Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 12
Invisible : 0
Total : 12
13153 membres inscrits

Montréal: 6 déc 22:54:19
Paris: 7 déc 04:54:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Le sang du flamboyant Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13596 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 27 mars à 15:43
Modifié:  27 mars à 15:47 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page






La peau tannée, noircie par le vesou gluant,
Il court à travers bois en semant la terreur,
Il traque les colons alimentant leur peur,
En tuant leur bétail, en calcinant leurs champs.

On l'appelle Marron c'est le nom qu'il se donne,
À leurs yeux il vaut moins qu'un agneau, qu'un chien...
Mais la sève écarlate en coulant de ses reins,
Rappelle aux alizés qu'il est une personne.

Comme sa fille unique était douce et jolie 
Avant d'agoniser sous les coups du fouet ;
Pour s'être refusée au contremaître blanc.

L'orage de la haine en son être rugit,
Mais il s'arrêtera ce soir dans la forêt,
Quand son sang nourrira celui du Flamboyant.




Bélia (chant traditionnel martiniquais) par Ti Emile.
Style : Bèlè.

 
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
637 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
27 novembre
  Publié: 27 mars à 17:21 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce poème qui évoque un peu de l'histoire des Antilles, l'esclavage, la canne à sucre et cet arbre magnifique quand il est en fleur.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 27 mars à 18:18 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Adamantine,

Magnifique poésie !
Bravo !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
187 poèmes Liste
4895 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 28 mars à 07:18 Citer     Aller en bas de page

Très beau ! Je ne sais pourquoi ce poème poème me fait penser à Twelve years a slave, car Salomon Northup n'était pas marron, sans doute l'histoire de la fille fouettée... Terribles conneries que l'esclavage et le racisme !

Par contre la musique, là, je ne suis pas fan.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15794 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 28 mars à 13:07 Citer     Aller en bas de page

le plus malheureux que c'est
un poème encore en actualite
emouvant ecris

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
287 poèmes Liste
5146 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
5 décembre
  Publié: 29 mars à 08:44 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
On l'appelle Marron c'est le nom qu'il se donne,
À leurs yeux il vaut moins qu'un agneau, qu'un chien...
Mais la sève écarlate en coulant de ses reins,
Rappelle aux alizés qu'il est une personne.



La révolte est nécessaire à l'homme pour garder sa dignité.

Amitiés

Yvon

  YD
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
97 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
11 novembre
  Publié: 4 avr à 15:11 Citer     Aller en bas de page

Une thématique peu courante sur les sites de poésie : la domination coloniale également exercée par le sexe contraint. Vous avez «dénoué» quelque chose chez moi. Merci pour l'illustration musicale.

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13596 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 10 avr à 13:20 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous de vous être posés ici. Cette musique est une partie de moi. Née dans les cases des esclaves, nourrie des rue case nègre des affranchis, elle sort des tripes. Elle n'est pas mélodieuse et n'est pas fait pour cela. Le bèlè était l'un des seuls exutoires des noirs des Antilles françaises, ces rythmes, leurs ancêtres les avaient amenés des contrées africaines dont-ils étaient issus.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 243
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0511] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.