Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 457
Invisible : 0
Total : 457
13182 membres inscrits

Montréal: 5 juin 06:32:08
Paris: 5 juin 12:32:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Les gens sont bizarres … à commencer par moi-même Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
379 poèmes Liste
4080 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 22 mai à 02:37
Modifié:  25 mai à 00:48 par Allantvers
Citer     Aller en bas de page

Je suis quelqu’un plein de contradictions et il y a même des moments où je suis plein tout court.
L’autre jour, j’ai annoncé à des amis que je m’étais acheté un nouveau chapeau. Jusque là rien d’extraordinaire !
Mais je me suis demandé pourquoi avoir dit que je m’étais acheté un nouveau chapeau alors que je n’en ai jamais porté de ma vie. Ma phrase supposait que j’en possédais déjà un ou plusieurs, ça m’a perturbé le melon la journée entière cette histoire.
A la place, j’aurais pu dire que je me suis acheté un chapeau neuf... mais là encore le doute m’assaille, et quand le doute m’assaille je m’assieds.
Donc si je déclare que j’ai un chapeau neuf, il y aura bien un petit malin pour me poser cette question : "Pourquoi neuf et pas un autre chiffre ?" Que voulez vous que je réponde à ça, Avouez que c’est cornélien une situation pareille.
Un autre jour, mon voisin, toujours le même ... celui avec qui je suis embrouillé à cause d’une histoire de recette à goûter, m’a dit qu’il aura ma peau incessamment sous peu. Je lui ai calmement répliqué "Pour ça mon petit vieux il faudra attendre que je mue et c’est pas demain la veille."
Et là encore je me suis trituré les méninges sur ce que je lui avais répondu. Pourquoi l’avoir traité de petit vieux car il est grand et jeune.
Pour me rassurez vous allez me dire que "Petit vieux" est une expression populaire qu’on emploie pour narguer une personne et que ça n’a rien à voir avec l’âge et la taille ...Ah bon ! Et donc si je comprends bien je peux narguer un petit vieux qui me cherche des noises en le traitant "Grand jeune"… c’est bon à savoir !
Tiens ! cette expression "C’est pas demain la veille", il faut cogiter longtemps pour la comprendre. C’est un coup à se péter les neurones. Celui qui l’a pondue était un vrai torturé du ciboulot. Il aurait mieux fait d’utiliser des chiffres.
Exemple : aujourd’hui nous sommes le 22, la veille c’était le 21 et demain nous serons le 23
et ainsi ça deviendrait "C’est pas le 23 le 21", tout de suite on comprend mieux c’est moins tarabiscoté !
Je crois que les gens se comprendraient mieux en remplaçant les mots par des chiffres.
Ah ça se fait déjà me souffle-t-on et ça s’appelle des messages codés. Ah ok, alors j’ai rien dit !
C’est comme ce coiffeur qui met une pancarte sur sa vitrine "Demain on rasera gratis", ce qui en fait veut dire qu’il ne rasera jamais gratis puisque le jour où vous y allez c’est le lendemain que c’est gratis … vous me suivez ?
Mais si on prend cette autre expression "Ne jamais remettre à demain ce que l’on peut faire le jour même" et qu’on lui met sous le nez au jardinier capillaire, je peux vous dire que là il rabaisse illico son caquet... ou son toupet si vous préférez.
Il perdra vite de sa superbe notre tailleur de crins et ça le défrisera de tomber sur quelqu’un qui lui cherche des poux dans la tonsure.
En parlant de tonsure (dit-il d’un ton sûr), avez vous remarqué que les coiffeurs sont souvent dégarnis du cuir chevelu, pour certains c’est même le mont chauve. C’est louche pour des gens qui sont censés nous vendre des lotions capillaires dont le but est de faire repousser les cheveux.
On peut repousser les limites mais faire repousser les cheveux c’est limite !
Personnellement, je n’ai rien contre les coiffeurs bien que leur conversation soit souvent un peu rasoir. L’autre fois, je lui demande, à mon capilliculteur, de me couper également les pattes et cet effronté me répond "Et vous ferez comment pour rentrer chez vous ?". Très drôle ! on peut pas dire qu’il a inventé les ciseaux à couper les épis !
En sortant de chez mon coupe douilles, je passe chez le boucher et quand vient mon tour je lui demande s'il peut me tailler une bavette. Il prend un air affligé et me lance "Désolé mais avec le monde qu’il y a je n’ai pas le temps de discuter avec vous". Vexé je lui rétorque "Vous vous foutez de ma poire là, non ? "Non pas du tout mais par contre j’ai du merlan si vous voulez ?" me répond-il. Très énervé, je lui balance "Non merci, j’en sors à l’instant !" et je suis reparti les mains vides. Je peux vous dire que ça m’est resté en travers.
A présent, prenons les ostéopathes, rien que le mot ça fait peur. Eux ce sont les psychopathes du reboutage corporel. Leur devise c’est "Là où je vous fais du mal ça vous fait du bien". Il faut se méfier de ces gens-là, ils vous travaillent au corps pour obtenir ce qu’ils veulent.
Il y a quelque temps, je marchais en crabe et pourtant je n’avais rien bu, c’est seulement que je m’étais coincé une vertèbre. J’ai voulu prendre rendez-vous avec l’un d’eux mais au téléphone il m’a plutôt conseillé d’aller voir un de ses collègues chiropracteur (encore un nom à coucher dehors), et ce monsieur s'appelle Lassiance ... ça ne s'invente pas.
Le jour venu, je me rends chez lui. Il m’accueille en me précisant "Vous savez je ne suis pas plombier". Je prends un air étonné (ça je sais bien le faire) un peu déboussolé quand même. Et le plus sérieusement du monde il me dit "Vous venez me voir parce qu’il y a un dégât des os chez vous". Les bras m’en sont tombés et j’aurais pris les jambes à mon cou si ne n’avait pas eu ce mal de dos. Malgré moi, je fus obligé de donner mon corps à Lassiance.
Vous voyez bien que les gens sont bizarres … à commencer par moi-même.

  Pichardin
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
2683 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 22 mai à 03:42 Citer     Aller en bas de page

Pierre, la" dose bonne humeur du matin " ! Tu un comme un bon café, tu réveilles...

Il t'en arrive des choses tout de même ! Mais les gens sont drôles.

Tu as raison, chez moi, la grand-mère assorti ses culottes au reste... mais bon Comme quoi, tu vois, chacun à son grain ( de sel bien sûr ) coincé quelque part ! Mais toi, mon bon Pierre, arrête de te poser tant de questions, tu t' en fiches de tous ces gens étranges...

- Pour le chapeau neuf, parce-que c'est ton chiffre porte bonheur et ça le regarde pas ce curieux !
- Petit vieux, on dit aussi jeune con, donc au choix, s'il veut te faire la peau avant ta mue, tu as bien fait d'opter pour la première solution !
- C'est pas demain la veille... la veille de quoi ? Là aussi, bizarrerie entretenue !
- Les coiffeurs, t'as raison encore, ils sont souvent dégarnis et en plus te vendent des ampoules pour la repousse des cheveux... vas savoir si c'est pas des vicieux qui les ont testées sur eux et qui veulent te rendre chauve. Le chauve sourit car le matin il est vite coiffé me diras-tu, c'est vrai ! Mais quand-même.
- Ton boucher, une véritable tête de veau, pas sympa le mec... pas vouloir tailler une bavette ! Ceci étant, le morceau proposé était de choix et fait partie " des morceaux du boucher " enfin... de la bête qu'il découpe, tu me suis jusque-là ? Tu aurais du prendre, pas le boucher, le morceau ! La poire aussi d'ailleurs, excellent.
- Ostéopathes, naturopathes, homéopathes... t'as raison ça fait peur ! Psychopathes... qui sait ? Mieux vaut s'en tenir loin, ils appuient, surtout les premiers là où ça fait mal, on le sait là où ça fait mal, ils sont tordus, comme nous en entrant...
- Et pour terminer tu donnes ton corps à ce Lassiance avant d'être mort toi ?. T'es courageux quand-même
Bon j'espère qu'il t'a fait du bien ! Mais pour de vrai, redonne lui le plus tard possible à ton Lassiance.

En résumé, vérité vraie ( oui, car il y a la fausse, je me rappelle plus le nom, j'ai un trou ! ), les gens sont bizarres... je crois que moi aussi, je suis comme eux et comme toi, j'en tiens une bonne louche ! Mais, entre cuistots du dimanche c'est normal...

Maintenant, après tout ça, je vais tricoter du chapeau, merci Pierre !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
5607 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 22 mai à 06:30 Citer     Aller en bas de page

T’inquiète ! T’es normal et c’est une affaire qui roule mais qui n’amasse pas mousse.

Tiens... ça me donne sous daim soif sous daine, faon de p.... !

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 22 mai à 07:38 Citer     Aller en bas de page

Habile Bill !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
484 poèmes Liste
22887 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 22 mai à 10:12 Citer     Aller en bas de page

C'est avoir du potentiel comme ton pote, qu'il redescende sur terre.
Aton boucher si il te dit "tu l'as dans l'os" A part la moelle, il n'y a rien à bouffer.
A ton coiffeur rétif, ne lui fais pas faire de raie, elle serait de travers. Un tif d'un côté, un tif de l'autre.
Bises ODE 31 - 17
Nous ne sommes que ce que le miroir veut bien nous renvoyer, à double faces.

  OM
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
315 poèmes Liste
2723 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 23 mai à 01:10 Citer     Aller en bas de page

Et ben, ça fuse drôlement...

Toutes ces expressions que s’enchevêtrent dans de belles histoires rigolotes

Je trouve qu’elles sont dites spontanément, qu’elles reviennent d’un passé (comme une passerelle, nous les utilisons) intéressant de connaître leurs origines !

Cela me mets en forme ce matin, merci Pierre (angulaire)

Ici l’édifice humoristique, avance à grands pas (de loup...)


marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 23 mai à 04:12 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Pierre,

Tu te poses trop de questions, cependant elles agrémentent joliment la rubrique "Lettres ouvertes" et à défaut de certitudes dispensent à coup sûr de bienfaisantes ondes.

Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
1290 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 23 mai à 05:16 Citer     Aller en bas de page


Si ce long texte n'avait pas été du Pichardin, la longueur m'aurait effrayée mais je me suis régalée à votre humour qui me rappelle celui de Raymond Devos.

Merci.

Adria

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 23 mai à 09:26 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Pierre...tu n'aurais pas besoin d'un imprésario. Parce que franchement, bizarre pour bizarre, j'ai beaucoup ri sur ce texte qu'il m'a fallu lire attentivement pour ne pas en louper une pépite.
Un de mes meilleurs amis qui a aussi la dent dure (pas contre les dentistes) s'est beaucoup amusé quand je lui ai lu.
Je n'en remettrai pas des louches...ni le dos de la cuillère. Je me le prends sous le coude...that's all...

Merci !
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
379 poèmes Liste
4080 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 25 mai à 02:47 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Mawr,
je crois que nous sommes tous des gens bizarres et ceux qui pensent le contraire le sont aussi.
Toi tu vas tricoter du chapeau, moi je cafouille du béret, à chacun son couvre-chef.

Bonjour J.B.,
si tu écumes les bars, pour boire une bonne mousse, fais attention à ne pas revenir trop émoussé.

Bonjour Aude,
Habile Bill et cool Raoul sont dans un bateau, Bill l'habile tombe quand même à l'eau et pourtant Raoul ...cool !

Bonjour Ode,
il en est de miroirs comme de certains scotchs, à double faces. Et à trop abuser du scotch on voit double aussi.

Bonjour Marchepascal,
le fait d'avancer à grands pas (de loup) me donne aussi une grande faim (de loup).

Bonjour Jean Louis,
à trop se poser de questions on n'a pas toujours toutes les réponses et le manque de réponses appellent d'autres questions, c'est sans fin !

Bonjour Adria,
oui le texte est long et encore je l'ai amputé au moins du tiers. Quand c'est trop c'est trop mais à quel moment ça devient trop ? Telle est la question !

Bonjour Riaga,
merci pour ton chaleureux commentaire. Je me méfie de imprésarios car je les trouve un peu...bizarres eux aussi.
Passes le bonjour à ton ami.
Eve aussi, lors de leurs fréquentes disputes, a trouvé l'Adam dur.

Amicalement à vous
Pierre

  Pichardin
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
285 poèmes Liste
9438 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 29 mai à 10:46 Citer     Aller en bas de page

avec l'autorisation de MUSE.
- Serais-je « considérée » me disait ma « conjointe », si je régurgitais mon époque des « compromis ».
- Ménopausée, elle qui ne voit plus, m’a fait prendre un coup de sang.
- Te sentirais-tu « en règle », avec les « consciences », pour « la tente » que tu as pour « toit », dans « latente » que tu attends de moi ?
- De cet état « à tendu », j’attendais « qu’elle me prenne en main ». Pour « monter aux rideaux » des anneaux, pour les suspendus. Pour quoi baver là-dessus ?
- Que sais-tu faire de tes dix doigts ? sont-ils utiles ces dits doigts ? l’endroit sur l’an vert, ceux qui savent plier, ont des savoirs faire. Pouce pour du bien au male, l’index de l’oriente heures, le majeur profond d’un sultan, là nu l’air des bagués, et le petit l’image du repos.
- J’étais hors de mes pompes. En show set, pour la plante des pieds, elle voulait prendre son pied, en un tour de main, mais, pour elle « aujourd’hui », là se mêlent comme supports, ce qu’elle « su porc », et émoi su « port », pensant « bite d’amarrage, voir d’âme à rage ». (L’utilité du nœud coulant).
- En corps des maux, en étang des mots, la marre est cage, des nus phares. Beauté des Lots t’eusse, bien que le fond soit vaseux.
- Muses sans Sesam, à faim de pie char d’un, pour en conclure (là que « Lure », le verra sauvage)
- Beaux coups, d’envies, et + (virtuellement bien sûr, vire tu es le « mans », là je fais l’an douille, sans décharges)

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 163
Réponses: 10
Réponses uniques: 10
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0575] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.