Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 121
Invisible : 0
Total : 123
· Wilhelm
Équipe de gestion
· In Poésie
13279 membres inscrits

Montréal: 22 oct 13:11:00
Paris: 22 oct 19:11:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: « Ochlophobia » Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
186 commentaires
Membre depuis
19 mars
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 7 mai à 16:56 Citer     Aller en bas de page

« Ochlophobia »



Ochlophobia, sors de ce conformisme larvaire!
Vois ta souffrance dans sa dernière prière
S'abriter des hommes ou s'arranger d'eux,
Être furtive, s'arc-bouter, malheureuse des dieux.


Regarde-toi! Contourner ces bois obscurs où coule le béton,
Ne plus rien voir du beau temps qui attire les cons,
Éviter cette foultitude de regards braqués sur toi,
Blasphémer comme autrefois et passer sous le coup de la loi.


Ochlophobia, sors de ta tanière!
Saluer l'animal tapi dans l'ombre lumière,
Gratter la plaie, éveiller de vieilles rancoeurs...
De cela, tu auras toujours peur d'avoir peur.


Désormais, plus de promesses qui tiennent,
Seulement ta vie transie de froid sous cette pluie diluvienne.
Et même si tu patauges dans ce dilettantisme stérile,
À ceux-là qui s'usent quand d'autres s'amusent à ces jeux de maux faciles,


Nous irons, toi et moi, enjamber ces strates de corps couchés
Pour pendre leur tronc à des crocs de boucher.
Tuer la poule aux oeufs d'or pour en traire l'artifice:
Eux n'ont pas fini de causer, gloser même au fond du précipice.


Eux, des estomacs sur pattes criant leur gloutonnerie
Comme le troupeau beugle dans la mangeoire à cochonneries.
Eux, des cris intestinaux, des rires faunesques
Pinaillent sur le texte, grincent des mots, régalent le burlesque...


Ochlophobia!
Toujours nous nous égarerons,
À jamais nous nous emploierons
À explorer nos nuits.
Même si rien ne rejaillit
Et que la brume s'épaissit,
N'ayons de cesse de remuer nos limbes
Pour mille fois nous époumoner de nos voix sans timbre.


Ne lâche pas, ne lâche rien...
Relève-toi!
Ochlophobia mon amie.




Franck (07/05/2019)

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
1884 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 8 mai à 15:31 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Franck

Cette peur de la foule peut-être très handicapante certes et il faut apprendre à la surmonter ! " S'abriter, s'arranger, être furtive, s'arc-bouter, contourner... " ce n'est pas vivre.

Oui, il faut "sortir de sa tanière", se faire violence et aller au-devant, affronter le monde. Combattre la peur contre la peur.

" Ne lâche pas, ne lâche rien...
Relève-toi !
Ochlophobia mon amie."

Belle note finale qui donne de l'espoir

Merci pour ce partage donnant matière à réflexion sur ces peurs, dont l'ochlophobie, que beaucoup n'arrivent pas à surmonter et doivent pourtant s'accommoder pour " mal vivre ". Autant en faire une alliée et combattre ensemble, bien vu !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 8 mai à 16:17 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Franck,

Accroche toi et tu finiras par sortir de cette peur !



Douce soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
186 commentaires
Membre depuis
19 mars
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 9 mai à 12:05 Citer     Aller en bas de page

Mawringhe & Sybilla

Bonjour et merci infiniment pour vos retours.

Non, je tiens à vous rassurer, je vais très bien et ce texte ne parle pas de moi… C'est avant tout l'histoire de cette femme, une mère de famille menant seule ce double combat (combat simultané), l'un contre elle-même (ses peurs, ses angoisses, sa phobie), l'autre pour ses enfants sur le terrain des revendications.

Chaque samedi, ce "Toi et Moi" est ce qu'elle se répétait péniblement mais avec une certaine conviction, afin de s'apprivoiser intérieurement pour ne pas flancher extérieurement, avancer et porter sa voix au milieu de la foule (l'image de ses enfants aidant à surmonter cette terrible peur) …

Ochlophobia est son monologue intérieur à la guérison, ce texte lui est dédié.


-Mawringhe, merci encore, une pensée, des mots exprimés toujours avec autant de justesse et de bienveillance!
-Sybilla, merci pour ton adorable passage. Je me répète encore mais j'attends avec impatience de pouvoir te lire sur une de tes nouvelles compo.

Franck








 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
252 poèmes Liste
8646 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 10 mai à 02:56 Citer     Aller en bas de page

Merci FRANCK de cette forme de violence qui s'est installée dans de nombreux textes sur le site.
Je lis chaque jour ici des évocations de constats; de brouillards, de lectures de pensées, de plaintes en étant dans des bonheurs sans reconnaissances.
J'ai essayé ici et aussi dans mes partages de vivres ensembles de tous les jours, d'écarter les nuages dissimulateurs de ces beautés autres que

Ne lâche pas, ne lâche rien.
Relève toi, Ochlophobia mon amie.
et non
Formule tes inconforts
et tous les deux nous feront émerger
les clartés, faisant chasser ces torts.
oui ce serait si agréable.
Hélas personne ne veux de ces gommes ou de ces stylos à bouts bleu et blanc.
J'accepte les moqueries ou les isolements des victimes qui se complaisent dans ces inconforts.
à + de SAM



 
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
186 commentaires
Membre depuis
19 mars
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 10 mai à 13:07 Citer     Aller en bas de page

Ce soir
Simon est triste.
Lou
n'a pas été GENTILLE avec lui.
Lorsque sa maman lui dit:
"As-tu fait tes devoirs mon chéri?"
Il lui répond: "PATATE POURRIE!"

Lorsque son Papa lui dit:
"Mais qu'est-ce que tu as aujourd'hui?"
Il lui répond:
"PATATE POURRIE."
Alors, ses parents
se fâchent:
"Si c'est comme ça, tu vas directement
au LIT!"

Et d'une
toute
toute
petite
voix,
Simon répond:
"Patate pourrie…"

Simon est PUNI.
Mais ce n'est pas à cause
de ça qu'il ne dort pas.
Il pense à
Lou,
à ses genoux
à ses bras tout doux,
et même à ses poux!

Le lendemain matin,
Simon est
TROP TRISTE.
ça continue:
Lou ne le regarde plus,
Lou ne l'écoute plus.
Et le
PIRE DE TOUT,
C'est qu'elle ne veut jouer
qu'avec Mamadou!

Alors Simon prend son
COURAGE
à deux mains.
Il dit à
Lou:

"Je ne veux plus
être ton
Amoureux,
PLUS DU TOUT!"

Lou
ne comprend pas.
Maintenant,
c'est elle qui est
TROP triste.
Alors, elle court après Simon.
Elle COURT si vite
que très VITE…
Elle le rattrape et lui dit:

"Mais tu es
complétement
FOU!"
Et elle lui donne…

… Un
BISOU.
Puis elle lui dit:

"Je t'aime PATATE POURRIE!"


Avec l'aimable autorisation de SIMON "le lapin" & Madame Blake.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 384
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0388] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.