Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 264
Invisible : 0
Total : 264
13084 membres inscrits

Montréal: 19 juil 04:17:41
Paris: 19 juil 10:17:41
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: la vieille dame et la soignante en maison de retraite Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 22 juin à 05:30
Modifié:  22 juin à 05:31 par ACONCAGUA
Citer     Aller en bas de page


La vieille dame au mauvais endroit


J’ai oublié ma mémoire
elle s’est envolée comme une brume au soleil
en laissant çà et là de petites écharpes transparentes.

J’ai perdu mes enfants
Ils n’ont plus de visage, plus de nom
et quand ils viennent me voir m’évaporer,
ils se taisent, regardent leur boîte à tout faire
ou s’en vont en me laissant me reposer en paix.

Ici il y a plein de petites mains pour la toilette
jamais les mêmes,
certaines avec des douceurs de nourrisson,
avec des mots caressants
qui donnent envie de vivre encore un peu,
d’autres avec des violences retenues
des cris qui réveillent mes premières terreurs
avec un peu de dégoût
comme une fleur malsaine au coin des yeux.

Ici, le soir, il faut manger vite,
de drôles de choses.
Ma voisine déverse sa litanie
avec des balancements pleins d’élégance,
il y a aussi Marie je crois,
qui demande des nouvelles de ses fantômes
et Pierre peut-être,
qui grimace dans le vide de sa bulle.
Ce n’est pas bon.

Ici on me pose dans un coin,
toujours le même coin,
à côté des fleurs artificielles,
celles qui veulent s’échapper
pour ne plus me voir
car je ne bouge pas,
je reste là à détricoter ma vie
en attendant le prochain repas
ou le petit sourire
qui me fera exister encore une fois,
peut-être la dernière.

Ici les heures n’en finissent pas d’être des jours,
j’attends, je regarde passer les autres
qui déambulent avec la lenteur
de vieux phasmes chaotiques
ou qui marchent vite,
la jeunesse plein les mains
et de belles blouses blanches
avec le regard fuyant notre transparence.

Demain je rentre chez moi.
C’est où mon chez moi ?
Je n’existe plus,
je suis l’inutilité des immortelles.


La jeune femme au mauvais endroit


Je pleure mon épuisement et mon impuissance,
mon ventre aussi aimerait pleurer ses nouages
pour effacer les angoisses.
J’ai peur de faire peur,
j’ai peur de blesser, d’humilier.

Ils sont très vieux,
leur corps ressemble
au champ de bataille
de la misère.
Ils ont des souillures
à n’en plus finir.
Ils sentent la vie en fuite,
mais je les aime.

En trois minutes je dois
expliquer mes petits gestes,
déshabiller les cauchemars,
laver la solitude,
revêtir l’infinie faiblesse,
maquiller la désespérance,
caresser la douce mollesse des visages,
enfouir la vie au fond des yeux
poser une petite fleur de dignité au coin des lèvres.
Et moi, je déshabille, je lave, j’habille ; je pleure,
en trois minutes.



Mane le 18 juin 2019
Christian DUMOTIER

« Poèmes, prose et autres divagations » aux éditions Baudelaire

  Aconcagua
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
3938 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 22 juin à 15:23 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Christian,

Merci de dénoncer cela....
Hélas beaucoup de bonnes volontés écrasées sous l'exigence de la rentabilité de bureaucrates ambitieux.

Quand le social devient business ... comment ne pas y perdre ses valeurs ?

J'ai la grande chance de travailler dans un endroit où l'humain garde la première place... mais ces endroits sont de plus en plus rare.

Un regard très juste

Myo

 
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
670 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 22 juin à 15:25 Citer     Aller en bas de page

Des mots de choix qui rendent belle cette vieille dame dans son oubli et magnifique cette aide soignante dans son dévouement.

  SHElene
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 125
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0322] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.