Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 381
Invisible : 0
Total : 383
· alweg · ori
13161 membres inscrits

Montréal: 12 déc 03:59:40
Paris: 12 déc 09:59:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Ifs Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
A.D(sl)
Impossible d'afficher l'image
Comment qu'c'est qu'on devient membre, chef?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
193 commentaires
Membre depuis
12 novembre 2007
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 30 nov à 12:46
Modifié:  30 nov à 13:50 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Si je dis noir tu resserres les cordons de ta bourse
Si vendredi noir de colère sur son île se fait un sang d’encre
Si dans chaque bouteille vide ivres on y mettait nos espoirs
Si dans chaque contenant il y avait vraiment du contenu
Si dans chaque con tenu en laisse il y avait une condition
Si dans chaque condition il y avait un compromis
Si tous les cons étaient promis à un avenir
Si l’avenir est un conditionnel le présent est un instant
Si dans chaque instant il y avait une seconde d’attention
Si dans chaque attention il y avait une once de vérité
Si dans chaque vérité il y avait un mensonge qui s’ignore
Si Simone s’ignorait qui pense vraiment encore à elle
Si l’aile a du plomb la cuisse peut-elle être indemne
Si l’index se tend vers un but inavouable ou inavoué
Si l’inachevé était finalement la seule chose réellement aboutie
Si l’aboutissement d’une chose était la fin d’une autre
Si l’autre tendait la main à l’un et ainsi de suite
Si les chaines ainsi créées étaient des liens à toute épreuve
Si les preuves étaient des cachalots enfilés dans des écrins de verre
Si les écrins de verre étaient la preuve que nos cœurs sont fragiles
Si les fragilités des uns allaient comme des gants aux autres
Si les autres sont enfer les uns ne peuvent être que passeurs
Si les passeurs étaient conscients de leurs œuvres
Si les œuvres étaient des ponts vers un autre ailleurs
Si les ailleurs existaient tangiblement
Si les tangentes pouvaient se prendre allègrement
Si allègre Il montrait le chemin de la perdition
Si l’art de se perdre était propre à chacun chacune
Si se perdre équivalait à trouver un autre chemin
Si les chemins tous mènent à Rome
Si certainement que le Rhum mène à l’ivresse
Si l’ivresse était l’art de se perdre aux goulots
Si les goulots étaient des gargouilles nouvellement manufacturées
Si les manufactures un instant réfléchissaient à leurs arts
Si lézards aiment le soleil de ce vendredi fût-il noir
Si les arts ne servent plus qu’à engranger du fric
Si le fric est le nerf de cette guerre absconse
Si l’abscons a le droit de cité et le droit à l’image
Si l’image est un droit l’absurdité est un devoir
Si ce monde est absurde c’est parce qu’il est rond
Si la rotondité de la terre fut remise sur la balance
Si la redondance de nos absurdités nous conduisait à la fin
Si la fin de ce cri pouvait se peindre pour la faim
Si la faim est le commencement d’une autre fin
Si la fin nous conduit au commencement
Si je dis noir tu resserres les cordons de la bourse
Si vendredi noir de colère sur son île se fait un sang d’encre
C’est que l’encre sur un support peut changer la fin de l’histoire….

  Mon Saigneur il est l’Or la maison est au café !
- CoCo - Nouveau membre!
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
21 commentaires
Membre depuis
26 novembre
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 30 nov à 22:21 Citer     Aller en bas de page

Si ma tente...
Si mattante...
Si ma tante en avait...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 105
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0239] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.