Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 120
Invisible : 0
Total : 120
13104 membres inscrits

Montréal: 12 nov 19:34:12
Paris: 13 nov 01:34:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Le Tue-vaques Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Berny

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
267 commentaires
Membre depuis
27 mars 2018
Dernière connexion
11 novembre
  Publié: 3 oct à 07:49
Modifié:  4 oct à 01:38 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Le Tue-vaques

Quelle région de France au temps de la vapeur
N’a pas connu son train devenu légendaire ?
De Valognes à Cherbourg en passant par Barfleur
Serpentait lentement la voie du Val de Saire.

Tenant compte des arrêts fréquents sur le parcours
De Cherbourg à Barfleur une bonne heure passait.
De Barfleur à Valognes par Saint-Vaast en détour,
C’était presque deux heures que toujours il fallait
A moins d’un incident tel un déraillement
Ou la vache paissant sur le bord de la voie ;
On ne s’appelle pas Tue-vaques innocemment
Et l’on comprend alors des voyageurs l’effroi.


Sur la plate-forme extrême, profitant du grand air,
On pouvait aisément faire conversation
Et plus d’un villageois savait alors y faire
De la belle normande entamer séduction.

Il était pittoresque dans sa façon de faire
Transportant marchandises et simples passagers,
Pour la perfide Albion les jeunes pommes de terre,
Pour les fins connaisseurs moutons de pré-salé
Et des agriculteurs les produits de la terre,
Carottes poireaux et choux sobrement emballés.
Comment ne pas parler des produits de la mer
Qu’il était téméraire souvent d’aller pêcher
Et enfin des touristes qui n’étaient pas peu fiers
D’aller du bout du pied tâter de l’eau salée ?

Il n’était plus rentable ce train de la presqu’île ;
Il fallut tourner page, au progrès sacrifier.
Si le cœur vous en dit, vous les gens de la ville,
Qui des trains du passé restez intéressés,
Dénichez une gare comme celle de Fermanville,
Peut-être dans le lointain entendrez-vous siffler.

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
1924 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
12 novembre
  Publié: 3 oct à 08:36 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Berny

Quel bel hommage à ce "Tue-vaques", qui nous fait voyager. Un beau récit, avec en plus les senteurs des produits locaux transportés !

Merci pour ce retour en arrière, empreint de nostalgie, pour cette ligne malheureusement plus assez rentable et fermée depuis longtemps déjà...

" Peut-être dans le lointain entendrez-vous siffler."



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Berny

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
267 commentaires
Membre depuis
27 mars 2018
Dernière connexion
11 novembre
  Publié: 4 oct à 03:05 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mawringhe
Bonjour Berny

Quel bel hommage à ce "Tue-vaques", qui nous fait voyager. Un beau récit, avec en plus les senteurs des produits locaux transportés !

Merci pour ce retour en arrière, empreint de nostalgie, pour cette ligne malheureusement plus assez rentable et fermée depuis longtemps déjà...

" Peut-être dans le lointain entendrez-vous siffler."



Mawr



Et j'entends siffler le train, et j'entends siffler le train....
Bonne journée
Berny

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 109
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0267] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.