Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 22
13170 membres inscrits

Montréal: 2 juin 03:47:13
Paris: 2 juin 09:47:13
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Au Souffle de la Vie... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
119 poèmes Liste
6688 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 30 mars à 05:39
Modifié:  30 mars à 13:47 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

Le monde se délecte d'étranges réflexions
Admissible concept d'humaines illusions
Symboles temporels de maux amphigouriques
D'une célérité à défier la logique.

Nous sommes revenus au vertige de naguère
Sous les décombres d'une passion éphémère
En permanence, les miroirs se morfondent
De vents contraires, d'infectes ondes.

On solde la folie, comme un cadavre a vouer
Loin de l'ivresse des rêves hospitaliers
On se fourvoie en des lieux improbables
S'écorchant à la nuit d'émois inconsommables.

Attachés au regard creusé d'incertitudes
Sans connaissance, sains dans la solitude
Nous respirons la cendre d'un passé moribond,
Au silence des rues, au cri de la raison.

Le mystère ouvre les portes de l'oubli
Au sang vénal des derniers pas d'ennui
Le ciel gris se fissure, il fait jour
Un enfant marche, un chat griffe l'amour...

Hubix.

 
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
1273 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 30 mars à 15:57 Citer     Aller en bas de page

Hubix, vos poèmes ne sont jamais faciles, ils intriguent. Vous êtes un peu un OVNI d'écriture sur ce site. Mais aucune écriture n'est vaine dès lors qu'on la devine travaillée. C'est mon sentiment envers vos textes.
D'aucuns doivent se dire "Comment commenter ce que je peine à comprendre ?"
Il suffit de lire, de s'imprégner des mots, des formules et, comme pour les rêves, laisser l'esprit en traduire l'essence.
Loin d'un cauchemar, j'ai aimé vous lire.

Adria

 
ori
Impossible d'afficher l'image
Mourir? C'est bien la dernière chose que je compte faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
1009 commentaires
Membre depuis
24 août 2018
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 31 mars à 02:30 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Hubix,
Je rejoins Adria, vous êtes un poète d'imprégnation.. Tel ces peintres impressionnistes de touche en touche vous dessinez une toile qui entraine dans une palette d'émotions riches et prégnantes.
Et de plus j'ai découvert le mot: amphigouriques, merci
Amicalement
Philippe

  Ori
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
119 poèmes Liste
6688 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 31 mars à 14:02 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux d'être passé, c'est déjà ça...!

Adria, c'est un fait, indéniable, tout le monde l'a constaté, depuis que j'ai tout repris à zéro, comme un nouveau chemin a tracé, tout est devenu moins facile... C'est une manière sans doute personnelle de se dire qu'il est possible de tout recommencer, de chercher à évoluer, innover, à être crédible pour la lectrice et le lecteur qui se donnent de la peine... Ce qui est difficile, je pense, est le sens que je donne à chaque poème, sa direction, plus ou moins étrange, qui me procure tant de plaisir, mais qui peut signifier l'indifférence des yeux, des esprits, qui ne cherchent que le sens(é) à tout prix... Je m'excuse auprès de ces gens-là, mais je ne changerai pas, de ce point de vue... Tu parles d'ovni, oui, j'aime bien la science-fiction, au cinéma, surtout, mais, je prends cela comme un compliment, y voyant là, une image qui me convient, moi, qui aime cultiver le mystère, oui... Ce que tu dis, à la fin, je l'ai exprimé moi-même, en faisant la comparaison, que je trouve juste, avec la peinture et la musique, d'autres arts expressifs, tout est dans le ressenti, pas dans la compréhension, que l'on doit se tenir... Dès l'instant où tu, justement, comprend cela, tu peux enfin y voir plus clair... Mais, après avoir dit ce que tu exprimes également, chacun(e) est libre de suivre ou non cette direction...

Philippe, c'est possible, que le lien avec la peinture soit, lisible/visible, à travers les mots choisis, leur couleur, leur forme, sans doute aussi, par rapport aux images véhiculées, celles qui me semblent toujours en adéquation avec l'idée de départ... il est fort possible que certaines personnes doivent trouver que je m'égare, dans certains poèmes, parce qu'elle n'arrivent pas à (me) suivre et, du coup, elles s'imaginent, peut-être, que je suis allé trop loin, oui, mais je n'y peux rien, je ne suis que le chemin que je trace... d'ailleurs, j'ai toujours trouvé la métaphore du chemin que l'on trace, menant vers l'inconnu, comme une excellent définition, parmi tant d'autres, de la poésie, tout du moins, c'est celle que je mets en exergue, chaque fois que je commence un poème...

En tout cas merci à vous de vous être exprimés...

Amicalement vôtre...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 202
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0618] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.