une histoire que les enfants aiment écouter. Un conte de fées n'est pas simplement un monde fantastique où tout est possible, capable d'abriter leur imagination, où les princesses parlent avec les animaux, où le vent chante, où la magie existe et j'en passe. C'est tellement plus que ça, et en fait, en un sens, ils sont réellement magiques. Ils apaisent les enfants. Ils leurs permettent d'affronter ce qui les tourmente intérieurement, alors qu'ils découvrent la vie, que tout est nouveau pour eux, qu'ils apprennent qu'il existe tout un monde en-dehors d'eux-mêmes. Les contes de fées leurs apprend tellement, ils leurs montrent que tout le monde est passé par ces doutes, ces questionnements intérieurs, même s'ils ne sont que quelque part, enfouis dans l'inconscient. Ils leurs permettent d'affronter leurs peurs, et de se rendre compte qu'ils sont capables de les surmonter, que tout le monde a pu. Et chaque élément de l'histoire parle aux enfants d'une manière très différent dont nous, en tant qu'adultes, les percevons. La mort, avec notre expérience d'adulte, peut nous apparaître comme affreuse et macabre, mais qu'est-ce que la mort pour un enfant déjà en premier lieu ? Et pour eux, dans les confins d'un conte de fée, la mort exprime le renouveau.

Prends les trois petits cochons par exemple. Quand chaque petit frère se fait manger par le loup, et à ce point de l'histoire autant qu'on en sache, meurt, c'est l'enfant en fait qui meurt, parce que l'enfant est lui-même ces trois petits cochons, qui partent découvrir le monde par eux-mêmes, qui partent vivre leur propre vie. Mais cette mort signifie seulement que leur ancien moi, qui ne savait pas autant, qui ne savait pas mieux que de vivre inconsciemment, qui n'était pas encore capable d'autant de choses - et qui s'est alors fait dévorer par le grand méchant loup - est mort, métaphoriquement, alors que l'enfant devient à ce moment le grand frère - et ce par deux fois dans ce conte de fée ci - qui a appris, qui est mieux équipé pour affronter la vie et faire face à ses dangers, jusqu'à finalement vaincre le loup. L'enfant a peur, lorsqu'il grandit, de laisser l'ancien lui derrière, il se sent différent, il sent qu'il a changé et ce n'est pas naturel pour lui. Le conte de fée lui montre que l'ancien lui avait besoin de mourir, mais que c'est naturel et que ça lui permet d'avancer toujours plus loin, le conte de fée le rassure et l'accompagne. C'est un travail profond de développement personnel qui est à l’œuvre, et chaque détail, même si à nous il peut paraître insignifiant, parle profondément à l'enfant et possède une réelle importance.

D'ailleurs, lorsqu'un enfant est passionné par un conte de fée en particulier, et qu'il demande que l'on lui lise, encore et encore, que les autres contes ne semblent pas le stimuler autant, c'est parce que c'est le conte qui répond le mieux aux tourments qui habitent son esprit à ce moment, qui lui parle le plus intimement à ce point exact dans sa vie (un conte différent répond à des peurs différentes même si ils peuvent se croiser) et il est en fait important et conseillé de le lui lire, encore et encore, tant qu'il le réclame.

C'était vraiment un livre superbe, qui m'a beaucoup appris et véritablement ouvert les yeux. Je ne me rendais pas compte le moins du monde de tout ce que les contes de fées apportent aux enfants, de leur richesse incroyable, et pourquoi est-ce qu'ils les fascinent autant, je ne me rendais pas compte à quel point les contes sont des ouvrages primordiaux. Et maintenant, pour que tout fasse sens et pourquoi est-ce que j'ai parlé de tout ça, enfin tu as probablement compris pourquoi maintenant, l'ancien toi, eh bien, EST une personne différente, qui métaphoriquement, est morte, tout pareil, comme les deux jeunes frères cochons - même s'ils ne sont "morts" que pour un moment. Et d'ailleurs au final, ce sont trois personnages distincts non ? Si tu te sens ainsi lorsque tu lis tes vieilles pensées, qu'il s'agisse d'une autre personne et pas de toi, ça veut dire que tu as fait un grand travail sur toi-même.et aussi étrange que ça puisse sonner, je suis fier de toi, et franchement, j'admire le fait que ce soit si conscient chez toi, même si tu ne parvenais pas à bien mettre le doigt sur ce que ça signifiait. Ça signifie que tu as beaucoup évolué, tu as beaucoup travaillé sur toi-même, tu t'es découverte, qui tu es, tu as construit une nouvelle toi. Ça a probablement commencé quand tu as choisi ta voix, médecine, malgré que ça ait surpris ta famille au vu de ton parcours en chimie et en bio comme tu m'as dit. Je ne serais pas surpris si c'était - parmi probablement beaucoup d'autres - le catalyseur le plus concret et le plus important de ce récent renouveau, cette renaissance de toi, une nouvelle, meilleure toi-même. Meilleure parce que construite, choisie par toi-même, parce que tu t'es découverte et as fait tes propres choix, seule. Et en parlant avec toi, même si je ne connais pas cette ancienne toi, je ressens sincèrement en toi une personne superbe, qui se connaît, qui est tellement ouverte, rafraîchissante, intelligente, engageante, qui vit réellement (coucou Oscar) et qui est prête à affronter le monde. La route ne s'arrête pas là bien évidemment, mais je suis sûr que tu es sur le bon chemin.

Tu sais, l'auteur du livre, a écrit quelque chose dans ces lignes. Dans ses recherches pour écrire le livre, il a rencontré une jeune fille, qui disait des choses similaires à tes propos, où elle avait ces sentiments étranges, qui la mettaient mal à l'aise, qu'elle ne comprenait pas et qui lui faisaient peur, qu'elle trouvait bizarre comme ils n'avaient aucun sens logique, mais elle faisait référence à des doutes parallèles - sur un sujet différent, des soucis d'enfants, mais au final dans les mêmes lignes - et il a écrit qu'il avait été frappé par à quel point cette peur était consciente chez cette enfant, et qu'il avait rarement si jamais vu un tel degré de conscience par rapports à ces peurs auxquelles les contes de fées répondent, même si la petite fille n'avait aucune idée de ce que cela pouvait signifier. Ça m'a fait pensé à toi, et c'est pourquoi je te disais que j'étais fier de toi, et admiratif de ta personne, et quelle chance j'ai qu'une telle âme soit apparue ainsi devant moi.

Alors non, je ne pense pas que ce soi bizarre, et j'espère que j'ai réussi à formuler une réponse qui t'auras parlé et peut-être à quelque tourmente que tu avais."


Et voilà. Je pense l'avoir assez aidée. Elle a eu l'air de beaucoup aimer, et m'a même gratifié d'un wow ! Et surtout, elle m'a dit que maintenant elle se sentait même fière d'elle, qu'elle était contente d'avoir lu tout ça et que ça expliquait bien son sentiment. Et donc je partage ici également, si jamais ce discours peut résonner en quelqu'un d'autre de la même manière.

ps: la conversation était en anglais, la personne en question étant une Américaine, mais j'ai traduite en essayant de conserver autant que possible le niveau de langage utilisé d'où par endroits, des formulations un peu plus légères que si je devais faire une conférence haha - rien que l'emploi de "bizarre" en lieu d'étrange ou autre vocabulaire moins familier ou pourquoi j'ai les laissé les "haha" peut-être autrement malvenus

  "Le petit chaperon rouge a été mon premier amour. Je crois que, si j'avais pu l'épouser, j'aurais connu le parfait bonheur." Charles Dickens
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9785 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 2 oct à 03:54 Citer     Aller en bas de page

bonjour et merci MOIRAE,
de ce;
ps: la conversation était en anglais, la personne en question étant une Américaine, mais j'ai traduite en essayant de conserver autant que possible le niveau de langage utilisé d'où par endroits, des formulations un peu plus légères que si je devais faire une conférence haha - rien que l'emploi de "bizarre" en lieu d'étrange ou autre vocabulaire moins familier ou pourquoi j'ai les laissé les "haha" peut-être autrement malvenus.
à bientôt.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 231
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0204] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.