Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 167
Invisible : 0
Total : 168
· Andesine
13090 membres inscrits

Montréal: 23 juil 13:51:05
Paris: 23 juil 19:51:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: En ""remontand"" Le Temps Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
thomelie 50

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
4 commentaires
Membre depuis
13 février
Dernière connexion
22 juin
  Publié: 15 mai à 04:58
Modifié:  15 mai à 07:36 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

EN REMONTAND LE TEMPS


J’aimerais tant revoir Montand.
A Bobino, à l’Olympia.
Entendre tous ces cris, tous ces applaudissements.
Sa grande silhouette, en nous à jamais restera.

En balayant les feuilles mortes,
Je partais à bicyclette
Sans Paulette que dans mon cœur je porte
Mais tout en gardant du soleil plein la tête.

J’arpentais les grands boulevards,
M’arrêtant dans un doux caboulot,
Celui où il y avait tant de gens bavards,
Celui où Clémentine faisait son show.

C’était si bon, en ce temps-là.
C’était mon manège à moi.
J’entendais même chanter Mathilda.
Et alors dans mon cœur grandissait l’émoi.

Je pouvais dire, j’ai de la veine
Quand montaient les trois petites notes de musique.
La Marie Vison apparaissait alors sans peine
Et à Paris, avec elle tout devenait magique.

Faisant un grand bouquet de roses de Picardie,
J’entrais dans le cabaret de la dernière chance
Où j’offrais mes fleurs à mon amie.
Même Simone était là, dans sa robe blanche.

Et puis, il y avait son pote le Gitan.
Celui qui avait bien connu Batling Joe.
Il avait tant de soleil plein la tête
Qu’il n’avait aucun mal à chanter bien haut.

Maintenant que tu es parti,
Mon bon Yves, mon grand Escogriffe,
Mon cœur est vide. Tout est fini.
Même les plaines du Far West restent grises.

La chanson de ma rue restera toujours.
Tes roses ne faneront jamais, tu sais.
Là-haut, tu côtoies tous ces grands poètes de l’amour.
Reste comme cela, clopin-clopant, chapeau le Papet.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14960 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
9 juillet
  Publié: 15 mai à 15:59 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir thomelie 50,

Très bel hommage à ce grand artiste !



Bonne soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Cerdick


«Un poème bouge avec le temps (Jacques Roubaud)»
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
147 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 16 mai à 02:19 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
Pour ce troisième texte, donnant à penser qu'il fait partie d'une série inspirée par une épisodique introspection poétique, est de la même profondeur que les deux autres. C'est la première fois que je fais trois commentaires de suite, mais je n'ai pu me retenir.
Pour ce poème, je l'ai ressenti comme un éloge ou plutôt comme une épitaphe dédiée à celui qui occupe une grande place dans le souvenir. Ici, surgissent de nombreuses références musicales qui reviennent murmurer dans ma mémoire.
J'ai non seulement beaucoup apprécié ces nombreux rappels de chansons, tels ces rappels se produisant en fin de spectacle, mais j'ai beaucoup aimé cette inspiration.

  CdK
PaulMUR

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
77 commentaires
Membre depuis
17 avril
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 17 mai à 11:06 Citer     Aller en bas de page

Je n'ai jamais apprécié le chanteur mais l'acteur était magnifique. Ses rôles souvent commerciaux mais parfois profonds étaient d'une justesse difficile à obtenir.
N'empêche que les chansons qu'il interprétait nous reste dans la tête sans savoir pourquoi. Le rencontre d'un texte et d'une musique font parfois un bonheur.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 217
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0399] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.