Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 295
Invisible : 0
Total : 299
· Lafleurquirime · doux18
Équipe de gestion
· Allantvers · Catwoman
13170 membres inscrits

Montréal: 2 juin 15:16:54
Paris: 2 juin 21:16:54
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Nil Blanc, Nil Bleu Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Kanth
Impossible d'afficher l'image
L'Aube pâlit, elle avait reconnu le Monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 22 mai à 04:48 Citer     Aller en bas de page

Nil Blanc, Nil Bleu


Dans les Monts de la Lune, aux flancs mystérieux
Naît la source sacrée du fleuve qui s’élance
Vers le nord si lointain, vers le pays des dieux
De la forêt primaire il coule comme on danse

Traversant le grand lac il prend de la vigueur
Pour affronter Al Sudd et ses vastes marais
Le Soudan implacable où tout n’est que langueur
La moitié de ses eaux, dans ce lieu, disparaît

Affaibli mais vivant, croyant en son destin
Vers le septentrion, il reprend son élan
Ce fleuve sera roi, c’est maintenant certain
Jeune prince aux flots clairs, on le surnomme Blanc

A l’ombre du Mont Gish, dans le pays de Koush
Sa promise naquit au fond d’une ravine
Dans l’antique Gihon, c’est là qu’Adam fit souche
Chassé hors de l’Eden par colère divine

Défilés escarpés, cascades sans répit
Sortant du lac Tana, ce n’est plus un ruisseau
Elle doit, en traversant le plateau d’Ethiopie
Le Bleu de son beau nom au turquin de ses eaux

Voila Khartoum enfin, témoin du mariage
Sombre limon de l’est, blanche argile du sud
S’unissent, c’est le Nil, qui s’écoule sans âge
De toute éternité, depuis ces latitudes

Il parcourt la Nubie, souveraine visite
Et les hommes partout, avec joie se soumettent
A sa féconde crue, éternelle eau bénite
Royal don d’Iteru, qui nous offrit Khemet



Gao T. Kanth

Iteru et Khemet sont les noms égyptiens antiques du Nil et de l’Egypte

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
5597 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 22 mai à 06:15 Citer     Aller en bas de page

Quel beau périple poétique sur ce fleuve majestueux, à qui nous devons tant.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Sanguine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
18 janvier
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 22 mai à 07:06
Modifié:  22 mai à 07:06 par Sanguine
Citer     Aller en bas de page

Merci, cela m'a ramenée à mon enfance et à un livre que j'affectionnais sur l'histoire de Moïse et des Égyptiens (bien avant que je sache le concept de religion, etc.). C'était une histoire extraordinaire pour mes yeux d'enfants avec l'eau qui devenait rouge (ok j'imaginais pas à cette époque que c'était plutôt du sang...), les joncs, les grenouilles et sauterelles. Bref, ton joli texte m'a transportée vers ce souvenir.

 
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
4502 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 22 mai à 07:49 Citer     Aller en bas de page

Joli conte et bien conté
Je ne pense pas que tu te sois emmêlé les pieds

 
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2656 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 22 mai à 09:38 Citer     Aller en bas de page

Je m'incline devant votre talent et surtout, la somme de travail pharaonique qu'a dû représenter la construction de ce poème!

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 22 mai à 09:58
Modifié:  22 mai à 19:46 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Beau texte, servi par une bonne connaissance de l'Egypte pour laquelle j'ai le "sang Champollion"...Et parlant de colorations, il a le blanc-bleu d'un diamant brut, l'émeraude des moussons et l'ambre du désert.
Amicalement...
Riagal…

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Kanth
Impossible d'afficher l'image
L'Aube pâlit, elle avait reconnu le Monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 25 mai à 01:02 Citer     Aller en bas de page

Merci In Poésie, pour cet aimable commentaire.

Je suis heureux, Sanguine, que mon texte fasse renaître ces images d'enfance. Le Nil et l'Egypte sont la source de tellement d'imaginaire dans nos civilisations. Merci pour votre message.

Merci Quoiqouije, j'ai essayé de faire attention. Comme on dit en Afrique : « N'insultez pas le crocodile lorsque vos pieds sont encore dans l'eau ».

Je vous remercie, SienKieWics, j'ai eu moins de travail que si j'avais dû le traduire des hiéroglyphes...

Merci pour votre message coloré, RiagalenArtem. C'est toute la beauté du Nil d'être une voie éclatante de couleurs au milieu du désert.

 
Rose-Amélie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1288 commentaires
Membre depuis
1er mars 2019
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 28 mai à 11:06 Citer     Aller en bas de page

Défilés escarpés, cascades sans répit
Sortant du lac Tana, ce n’est plus un ruisseau
Elle doit, en traversant le plateau d’Ethiopie
Le Bleu de son beau nom au turquin de ses eaux


... et tous les autres quatrains m'ont beaucoup plu. Je trouve ces vers impeccables!

Sincèrement,

Rose-Amélie xxx

  🌷
Kanth
Impossible d'afficher l'image
L'Aube pâlit, elle avait reconnu le Monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 29 mai à 21:26
Modifié:  30 mai à 05:41 par Kanth
Citer     Aller en bas de page

Je vous remercie Rose-Amélie. Votre gentil message sur la qualité des quatrains me permet de préciser le rôle de la forme selon moi. J'aime les vers libres parfois, mais quand la forme choisie est plus classique, il faut s'efforcer d'en respecter les règles de versification, sinon à quoi bon ? C'est un peu l'hommage que la forme rend au fond, la politesse envers le lecteur de peaufiner son texte pour éviter trop d'erreurs (on en laisse toujours...) de métrique (et autres problèmes d'élisions, diérèse, hiatus et rimes pauvres...). Mais s'il arrive qu'un vers, fautif en théorie, sonne exactement comme je le souhaite, dans ce cas, pas d'hésitation, je le garde ! A bientôt sur le site.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 131
Réponses: 8
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0386] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.