Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 163
Invisible : 1
Total : 165
· Tychilios
13279 membres inscrits

Montréal: 22 oct 12:53:17
Paris: 22 oct 18:53:17
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: La porte de l'enfer (d'après l'oeuvre de Rodin) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
496 commentaires
Membre depuis
12 février 2017
Dernière connexion
20 octobre
  Publié: 11 oct à 10:07 Citer     Aller en bas de page


Source image : Wikipédia


Le poème, ci-dessous, en dodécasyllabes, se veut une interprétation de cette œuvre de Rodin, nommée ''La porte de l'enfer''
Rodin passa 38 ans à la réaliser et décéda avant qu'elle ne soit achevée.
Cette œuvre, bien qu’appelée ''la porte de l'enfer'' ne s'ouvre pas.
Elle a été commandée en 1879 pour orner la façade d'un futur musée d'Arts décoratifs qui ne verra pas le jour. Cela ne découragea pas Rodin qui poursuivit son œuvre.

Rodin s'inspira de ''la Divine Comédie'', œuvre de Dante Alighieri, poète italien du XIVe siècle. L'oeuvre est un long poème racontant son voyage aux Enfers, le Purgatoire et le Paradis à la recherche de sa bien-aimée Béatrice. Le poète latin Virgile l’accompagne et le guide dans son épopée. Aux enfers, ils rencontrent des âmes damnées qui leur racontent leur histoire. Ce sont ces personnages, condamnés à souffrir éternellement, que Rodin choisit de représenter sur sa porte.

Des agrandissements de l’œuvre permettent de visualiser le détail
de la complexité de l’œuvre et des références du texte.
Musée Rodin



La porte de l'enfer


Au tympan de la porte qui ouvre aux enfers
Dante médite quant au fatum des damnés
Que Minos assigne aux ''neuf cercles infernaux''.

Aux jambes du penseur, une femme accroupie
Ramassée ; hermétique, pleure ses douleurs ;
Mais voilà qu'elle est belle pour l'homme au serpent,
Ce damné embrassant le chaos de son sort
Dans l'inconscience d'une vaine escapade.

En fragments, la Martyre maintes fois s'invente
Prostrée de souffrances et parfois de plaisirs
Tantôt fortune, drapée au regard bandé,
Ou femme étreinte d'avarie et de luxure.

Une faunesse debout esquisse le geste
Imparfait et exquis d'une tendre pudeur
Qui habille si bien sa nudité d'airain ;
Tout en retrait, une Vénus déchue médite.

En miroir, une autre égérie pose à genoux,
Sensuelle et inspirée par les fleurs du Mal.
À l'opposée, coincée dans le relief des Limbes
Une femme damnée nous exhibe son torse.

Vois ce nu féminin dans un élan de chute
Et cette damnée s'accrochant à un rocher.
Implorent-ils le génie prenant son essor,
Cette entité semblant étrangère à l'enfer
Et qui guette les confidences de Glaucus ?

Par cette ''Petite Ombre'' regardant l'abîme,
Rodin s'agit-il du poète dans les limbes ?
Désespoir n'est-il que détresse et impuissance
Façonné par les démoniaques Sirènes ?

C'est au dernier Cercle, celui de trahison,
Que périrent Ugolin et ses quatre enfants
Sous le regard de bronze, figé dans le temps
Des luxurieux Paolo et Francesca,
Tristes héros de la Divine Comédie
S'enflammant au deuxième Cercle des Enfers.

Maintenant, tous demeurent prisonniers des limbes
En un chaos de corps alanguis ou crispés
Au cénacle des péchés et amours maudits.

Une nymphe pleure, enfermée dans ses douleurs ;
À ses côtés demeure Andromède, prostrée.
Un Mercure crucifié tombe à la renverse,
Bien loin du ''vieil arbre''et de son succube espiègle.

Agenouillée, la tête dans ses bras, l’Éveil
Livre la sensualité de son fessier
En écho platonique à l’Éternelle idole.

Étrangère au Monde, une Maudite accablée
S'est repliée sur elle-même, son désespoir
Tels tant d'autres affligés en ce feu ardent.

Amants maudits du Cercle des Luxurieux,
L'amour vous fuit loin des tentations charnelles
Et un vieillard assis guette la Confidence
D'une réflexion figée dans l'éternel.

Adolescent désespéré, l'enfant prodigue
Non résigné à son sort, se lamente, implore ;
Sous lui, Avarice et Luxure font l'amour.

Dominant le tout, trois ombres, tels trois Adam
En pathétique posture, incarnent la phrase
''Oubliez toute espérance en entrant ici''
Un vieillard assis, en patient éternel,
Médite sur les métamorphoses d'Ovide
Et appelle en son âme et ses membres figés
Souvenir d'une cariatide à la pierre,
Lui qui gît bien loin des sépultures célèbres.


Lucas



Glossaire :

Fatum : destin, destinée
Minos : Roi légendaire de la mythologie grecque
Neuf cercles infernaux : zones circulaires concentriques et superposées constituant l'Enfer imaginé par Dante Alighieri et décrit dans la première partie de la Divine Comédie. 
L'homme au serpent : référence de Dante pour les voleurs.
Glaucus:Dieu marin de la mythologie grecque
Ugolin : Référence au Comte Ugolin dans la Divine Comédie de Dante
Andromède : princesse éthiopienne de la mythologie grecque
Mercure : Dans la mythologie romaine il est Dieu de l'éloquence et de l'art de bien dire, il était aussi celui des voyageurs, des marchands et même des filous. Ambassadeur plénipotentiaire des dieux.
Le vieil arbre : nom donné à un assemblage de deux sculptures préexistantes de Rodin > Mercure et la petite faunesse. Cette œuvre suscita un grand intérêt dans les milieux symbolistes
L’Éveil : sculpture dite aussi la Nymphe Écho, Inspirée des Métamorphoses d’Ovide, elle représente une jeune femme assise sur un rocher et s’étirant dans un geste voluptueux
L’Éternelle idole : sculpture représentant un couple.
Cercle des luxurieux : Selon Dante, deuxième cercle des Enfers, celui où sont punis les damnés qui ont cédé aux tentations charnelles.
La Confidence : référence à une œuvre de Camille Claudel
L'enfant prodigue : Bronze de Rodin représentant un homme les bras levés au ciel dans une sorte d'imploration.
Métamorphoses d'Ovide : long poème latin d'Ovide, dont la composition débute probablement en l'an 1. L'œuvre comprend près de douze mille vers).

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17766 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 12 oct à 04:16 Citer     Aller en bas de page

Assurément une oeuvre singulière : la porte et ton poème hommage

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
903 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 12 oct à 06:24 Citer     Aller en bas de page

Lucas, Chapeau
A défaut de m'être attardée devant cette porte lors de ma dernière visite au musée Rodin, je prendrai le temps d'en visiter le site et de regarder la vidéo concernant l'œuvre. J'adore l'invitation à Entrer, sur le lien, non en enfer

  SHElene
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
496 commentaires
Membre depuis
12 février 2017
Dernière connexion
20 octobre
  Publié: 13 oct à 04:14 Citer     Aller en bas de page

Merci mesdames Bestiole et SHElene !
Vous avez eu courage d'affronter cette oeuvre complexe de Rodin - qui méritait quelques explications- et ce long poème au descriptif torturé, à l'image des entités représentées.
A vrai dire, je n'aurais pas été surpris de n'avoir aucun commentaire sur un tel post. Art, culture et poésie en mélange peuvent s'avérer indigeste.
Soyez-en doublement remerciée !

Lucas

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 130
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0237] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.