Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 45
Invisible : 0
Total : 47
· Andesine
Équipe de gestion
· Lilania
13205 membres inscrits

Montréal: 19 sept 15:28:06
Paris: 19 sept 21:28:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Muses terriennes. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Cerdick


«Un poème bouge avec le temps (Jacques Roubaud)»
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
195 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
5 septembre
  Publié: 13 juin à 03:12 Citer     Aller en bas de page


Ce que j'aime chez la femme ...

C'est sa virilité subtile
Et son énergie finement démasculinisée,
C'est sa puissance gravée en filigrane
Au travers de sa "féminitude" ensorcelante,

C'est la douceur de ses traits décidés,
Qui soulignent d'un seul sourire cristallin
Toute l'intensité de notre existence,

Ce sont ses deux sources de l'alimentation originelle,
Enveloppant sans prétention les destins du monde
Et la merveilleuse émotion qui bat entre elles deux,

C'est son ventre soyeux
Et ses tripes audacieuses,
C'est la cambrure magique de ses arrières
Et la volonté trempée de son allant,
C'est son amitié enivrante dans l'amour,
Son amour intransigeant dans l'amitié,

Et je chavire en son être moqueur ...

Quand je l'imagine en ces paysages dépréciés,
En train de papillonner paisiblement
Dans le clin d'œil de ses dessous,
Devant celui qui se coince l'index
Dans la fébrilité de sa braguette arrogante,

Quand je l'évoque en ces fantasmes écornés,
Faisant glisser d'une pincée friponne
Le zip ensorcelant de sa seconde peau,
Devant celui qui dépose mollement sur la moquette
Son gros slip "Petit Cargo" à poche indépendante,
Tout en dégoulinant d'autosatisfaction,

Quand je la devine en ces souffles contrariés,
Au moment de s'immerger lentement
Dans ses bas écumant de soie océane,
Au large de celui qui enfourne avec béatitude,
Ses fumantes "Petit Rafiot" tricotées main
En éructant de plaisir laconique,

Et je sombre en son âme silencieuse ...

Quand je l'accompagne au bord de son envol heurté,
Après avoir étoilé ses regards déçus
De lumineux pastels arc-en-ciel,
Tout en soupirant sur cette moitié de demi-dieu
Qui auréole ses "quinquets" avec des "sunglasses ray-banisés"
Pour apaiser ses yeux repus d'amour ingurgité.

Puis je m'apaise en ses pardons intacts,
Quand je l'entends respirer dans mon esprit
Loin de ceux qui décident pour deux.
Car ce que j'aime le plus chez la femme,
C'est ce feu qui sait faire reculer l'homme
Sans jamais dire : – Moi, la femme !

Et je recherche la femme ...

Lorsque j'ai besoin d'apprendre,
Besoin d'inspiration,
Besoin d'être moi,
Besoin d'avoir envie de vivre.

Et je retrouve la femme ...

Lorsque j'ai besoin de parler,
Besoin d'amitié attentive,
Besoin de rencontrer ma raison,
Besoin d'aimer vraiment.

J'invoque la femme à chaque seconde
Et je suis rassuré,
Quand elle m'écoute lui raconter
Ma belle histoire de pénitent
Qui se sent bien dans la chair de ses vouloirs.

Je me perds en la femme,
Quand elle m'écoute lui confesser
Mon envie d'homme toujours en manque d'elle,
Mon besoin d'homme qui a besoin d'effleurer sa peau.
Jour après nuit,
Seconde après éternité,
Même en rêve,
Sans jamais oser pouvoir la blesser.

Et je ressens la femme ...

A chaque bouffée d'air pur,
En chaque goutte de rosée immuable
Et je suis apaisé,
Parce qu'elle sait voir, bien au-delà de mes aveux,
Les doutes de mon désir mâle
Aveuglé sans son image.
Les incertitudes de mon espoir viril
Qui aura toujours besoin de sa main
Pour se retrouver.

Je m'écoule en la femme
A chaque grain du sablier temporel,
Pour qu'elle me laisse la regarder.
Telle qu'elle sait être
Et sans se perdre innocemment,
Dans la recherche d'une égalité
Bien trop inégale pour elle.

Je m'interroge en la femme ...

Pour connaître la vie,
Pour comprendre ma vie,
A chaque instant.




Néologisme(s) :
"Féminitude" (Wiktionnaire)
"Sunglasses" (Traduction anglaise de lunettes de soleil)
"ray-banisés" : (Ray-ban : marque de lunettes de soleil)
"Quinquets" : (Familier) (Vieilli) → Les yeux.

  CdK
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
1764 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 13 juin à 07:43
Modifié:  13 juin à 07:44 par Mawringhe
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Cerdick

Merci, un grand merci au nom de la femme que je suis et pour toutes les autres... "Muses terriennes", trop beau ce titre ! Commentaires s'en suivront, je pense !

Ce texte est une magnifique dédicace à laquelle l'on ne peut que succomber, dans le sens agréable du terme !
Perso, ton texte sans retenue m'a émue ! Tu te livres avec sincérité, avec une grande profondeur et ton écrit m'a sincèrement touchée. Tu vas puiser en la femme les réponses à tes questionnements d'une manière tellement évidente. Cette femme qui peut-être amie, amante, mère...

Je sens que tu vas avoir "un fan club" avec d'aussi belles paroles... Mais pour te lire régulièrement, je dirai que ce n'est qu'une corde de plus à ton arc !

Merci encore pour ce superbe partage.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
11 septembre
  Publié: 13 juin à 15:16 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Cerdick,

Très bel hommage aux femmes !



Bonne soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 112
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0212] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.