Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 30
Invisible : 1
Total : 32
· ami_des_vers
13367 membres inscrits

Montréal: 7 juil 15:57:02
Paris: 7 juil 21:57:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: L'enfant soldat Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet 2019
  Publié: 29 avr 2019 à 12:06
Modifié:  29 avr 2019 à 12:07 par ACONCAGUA
Citer     Aller en bas de page

L'enfant soldat

La latérite ne semblait pas si rouge
et la pluie, lourde et chaude
dans cette terre sauvage,
traçait de petits ruisseaux
qui palpitaient dans la folie en tenue de soirée.

Ils étaient là, immenses et fiers
avec l'acier de leurs armes
comme unique offrande,
avec au coin des yeux
un éclatant délire.

La latérite ne semblait pas si rouge.
Le sang de mon père grignotait l'espace
et son sourire embrassait la mort.
Ma mère avait cessé ses bouquets de hurlements,
son corps dessinait l'alphabet de la souffrance
et son visage pleurait ses arrachements
dans l'épaisseur du ciel.

Ils m'ont volé, engagé, transformé, appris l'abîme
je suis devenu un vieillard à onze ans.
La latérite est devenue d'un beau rouge carmin.
Chaque jour j'ai tué, torturé, mutilé
j'ai obéi, commandé,
chaque nuit j'ai sucé mon pouce,
arraché mes cauchemars,
détricoté mes larmes.

Aujourd'hui, je suis un fugitif des rêves,
mes hallucinations me grignotent
avec la constance des innocents
et la cruauté des feux-follets.

Aujourd'hui je suis en Ouganda
mon village a peur de moi,
je suis la dépouille des morts
la grimace des monstres.

Aujourd'hui j'apprends à lire
je suis presque un enfant
et je sais écrire « latérite »

Christian DUMOTIER

  Aconcagua
Pieds-enVERS


Qu'importe si l'alexandrin est mal chaussé à partir du moment où il a une semelle musicale
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
1715 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2015
Dernière connexion
22 juin
  Publié: 29 avr 2019 à 12:20 Citer     Aller en bas de page

Bonjour
Je ne connaissais pas " la latérite"
Ceci dit j'ai eu des frissons pendant toute la lecture , faire parler cet enfant soldat est émouvant , d'autant plus que les mots frappent et font mal!
heureusement vous terminez par une petite note d'espoir dans les trois derniers vers!!
Merci

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 29 avr 2019 à 15:20 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Christian,

Très émouvante poésie !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
783 poèmes Liste
22595 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
7 juillet
  Publié: 29 avr 2019 à 16:47 Citer     Aller en bas de page

"Allah n'est pas obligé", un livre qui parle de ça.
Merci de ce poème.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
791 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 30 avr 2019 à 02:00 Citer     Aller en bas de page

Assez souvent la terre d'Afrique à cette couleur rouge, elle accompagne la sauvagerie des conflits. Poème très imagé et bien écrit.

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
12349 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
7 juillet
  Publié: 30 avr 2019 à 14:07 Citer     Aller en bas de page

Un poème émouvant avec des images puissantes et poignantes ...
Merci à toi !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
155 poèmes Liste
1475 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
7 juillet
  Publié: 30 avr 2019 à 16:07 Citer     Aller en bas de page

Ton écriture m'interpelle à chaque fois! Le sort de cet enfant encore plus. Avec lui, tous les autres.
L'alphabétisation et l'accès à la culture, une nécessité pour rêver à une paix possible.

  SHElene
Laurt64
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
28 février 2019
Dernière connexion
14 mars
  Publié: 30 avr 2019 à 17:50 Citer     Aller en bas de page

Texte définitif, puissant et terrible.
quiconque a foulé le sol africain, loin des pièges à touristes, a pu ressentir la puissance fauve de ces peuples affamés de vivre.
mais aussi affamés de savoir, de découvrir, de comprendre,
si on laisse le temps aux enfants d'être des enfants.
et aux hommes de bonne volonté d'éradiquer les corruptions de tous ordres.

texte fort. Merci.

 
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet 2019
  Publié: 2 mai 2019 à 03:54 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos réponses et vos réflexions. Ce sujet n'est plus trop d'actualité, pourtant ils sont des milliers dans le monde à se faire voler leur enfance, souvent leur vie aussi!

  Aconcagua
NOMAL' SLAND

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
31 commentaires
Membre depuis
11 avril 2019
Dernière connexion
18 novembre 2019
  Publié: 2 mai 2019 à 11:59 Citer     Aller en bas de page

Les mots pour penser aux maux à panser.W

  NOMAL'SLAND.W
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 349
Réponses: 9
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0258] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.