Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 49
Invisible : 0
Total : 51
· Jacques-Marie JAHEL · ori
13205 membres inscrits

Montréal: 18 sept 07:45:04
Paris: 18 sept 13:45:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Le survivant Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Zilcah

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
3 commentaires
Membre depuis
1er janvier
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 11 sept à 18:02
Modifié:  12 sept à 08:14 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Soudain une porte s'ouvre
La lumière m'éblouit
La foule me découvre
De la fête se réjouit

Ils veulent me voir danser
Le vent et la poussière
La musique cadencée
Pour ma fin de carrière

Je virevolte et je tourne
Poussé par ces étoffes
Le maître me contourne
Me nargue et m'apostrophe

Un géant me provoque
Je ne peux que répondre
Et c'est le premier choc
Je sens que je m'effondre

Ils veulent me voir périr
Depuis que je suis né
J'ai ma vie à offrir
Telle est ma destinée

Sans le moindre jugement
Me voilà condamné
Le pire des châtiments
Une mort programmée

Pour la beauté du geste
Je sens que l'on me pique
Ils voudraient que j'y reste
Je veux une fin épique

C'est dans la tradition
Il faut que la bête meure
Elle paiera l'addition
Quelle qu'en soit la douleur

Vient le dernier combat
Le héros s'offre à moi
Mais j'ai le souffle bas
Le peuple est en émoi

Il devrait m'achever
Mais ne peut s'y résoudre
Me laisse encore rêver
Veut toujours en découdre

Je lance mes dernières forces
Dans ce ballet magique
Il faut que je m'efforce
En cet instant tragique

Je vois sa lame partir
Il vient de la lancer
C'est la fin du martyr
Et me voilà gracié

Ils voulaient de ma mort
Faire une mise en scène
Mais préfèrent pour mon corps
Cette issue moins obscène

J'ai évité ce jour
Cette sortie indécente
Dans un tout dernier tour
De ma dépouille fumante

Je pense à tous mes frères
Tombés pour cette coutume
Pour ces plaisirs d'hier
Ces émotions posthumes

Mon nom Ingenioso
Est maintenant adulé
De mes amis taureaux
Je suis miraculé

 
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
55 poèmes Liste
737 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 11 sept à 21:33 Citer     Aller en bas de page

Très très beau ! Merci

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
205 poèmes Liste
11292 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
18 septembre
  Publié: 12 sept à 02:55 Citer     Aller en bas de page

Une lecture qui me fait penser à une chanson de Francis CABREL...

Merci !

  ISABELLE
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
82 poèmes Liste
551 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
18 septembre
  Publié: 12 sept à 05:41 Citer     Aller en bas de page

La danseuse ridicule a renoncé à l'embrocher.
Entièrement d'accord sur le fond et bravo pour la poésie.

 
Rose-Amélie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
634 commentaires
Membre depuis
1er mars
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 12 sept à 09:11 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune
Une lecture qui me fait penser à une chanson de Francis CABREL...

Merci !

La corrida!

Beau poème.

  🌷
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
4526 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 13 sept à 05:22 Citer     Aller en bas de page

La seule chose qui devrait mourir c'est la corrida.

Honte à ceux qui en vivent et ceux qui les font vivre. Ce ne sont que des sous-hommes. Et qu'on ne me parle pas de traditions populaires. Elles sont trop commodes quand elles permettent de justifier n'importe quoi.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
1762 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 14 sept à 16:00 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Zilcah

Un très beau texte pour dénoncer une "tradition" beaucoup moins belle ! L'Indulto ( la demande de grâce ) n' est malheureuse pas appliquée assez souvent...

Ingenioso s'en sort bien ! Juan Bautista signait sa fin de carrière sur ce geste et tant mieux ! Ingenioso a regagné son Espagne natale et ne sera plus importuné.

Au diable les corridas et les" afficionados ", quel plaisir trouvent-ils dans la souffrance de la bête et le sang, c'est tout simplement barbare ! Et que l'on ne me parle pas de chances égales, le taureau n'a rien demandé.

Merci Zilcah pour ce partage.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 106
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0235] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.