Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 63
Invisible : 0
Total : 65
· Daniel · Aude Doiderose
13166 membres inscrits

Montréal: 21 août 09:52:18
Paris: 21 août 15:52:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Forêt Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
75 poèmes Liste
503 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
21 août
  Publié: 14 août à 06:46
Modifié:  17 août à 12:28 par Fried
Citer     Aller en bas de page

Comme dans mon jardin,
beau merle tu chantes,
la fête après la pluie.

Sittelle ta ritournelle
persistante semble triste,
et toi la buse, par ton cri alerte, tu abuses.

Toc toc toc
fait le pic épeiche
Il travaille ainsi
sans se dépêcher.

Feuilles et branches mortes
craquotent sous mes pas.
Un charme se balance dans le vent, il fait entendre un grincement, comme une porte que l'on ouvre.
Soudain un brocard
détale et aboie en cabot.
Il va dériboulant dans les buissons.

Des murmures de ronces mures
me gardent sur le sentier.
Au creux de la forêt sombre,
je respire une odeur de cuir en zone humide.
Un bruit de piétinement,
est passé par là.

Je m'assieds près d'un arbre
majestueux, pose ma main
sur sa peau de mousse.
Le vénérable du peuple
des trembles n'est pas mort,
Il pousse encore.

photo que j'ai prise près de Montcornet

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17685 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
19 août
  Publié: 14 août à 11:10 Citer     Aller en bas de page

Ah que j'aime les forêts
L'arbre n'est pas mort voyons, ses congénères partagent encore avec lui leuers ressources
J'ai commencé en effet à lire La vie Secrète des Arbres de Peter Wohlleben, c'est un univers fascinant

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
173 poèmes Liste
4398 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
21 août
  Publié: 15 août à 12:30 Citer     Aller en bas de page

J'adore.
dès qu'il y a des zoziaux j'adore.

Et le tremble itou.

Merci.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 15 août à 14:48 Citer     Aller en bas de page

Après la Vague (plus pacifique que celle d'Hokusaï), tu me charmes dans tes tribulations, forestières ici...J'ai beau être parisien "pur sens", je ne peux me passer de ces arbres et de leurs locataires...(je mets souvent ma paume sur un certain cèdre qui pousse près de chez moi...je dois être "coucou"...mais j'assume ^^).
Merci pour la bouffée d'oxygène : -)

Amitiés
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
75 poèmes Liste
503 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
21 août
  Publié: 15 août à 15:16 Citer     Aller en bas de page

Merci Bestiole, je n'ai pas lu ce livre mais j'en ai entendu parler, ça à l'air assez fascinant cette communication entre les arbres.
Merci à toi JB.
Merci Riga pour ta lecture, tu as de la chance les cedres sont des arbres majestueux.

 
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
639 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
21 août
  Publié: 16 août à 03:00 Citer     Aller en bas de page

Tous les sens en éveil pour cette charmante promenade en forêt ... Merci Fried pour le partage !

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Brin d'harmonie

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
473 commentaires
Membre depuis
15 juin 2017
Dernière connexion
16 août
  Publié: 16 août à 11:47 Citer     Aller en bas de page

La nature nous invite à s'ouvrir à elle-même comme à nous-même, je me suis laissé ceindre par cette atmosphère sylvestre, entre craquements, effluves au tactile végétal, et vocalises ailées.
Merci cher Fried, de recouvrir de votre encre le bitume.

 
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
716 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
21 août
  Publié: 16 août à 14:33 Citer     Aller en bas de page

Des ambiances qui me sont familières, très joli poème Fried.

  SHElene
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 249
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0410] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.