Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 341
Invisible : 0
Total : 343
· Cidnos · Delaroche 85
12930 membres inscrits

Montréal: 24 sept 10:10:53
Paris: 24 sept 16:10:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Contes fantastiques :: Le Royaume Perdu, chapitre 3 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lumielfe


Et si le soleil n'était que le reflet de nos yeux...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
401 commentaires
Membre depuis
1er janvier 2006
Dernière connexion
3 novembre 2013
  Publié: 17 août 2006 à 00:02
Modifié:  8 juil 2010 à 16:09 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Camellia se rendit à son armoire pour en sortir une magnifique robe bourgogne brodée d'or ainsi qu'un magnifique collier de perles. Elle revêtit la robe et mit le collier avant de se regarder dans une glace. Il lui manquait quelque chose. Elle replaça ses longs cheveux bruns bouclés avant de prendre le diadème posé sur une table proche. Elle le mit sur ses cheveux et sourit. Elle était magnifique. La dernière fois qu'elle avait revêtu cet ensemble datait du jour où son mari était mort. À cet idée, elle perdit le sourire mais le torrent de larmes ne coula pas. Elle avait fait son deuil.

* *
*


- Imaha, je te dis que c'est vrai. Je n'ai pas eu d'hallucination.
- Nienor, avoue que c'est assez improbable.
- Improbable mais non impossible.

Les deux jeunes filles étaient assises sur un rocher d'où la vue était magnifique. Cependant, les deux amies ne regardaient pas le paysage, Elles tentaient de repérer ne serait-ce qu'un reflet lointain pour confirmer les craintes de la jeune humaine. Elles regardait au loin, à la limite de leur champ de vision mais leurs efforts restèrent vains.

- Bon, récapitulons. Quand tu étais dans les airs, tu as cru apercevoir l'ombre d'un..
- Je te dis que je l'ai vue!
- Bon. Je recommence. Quand tu étais dans les airs, tu as vu l'ombre d'un cavalier entre les arbres de la forêt mais, quand tu as regardé de plus prêt, l'ombre avait disparu. Pour moi, c'est une hallucination due à la hauteur et à la vitesse.
- Je croyais que je pouvais compter sur toi! Qu'en me confiant à toi, tu me croirais! Je vois que j'avais tort..
Pendant qu'elle parlait, elle s'était mise debout par réflexe. Avant que son amie ait pu ajouter un mot, elle avait tourné les talons et sauté du rocher. Elle s'était mise à courir vers la forêt. Imaha, déconcertée, s'était levée en tentant de rappeler son amie. Cette dernière ne l'écouta pas mais, avant de traverser la lisière des bois, une phrase fit son chemin dans sa tête.
- Nienor! Reviens! On a pas le droit d'aller dans la forêt quand le soleil est couché et il le sera dans moins de 10 minutes! Nienor!
La jeune fille hésita un instant au soulagement de son amie mais, avant que cette dernière lui demande de revenir, elle s'enfonça dans la forêt malgré les avertissements de son amie.
La forêt. Elle avait si souvent rêvé de s'aventurer seule au milieu de cet océan d'arbres mais sa tutrice était claire sur un point. Elle ne devait pas s'y promener seule et encore moins après la tombé de la nuit. Mais, à cet instant précis, elle ne pensa pas à ce que dirait sa tutrice.
Elle se remit à courir, guidée par ses pas et son instinct. La liberté. C'est comme ça qu'elle définissait ce qu'elle vivait à cet instant même. Liberté. Elle n'avait jamais connu un moment aussi heureux depuis des années. Plus précisément depuis que Laïc était parti. Une boule se forma dans sa gorge. Laïc. C'était comme un frère pour elle. Il avait quelques années de plus et savait toujours quand elle voulait parler et quand elle avait besoin d'être seule. Il gardait toujours un oeil sur elle pour qu'elle ne fasse pas de bêtises. Gardait. C'était avant l'accident. Avant qu'elle change.
À cet instant, elle remarqua qu'elle courait toujours et se prit les pieds dans une racine. Elle tomba au sol avant de sombrer dans l'inconscience.

  Il faut des moments de noirceur pour pouvoir apprécier les moments de lumière...
Lumielfe


Et si le soleil n'était que le reflet de nos yeux...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
401 commentaires
Membre depuis
1er janvier 2006
Dernière connexion
3 novembre 2013
  Publié: 17 août 2006 à 13:55 Citer     Aller en bas de page

Merci OZZ de prendre le temps de me lire. Oui, les informations manquantes sont volontaires. On découvre dans la suite le reste des informations mais je voulais laisser des mystères dans l'histoire.

  Il faut des moments de noirceur pour pouvoir apprécier les moments de lumière...
Lorna
Impossible d'afficher l'image
Le rêve est un monde.... la vie est notre réalité...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
1109 commentaires
Membre depuis
22 juin 2004
Dernière connexion
25 mars 2011
  Publié: 18 août 2006 à 17:05 Citer     Aller en bas de page

Je trouve que tu as bien fait, tu nous laisses en plan, mais bon, tu peux te le permettre avec un idée de récit pareil!!

Bien à toi
Lorna

  Nous sommes libre depuis notre premier soupir, mais dans la vie, il y a des exceptions. Alors je souhaite qu'un jour,ils connaitront la liberté à leur tour!!
Lumielfe


Et si le soleil n'était que le reflet de nos yeux...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
401 commentaires
Membre depuis
1er janvier 2006
Dernière connexion
3 novembre 2013
  Publié: 18 août 2006 à 18:33 Citer     Aller en bas de page

Le but est que, justement, les gens viennent lire la suite. Pour faire monter le suspense, je ne posterai pas la suite tout de suite.

Stéphanie

  Il faut des moments de noirceur pour pouvoir apprécier les moments de lumière...
Candice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
1er juin 2006
Dernière connexion
8 octobre 2013
  Publié: 30 août 2006 à 14:23 Citer     Aller en bas de page

hey! pourquoi ne pas la poster? pas fin ça! je veux la suite!!!!!

simpleplan79
all the love

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
360 poèmes Liste
20719 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
7 septembre
  Publié: 31 juil 2008 à 04:47 Citer     Aller en bas de page

Attention, tu répètes plusieurs fois le mot magnifique, il y a redondance des adjectifs^^!


Histoire de plus en plus prenante, je cours lire la suite!


Amitiés


Justine

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1146
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0234] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.