Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 55
Invisible : 0
Total : 57
· LE PASSANT · AllantVers
13321 membres inscrits

Montréal: 25 oct 18:39:02
Paris: 25 oct 23:39:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (septembre 2020) : "New-York - Manhattan" :: “errance” nocturne à Manhattan Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
180 poèmes Liste
694 commentaires
Membre depuis
22 avril 2018
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 10 sept à 06:44
Modifié:  10 sept à 11:57 par Emme
Citer     Aller en bas de page


“ERRANCE” NOCTURNE À MANHATTAN


Il traque les ruelles et les poubelles
Du nord de Manhattan
Comme un cafard
En safari nocturne.

Antennes hautes.

Il se traîne hors
Des murs solitaires
À la recherche de déchets toxiques
Dans les bennes à ordures.
Ses yeux s'arrêtent sur des lèvres meurtries et ensanglantées,
Irritées et craquelées par la mastication de bouteilles
De rêves liquides brisés.

Il trébuche…
Sur les bottes non lacées et sans visage des M.I.A.,¤
Perdus dans leur brouillard de whisky
Et leurs cauchemars au napalm.

Des nourrissons pleurent, des mères crient.
Leurs cris parcourent les rues
À la recherche d'un abri plus sûr ...
Loin de lui,
Loin d'eux-mêmes.

Sa bouche se crispe
En comptant les innombrables corps mal assortis,
Blottis contre des boîtes en carton
Remplies de journaux et de canettes de bière vides.
Des oubliés qui,
Bizarrement, se ressemblent,
Abandonnés comme de la merde de chien
Sur le bord de l'inhumanité.

À la lumière d’un lampadaire exsangue,
Il feuillette des guides touristiques non lus,
Tachés de tabac et de ketchup…
Des cartes de la jungle pour routards :
Des voyeurs en charter qui reluquent
Le côté le plus sombre de Harlem ou de Hell’s Kitchen, ¤
Sirotant ainsi, leur élixir de douleur de contrebande.
(Un remède bon marché pour pimenter leur existence pitoyable).

Les escrocs de la nuit aux yeux affamés,
À la recherche de combines sûres,
Profitant du brouillard pour trouver une proie facile,
Le suivent,
Léchant le blues du samedi soir
Avec des langues gourmandes.

En descendant vers l’Hudson River, ¤
Loin des regards et des insultes
Jetés à son passage,
Il prend conscience de la puanteur,
Des mauvaises odeurs
De fromage rance et de jeans pisseux.

Les ombres de la lumière de la rue le suivent ;
Des voix invisibles l'interpellent...

Quelque part, dans des rues (apparemment) familières,
Il perçoit les échos de Dizzy Gillespie
Et de Duke Ellington qui lui tendent la main
Et le font vibrer... un souvenir... un moment d'émotion...
Un cauchemar kafkaïen de fin de nuit
Auquel il s'accroche encore
Derrière des yeux clos injectés de sang.

Avec délicatesse, il les persuade de se dévoiler.
Les fantômes, alors, s'accumulent au plafond,
Se balancent en dansant
Au-dessus du taudis de sa solitude
Sur les accords classiques de “Rhapsody in blue".

Le saxo ténor gémit :
"Bonsoir".
“Sois le bienvenu…"

AMANDA SMITH SKINNER


M.I.A: “Missing In Action” - Soldats US ne revenant pas d'une opération militaire sans qu’on sache s'ils ont été tués ou capturés.
Hudson River. Fleuve New-Yorkais baignant la côte ouest de Manhattan
Hell's Kitchen qu’on traduit par : “La cuisine de l'enfer” ou “la cuisine du diable” est un quartier de Manhattan, tout comme Harlem.

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Mi biche mi serpent, ça dépend des moments (@Storm)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
320 poèmes Liste
18532 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 10 sept à 08:10 Citer     Aller en bas de page

Sacrée ambiance, truffée de référence, pour qui connait New York c'est très riche

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
180 poèmes Liste
694 commentaires
Membre depuis
22 avril 2018
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 5 oct à 06:54 Citer     Aller en bas de page

Citation de Bestiole
Sacrée ambiance, truffée de référence, pour qui connait New York c'est très riche



5 U pour ton com.
En cette période où on doit porter un masque, J'apprécie que tu aies, un instant, tombé le tien.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 254
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0308] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.