Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 10
Invités : 21
Invisible : 0
Total : 31
· Tristanic · Bethsabée Mucho · Cidnos · saldday · Chado · Galatea belga · Pyerre · L'Architecte · Maschoune · Cioran
12753 membres inscrits

Montréal: 13 févr 05:46:57
Paris: 13 févr 11:46:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: Moqueries de bas-niveau Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
*Miss*Apple*


Chante autant que tu peux avant de perdre ton souffle...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
25 commentaires
Membre depuis
5 juillet 2012
Dernière connexion
31 mars 2013
  Publié: 8 nov 2012 à 11:18
Modifié:  10 nov 2012 à 14:16 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Dame Chenille se sentait seule et souvent mal,
Incomprise, où qu’elle soit, qu’importe le pétale
Le monde des insectes lui riait au nez
La méprisait, la trouvant grosse, d’un vil aspect :
« Comme vous êtes laide, lui lançait le Pou.
-Comme vous êtes gauche, disait la Sauterelle.
-C’est vrai ! » minaudait le phasme, maigre comme un clou.
Que les bêtes sont cruelles !
Partout où elle allait, chacun la repoussait,
La faisant fuir par le biais de quolibets.
Ca rampait, ça mordillait ses feuilles, en clair n’avait pas sa place
Au milieu d’insectes, tous empreints de grâce.
Atteinte par tous ses vilains traits
Meurtrie, elle décida de s’enfermer.
Dans un cocon qu’elle-même avait tissé,
Elle regarda ainsi les jours filer.
Tandis qu’elle se détestait,
Sa silhouette, elle, changeait
Et un matin elle sortit,
De lumière elle resplendit.
Elle éclatait de couleur et de beauté
Son corps avait fondu, deux ailes s’étaient formées
Sur son dos, chatoyantes et magnifiques,
De quoi rendre envieuses du monde toutes les mites !
Dès lors elle survola ses anciens bourreaux,
Qui la jalousaient, mais ne pouvaient l’atteindre tant elle volait haut.
Que chaque être puisse avoir le temps d’éclore,
De pousser et de doucement fleurir.
Que personne, jamais, n’aie honte de son corps
Car chacun porte en soi son envol à venir.

 
*Miss*Apple*


Chante autant que tu peux avant de perdre ton souffle...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
25 commentaires
Membre depuis
5 juillet 2012
Dernière connexion
31 mars 2013
  Publié: 8 nov 2012 à 13:06
Modifié:  8 nov 2012 à 13:06 par *Miss*Apple*
Citer     Aller en bas de page

Merci d'avoir pris le temps de me lire
Et pour tout dire, cela ne m'est pas venu comme ça, c'est un devoir de français, mais s'il t'a fait rire, tant mieux, cela me fait plaisir !
Mais remettez donc votre chapeau avant de n'attraper froid par le temps ( et surtout le vent ) qui court

 
Malice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
533 commentaires
Membre depuis
12 mars 2008
Dernière connexion
10 février
  Publié: 8 nov 2012 à 17:17 Citer     Aller en bas de page

Une fable toute mignonne, et dont la morale devrait servir de code de vie à beaucoup!

  On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul. (Al Capone)
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
14830 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
12 février
  Publié: 9 nov 2012 à 03:48 Citer     Aller en bas de page

Un grand merci pour ce joli conte et pour la morale, " que chacun porte en soi son envol à venir " ça c'est bien, mais il suffit aussi de bien se poser et de ne pas être aussi nocif que ces chenilles processionnaires. Quand la chenille devient un magnifique papillon, c'est de toute beauté, malheureusement, tout comme les libellules, ils se font rares....
J'ai été charmée
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Jeanne Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1180 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
23 décembre 2015
  Publié: 9 nov 2012 à 06:46 Citer     Aller en bas de page

C'est l'histoire du "vilain petit canard" revisitée et avec une belle chute

Blottie

 
*Miss*Apple*


Chante autant que tu peux avant de perdre ton souffle...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
25 commentaires
Membre depuis
5 juillet 2012
Dernière connexion
31 mars 2013
  Publié: 9 nov 2012 à 14:21 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous de vos chaleureux commentaires
En réalité j'avais pour consigne d'écrire une courte fable sur un sujet qui me révoltait après qu'on ait étudié les textes de La Fontaine. J'ai donc choisi la mise à l'écart due au physique et suis ravie que ma morale vous plaise !
Encore merci à vous !
Lou.

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Je suis une partie de nous unique et multiple à la fois (chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
284 poèmes Liste
16497 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
12 février
  Publié: 10 nov 2012 à 14:16 Citer     Aller en bas de page

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 291
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1007] secondes.
 © 2000 - 2016 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.