Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 16
Invisible : 0
Total : 20
· Pichardin · samamuse · Fried
Équipe de gestion
· Bestiole
13110 membres inscrits

Montréal: 15 nov 03:24:37
Paris: 15 nov 09:24:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Le périphérique de l'au-delà Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 27 juin à 07:37
Modifié:  28 juin à 00:09 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Le périphérique de l’au-delà

Dans toute la maison
Il y a une odeur de couscous
qui promène ses épices avec nonchalance
Je crois que mon voisin doit la sentir
au travers des murs,
ils sont si transparents.

j’ai onze ans et je n’ai pas les mots.
Je vais souvent à l’école
mais elle est plus triste que le béton,
elle sent l’absence et la cause perdue
elle dégage des effluves de contrainte
et d’envies trop tôt fanées

Je suis né à Aubervilliers et je n’ai pas les mots

Comme tous les jours,
mon père prépare son thé à la menthe,
avec des grands gestes et le sourire
de ceux qui sont encore un peu là-bas.
Puis il reste assis et s’enfonce dans sa honte
avec le regard vide et la tristesse sur les épaules.
Il a tout laissé s’évaporer,
ses prières et ses exigences,
son histoire d’ouvrier
et ses câlins qui dépassaient de sa rugueuse tendresse
et ses colères qui domptaient le silence
avec des images venues d’un autre temps.

Je n’ai pas les mots
Mais j’ai honte de la honte de mon père

Je ne sais pas si l’an prochain
je serai guetteur des nuages,
assis sur mon fauteuil en plastique
et plus tard pourvoyeur de mauvais rêves
Je ne sais pas si je serai un caïd
arrogant et fier qui brûle sa vie
dans des palabres mortelles
Je ne sais pas si je serai
un souvenir laiteux qui s’estompe
dans la désespérance de mon père

Ma mère est forte et pesante,
mais c’est un sirocco amoureux
qui enchante la tristesse des jours.
Son fichu désole les couleurs du soir
il souligne ses brassées de douceur
avec l’insistance des mendiants.

Elle est mon amer,
mon cap de bonne espérance
mon ancrage quand je rentre au port,
mon présent en fleur.
Je n’ai pas de mots !

Le rugueux du bitume
use mon espoir et mes sourires,
bientôt je serai grand
et le rien m’envahira,
je ferai mon métier du vide et de l’errance.
Le périphérique est trop loin, trop haut,
il repousse comme le mauvais côté de l’aimant,
il enterre avec indifférence,
il dépeuple mes désirs
avec la constance mathématique
des équations honteuses.

Mane le 27 juin 2019
Christian DUMOTIER

« Poèmes, prose et autres divagation » aux éditions Baudelaire



  Aconcagua
Fried

Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
616 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 27 juin à 14:24 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce texte superbe
J'ai aimé "mon père prépare son thé à la menthe,
avec des grands gestes et le sourire
de ceux qui sont encore un peu là-bas."
C'est pas très gai, mais beau et bien écrit.

 
fée de blé


La beauté est là où y s'y attend le moins
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
66 poèmes Liste
151 commentaires
Membre depuis
27 février
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 27 juin à 14:40 Citer     Aller en bas de page

Superbe poésie dont le récit nous emmène dans un quotidien de souvenirs, d'amour et de tristesse, j'ai beaucoup aimé

  Fée de blé
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
287 poèmes Liste
5121 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 29 juin à 09:25 Citer     Aller en bas de page

Très beau texte qui fait passer une vraie réalité, j'ai vécu dans le 9/3. Comme éducateur si tu as connu Grajar93 passe par MP j'ai donné beaucoup de mon temps disponible à cette association.

Amitiés

Yvon

  YD
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 193
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0212] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.