Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 245
Invisible : 0
Total : 248
· Lafleurquirime · Junior Potvin
Équipe de gestion
· Ashimati
13232 membres inscrits

Montréal: 27 nov 09:18:31
Paris: 27 nov 15:18:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Ebauche d'une pensée venue des limbes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 20 févr 2018 à 06:16 Citer     Aller en bas de page

D’aucuns diront que seul, dans l’Univers, Dieu possède les pouvoirs de création et d’extinction.

En acceptant cet axiome comme vrai, l’entité qui a la faculté d’ôter la vie est la Mort : La Mort est donc Dieu.

Si la Mort régit la Nature par la fin et qu’elle est Dieu alors Elle est aussi à l’origine de la vie.

• Si Elle nous inspire peur, injustice et tristesse lorsqu’Elle reprend une vie alors pourrions-nous concevoir le don de vie comme une injustice ?

• Si Elle nous inspire joie et bonheur pour le don de vie alors pourrions-nous concevoir la fin comme un soulagement ?

Notre fin serait-elle alors un soulagement de quitter cet état injuste ?

 
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
1108 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
26 novembre
  Publié: 20 févr 2018 à 07:54 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Valérie,

Cette suite de questions en cascades, qui pourraient être des aphorismes, comme Cioran en écrivit, afin de nous conduire sur les chemins de la réflexion est la bienvenue dans mon jardin.
Je réfléchis souvent à cette notion de Dieu, de création et de mort, de fait à la notion d'univers.
Je déroule souvent le parchemin de l'existence de la vie en générale et de sa disparition.
J'en viens à penser que lorsque nous naissons, ici-bas, nous mourons quelque part et que lorsque nous mourons, ici-bas, nous naissons ailleurs. Ainsi donc la Vie et la Mort seraient les deux faces d'une même médaille que l'on pourrait nommer Dieu.
Je conclurai en disant que notre vie actuelle est la résultante de notre mort et que lorsque nous mourrons, notre mort engendrera une nouvelle vie; une suite infinie de résurrections ou de réincarnations selon nos croyances, jusqu'au résultat final de perfection.

Merci Valérie d'avoir provoqué un déclic de réflexion qui vaut ce qu'il vaut.
Je suis heureux de vous retrouver après une si longue absence.

Je vous embrasse amicalement.
JMJ

 
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
12 février 2017
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 21 févr 2018 à 04:40 Citer     Aller en bas de page


Éternel questionnement. Pour moi, vie et mort ne sont antagonismes que par notre (petite) façon de voir et de comprendre. Vie et mort ne sont que métamorphose, un grand recyclage universel. Dieu n'est que l'appellation d'un phénomène dont nous ne comprenons rien mais sur lequel nous nous évertuons à mettre un nom.

 
PA...

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
1012 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2016
Dernière connexion
28 février 2018
  Publié: 21 févr 2018 à 08:00 Citer     Aller en bas de page

Jour de soleil à la vue de ce texte, Valérie

Mous voilà avec un beau pavé dans la mare au vivant, mais qui a nommé la pierre un pavé et l'eau la mare, le vivant peut être ?
Au-delà, des grands livres multiples de la foi, ce vivant, qui vit et qui meurt à tous les niveaux d'existence, a encore de nombreuses choses à nous dévoiler.

Il n'y a pas de fin sans un commencement
Il n'y a pas de soulagement sans douleur
Il n'y a pas de peur sans certitude

Certitude, raisonnement considéré comme démontrable, évident
Oui, mais, fruit d'une construction intellectuelle sur le thème vie et mort.

Le choix de l'axiome pour présenter ce thème et des plus judicieux pour ne pas discuter de détails d'interprétations et revenir à l'idée de la question posé.

Avec toute mon amitié poétique


PA…

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 22 févr 2018 à 04:20 Citer     Aller en bas de page

merci étoile filante qui comme les comètes, est revenue dans nos lisibilités.
j'ai après mon acceptation de mort en décembre 2012, mort qui fut une renaissance, hérité de certaines perceptions de raisons d'être.
"regarde les formes de vies non humaines, qui évoluent autour de toi, sache que pour toi c'est la même chose, les morts et les renaissances se succèdent continuellement. certaines dites morts provoquées par des absences, occultent les vies qui vont occuper les places disponibles. ouvre les yeux de certaines réalités, et tu accepteras les inconforts, mieux tu aideras les dépendances à réorganiser leurs raisons d'être"
oui ? c'est ridicule n'est-ce pas ? marcher sur la lune... les portables... les aléas des temps... et ce que tu lis en ce moment.
grosses bises à qui les acceptera.

 
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
3033 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
10 novembre
  Publié: 22 févr 2018 à 07:15 Citer     Aller en bas de page

Cela fait dix minutes que je relis ton raisonnement. ...
C'est dire que tu as cette capacité de me faire réfléchir.
C'est même un sujet qui m'intéresse, mais je suis de nature à ne pas croire en Dieu ou en Satan. Par contre je crois au jugement personnel et au bien et mal qui émane, plus ou moins, de nous tous.
J'aime bien ton questionnement scientifique. Je crois d'ailleurs que tu travailles dans un domaine scientifique.
Bon j'arrête la pour te dire que j'ai aimé te lire.
Bonne journée
Christophe

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
320 poèmes Liste
5786 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
27 novembre
  Publié: 24 févr 2018 à 13:08 Citer     Aller en bas de page

Tu as déclenché beaucoup de commentaires intéressants, je crois que Victor Hugo avait aussi une opinion sur cette question, c'est tout simple; Je le cite " Votre droit à l'aurore, m'ouvre un droit à la nuit."

Amitiés
Yvon

  YD
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 24 févr 2018 à 20:17
Modifié:  24 févr 2018 à 21:16 par Varh
Citer     Aller en bas de page

Citation de Jacques-Marie JAHEL
Bonjour Valérie,

Cette suite de questions en cascades, qui pourraient être des aphorismes, comme Cioran en écrivit, afin de nous conduire sur les chemins de la réflexion est la bienvenue dans mon jardin.
Je réfléchis souvent à cette notion de Dieu, de création et de mort, de fait à la notion d'univers.
Je déroule souvent le parchemin de l'existence de la vie en générale et de sa disparition.
J'en viens à penser que lorsque nous naissons, ici-bas, nous mourons quelque part et que lorsque nous mourons, ici-bas, nous naissons ailleurs. Ainsi donc la Vie et la Mort seraient les deux faces d'une même médaille que l'on pourrait nommer Dieu.
Je conclurai en disant que notre vie actuelle est la résultante de notre mort et que lorsque nous mourrons, notre mort engendrera une nouvelle vie; une suite infinie de résurrections ou de réincarnations selon nos croyances, jusqu'au résultat final de perfection.

Merci Valérie d'avoir provoqué un déclic de réflexion qui vaut ce qu'il vaut.
Je suis heureux de vous retrouver après une si longue absence.

Je vous embrasse amicalement.
JMJ






Bonsoir JMJ,

J'aime conserver une part d'intuition mais j'apprécie souvent de me poser pour réfléchir sur différents sujets qui touchent l'actualité ou des moments que je traverse... La Mort et la Vie m'ont très jeune incité au questionnement et plus je vieillis, plus j'abonde dans le sens des cycles... Excellente définition de Dieu... Je la conserve...

Merci de votre commentaire ... un angle de vue qui alimente mon moulin...

Je ne peux encore m'organiser pour dégager suffisamment de temps pour écrire ou commenter tous les textes qui me touchent cependant, je les lis toujours avec un immense plaisir...

Je vous embrasse amicalement
Valérie



Citation de Drôle d'oiseau
Bonjour Valy
Très bon questionnement autour de cet antagonisme vie/mort...
Ces deux larrons associés font poser bien des questions à ceux qui ne veulent pas accepter l'idée d'une fin biologique et qui inventent des dieux pour leurs boutiques mercantiles! Le doute ça fait les comptes ronds!
Nous verrons bien le temps venu,je suis sûr que nous aurons tous une bonne surprise...

Bisous ma chère poétesse

Ton merle



Bonsoir mon Merle futé

C'est en discutant avec toi que ce raisonnement "analytique" est apparu...
Là j'apprécie l'image des deux larrons... Je note l'idée d'une rencontre dans un bar de ces deux entités et pourquoi pas donner vie à un dialogue entre eux à l'instar "D'un singe en hiver"...
Si j'accepte un concept de Dieu en révisant bien évidemment les dogmes imposés par les religions , je ne peux adhérer à aucune d'entre elles... Je ne peux cependant pas les négliger; bien que ce côté mercantile me déplait souverainement, je peux comprendre que l'humain ait besoin de se rassurer sur l'inconnu qui le terrorise... Encore des ouvertures sur certains débats...

La bonne surprise... ok !!!

Bisous mon oiseau...

Valérie


Citation de Lucas

Éternel questionnement. Pour moi, vie et mort ne sont antagonismes que par notre (petite) façon de voir et de comprendre. Vie et mort ne sont que métamorphose, un grand recyclage universel. Dieu n'est que l'appellation d'un phénomène dont nous ne comprenons rien mais sur lequel nous nous évertuons à mettre un nom.



Bonsoir Lucas,

Je rejoins ton avis sur le recyclage universel ... toujours pour suivre le fameux "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" qui à l'origine était " Rien ne nait ni ne périt, mais les choses déjà existantes se combinent puis se séparent à nouveau"... bien plus évocateur à mon sens... toujours un plaisir de lire tes textes et tes commentaires, trop rares maintenant...

Avec ma sincère amitié

Valérie



Citation de Barbamimi
Divin!!!



Bonsoir Barbamimi

MERCI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

J'ai apprécié votre texte qui donne la vision de légèreté à cette infinie poésie...
mais aussi vos commentaires... un seul mot!!!
L'épure !!!! dans laquelle je n'excelle pas (sourire)

Avec mon amitié

Valérie

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 24 févr 2018 à 22:13
Modifié:  24 févr 2018 à 23:15 par Varh
Citer     Aller en bas de page

Citation de PA...
Jour de soleil à la vue de ce texte, Valérie

Mous voilà avec un beau pavé dans la mare au vivant, mais qui a nommé la pierre un pavé et l'eau la mare, le vivant peut être ?
Au-delà, des grands livres multiples de la foi, ce vivant, qui vit et qui meurt à tous les niveaux d'existence, a encore de nombreuses choses à nous dévoiler.

Il n'y a pas de fin sans un commencement
Il n'y a pas de soulagement sans douleur
Il n'y a pas de peur sans certitude

Certitude, raisonnement considéré comme démontrable, évident
Oui, mais, fruit d'une construction intellectuelle sur le thème vie et mort.

Le choix de l'axiome pour présenter ce thème et des plus judicieux pour ne pas discuter de détails d'interprétations et revenir à l'idée de la question posé.

Avec toute mon amitié poétique


PA…





Salutations d'une nuit sereine et reposante PA...

Cet axiome de départ m'a apparu suffisant pour me défaire un temps, de la religion afin d'initier un échange sur le cycle Mort et Vie tout en introduisant le terme de " Dieu"...

"Il n'y a pas de fin sans un commencement
Il n'y a pas de soulagement sans douleur
Il n'y a pas de peur sans certitude"

Les faits... réels, palpables... les noms, les mots donnés à chaque chose pour la compréhension de tous...

L'état factuel point de départ ... Une déformation due certainement à mon éducation qui partait de l'observation des choses pour ensuite en imaginer le processus puis plus tard s'il existe me donner le réel processus avant d'aller chercher les éléments permettant de le déterminer.. et encore plus tard d'appréhender de manière plus microscopique l'ensemble des informations sur les différentes jonctions entre éléments...
Une sorte d'enquête sans fin... ou de quête d'un Graal

Finalement, la Vie ne possède t-elle une telle valeur à nos yeux que par par l'existence de sa fin, la Mort qui nous conduit vers l'inconnu?
Peut-être que pour conserver cette précieuse valeur accordée à la Vie, il est nécessaire d'ignorer certaines réponses...

Merci PA... de votre commentaire et de votre amitié poétique

Avec ma sincère amitié

Valérie




Citation de samamuse
merci étoile filante qui comme les comètes, est revenue dans nos lisibilités.
j'ai après mon acceptation de mort en décembre 2012, mort qui fut une renaissance, hérité de certaines perceptions de raisons d'être.
"regarde les formes de vies non humaines, qui évoluent autour de toi, sache que pour toi c'est la même chose, les morts et les renaissances se succèdent continuellement. certaines dites morts provoquées par des absences, occultent les vies qui vont occuper les places disponibles. ouvre les yeux de certaines réalités, et tu accepteras les inconforts, mieux tu aideras les dépendances à réorganiser leurs raisons d'être"
oui ? c'est ridicule n'est-ce pas ? marcher sur la lune... les portables... les aléas des temps... et ce que tu lis en ce moment.
grosses bises à qui les acceptera.



Bonsoir Sam,

Habituellement, je me lasse assez rapidement mais ici, aucune lassitude tant la diversité est grande et chaque texte lu m'apporte un petit quelque chose... de l'émotion à la curiosité via le plaisir, l'admiration... seul le temps me fait défaut maintenant pour écrire...

Frôler la fin de ce cycle amène toujours à une renaissance plus ou moins perenne... et parfois une sensibilité accrue...

Si j'ai, me semble t-il bien compris le sens de ton commentaire, il existe cependant un flou quant à la compréhension de "tu aideras les dépendances à réorganiser leurs raisons d'être"... trop obscur pour moi... Peux-tu m'expliquer?
En te remerciant

Bises Sam

Valérie



Citation de Cidnos
Cela fait dix minutes que je relis ton raisonnement. ...
C'est dire que tu as cette capacité de me faire réfléchir.
C'est même un sujet qui m'intéresse, mais je suis de nature à ne pas croire en Dieu ou en Satan. Par contre je crois au jugement personnel et au bien et mal qui émane, plus ou moins, de nous tous.
J'aime bien ton questionnement scientifique. Je crois d'ailleurs que tu travailles dans un domaine scientifique.
Bon j'arrête la pour te dire que j'ai aimé te lire.
Bonne journée
Christophe




Bonsoir Christophe,

Je te remercie de ces 10 minutes accordées à cette ébauche... La réflexion est maintenant dans mon camp quant à ton ouverture sur le jugement personnel et la notion du bien et du mal communément associée à Dieu et à Satan ou à notre nature. Le jugement personnel est pour moi l'addition de deux facteurs, notre spontanéité (notre ressenti) modulé par un tour d'horizon des différents angles de vue et la notion de bien et de mal, toujours intuitive mais aussi modulée par notre éducation... Beaux et vastes sujets...
Tu as raison et j'ai souri lorsque tu as employé "un questionnement scientifique"... partir du fait et tenter de l'appréhender dans sa globalité afin de le comprendre... et oui; je travaillais dans le domaine de la chimie et maintenant je me suis tournée vers la microbiologie par curiosité...

Merci encore pour ton commentaire...
Avec ma sincère amitié
Valérie







 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 25 févr 2018 à 05:12 Citer     Aller en bas de page

il existe cependant un flou quant à la compréhension de "tu aideras les dépendances à réorganiser leurs raisons d'être"... trop obscur pour moi... Peux-tu m'expliquer?
oh un exemple que je vis en ce moment.
mon épouse entrait en oublis au bout de 15 minutes.
elle s'était instaurée en dépendances, elle est maintenant extraite de mes dirigismes. elle a réorganisé ses réflexions, ses rythmes de vies, réappris à apprécier mes périodiques présences. nous en sommes heureux tous les deux... mensonges...j'étais moi aussi dans des dépendances, qui viennent de disparaître, créant des vides que je vais devoir réorganiser. le plus chiant, c'est celui qui reste, "moi". à manger pour une seule personne, le syndrome du veuf, les plannings de visites tous les deux jours, certains manques... je suis un homme. vois tu certaines transparences à travers mon grillage ?
grosses bises ma grande... ne pas pouvoir te lire, m'a beaucoup manqué.

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 25 févr 2018 à 11:51 Citer     Aller en bas de page

Citation de Y.D
Tu as déclenché beaucoup de commentaires intéressants, je crois que Victor Hugo avait aussi une opinion sur cette question, c'est tout simple; Je le cite " Votre droit à l'aurore, m'ouvre un droit à la nuit."

Amitiés
Yvon



Bonjour Yvon

Merci beaucoup pour cette citation de Victor Hugo que je ne connais que fort peu... Elle me donne l'envie de lire le contexte dans laquelle elle a été écrite...

J'apprécie énormément l'échange, il permet toujours d'ouvrir les champs de vision et d'aiguiller ma curiosité... ce que tu as fait ... merci beaucoup

Ma sincère amitié

Valérie

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 25 févr 2018 à 11:55 Citer     Aller en bas de page

Citation de samamuse
il existe cependant un flou quant à la compréhension de "tu aideras les dépendances à réorganiser leurs raisons d'être"... trop obscur pour moi... Peux-tu m'expliquer?
oh un exemple que je vis en ce moment.
mon épouse entrait en oublis au bout de 15 minutes.
elle s'était instaurée en dépendances, elle est maintenant extraite de mes dirigismes. elle a réorganisé ses réflexions, ses rythmes de vies, réappris à apprécier mes périodiques présences. nous en sommes heureux tous les deux... mensonges...j'étais moi aussi dans des dépendances, qui viennent de disparaître, créant des vides que je vais devoir réorganiser. le plus chiant, c'est celui qui reste, "moi". à manger pour une seule personne, le syndrome du veuf, les plannings de visites tous les deux jours, certains manques... je suis un homme. vois tu certaines transparences à travers mon grillage ?
grosses bises ma grande... ne pas pouvoir te lire, m'a beaucoup manqué.



Merci Sam,

Maintenant, je comprends ... L'obscurité s'est dégagée...
Une sorte de renaissance dans la vie et un apprentissage supplémentaire... en te lisant , j'emploierai aussi le mot liberté dans une certaine mesure..

bises Sam

Valérie

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
5833 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
27 novembre
  Publié: 3 mars 2018 à 13:33
Modifié:  3 mars 2018 à 13:36 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

"Injuste" ? Ce serait donc une question morale ?

J'ai de la difficulté à étayer un raisonnement sur une prémisse que je ne peux envisager comme vraie. La notion de Dieu, de mort juste ou injuste, de vie juste ou injuste... je dirai que cela ne me regarde pas en ce que je ne peux considérer cela d'un point de vue moral.

La vie commence, la vie finit, ces deux limites intrinsèques à l'existence ne se discutent pas. Elle sont. On pourra toujours dire que nous vivons une illusion, ce pourrait être un développement bouddhiste, mais voilà, je suis affreusement cartésien. Si je devais associer la vie à une notion linguistique je dirais que c'est un thème aoriste. Là c'est mon côté admirateur de la Grèce qui cause... j'en conviens. Mais cette association me plait bien.

La vie est ce qu'elle est. La mort ne m'effraie nullement. Certes je n'aimerais pas souffrir, mais là est une autre question.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
doux18 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
692 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
31 octobre
  Publié: 7 mars 2018 à 01:35
Modifié:  7 mars 2018 à 01:36 par doux18
Citer     Aller en bas de page

Valérie,

Merci pour cet échange passionnant. La question de la mort vient de me toucher de façon brutale et intime, je ne saurai répondre à vos questions que par d'autres questions. Mais peut-être me permettrez-vous d'en parler avec vous.

Comme disait René Char, "Nous sommes dans l'inconcevable, mais avec des repères éblouissants".

Avec mon affection,

Emmanuel

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 13 mars 2018 à 10:29 Citer     Aller en bas de page

Si Elle (cette entité) nous inspire peur (de l'inconnu), injustice et tristesse (par manques de compréhensions) lorsqu’Elle (toujours cette entité) reprend une vie, alors pourrions-nous concevoir le don de vie, comme une injustice ?
c'est avoir une perception limitée.
seule notre raison d'être énergétique, se situe dans "l'âme" qui est prétendue immortelle, et réaffectée dans d'autres cycles.
nous sommes comme saint thomas, et nous oublions les finalités des passages, celles des apprentissages que l'entité nous propose, pour l'enveloppe mais aussi pour les autres enveloppes de proximités, à travers des dépendances vécues ou en devenir, négligeant des reconnaissances trop souvent inexpliquées,
oui c'est du "samamuse", c'est compliqué, c'est ce que cette entité m'a fait percevoir en janvier 2013, et dont j'essaie de tenir compte, pour ne pas avoir trop souvent les d'inconforts que vécu "Jonas" de la bible. oui c'est une question de "foi".

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 28 avr 2018 à 14:34 Citer     Aller en bas de page

durée de vie 21 jours.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
1759 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
6 septembre
  Publié: 3 mai 2018 à 10:12
Modifié:  3 mai 2018 à 13:26 par Jean-Claude Glissant
Citer     Aller en bas de page

Merci pour le partage, Varh.
A quel moment de notre fin, serait ressenti le soulagement de quitter cet état injuste qu'est notre vie ? Avant ? Pendant ? Après ?
Un soulagement pour qui ?
Comment la fin peut-elle procurer un soulagement si la mort nous inspire joie et bonheur par son don de vie ? Son don d' " Être " en vie, offert ?
Ne chercherions-nous pas à perdurer au sein de l'existence ? Et donc, ne ressentirions-nous pas de la tristesse à la quitter. C'est là où je n'ai pas bien compris.
Quel est ce soulagement ?
Après bien sûr, il y a ces autres concepts, tel que Dieu, ; la mort ; la vie dont il faudrait définir le sens.
Encore merci pour la réflexion proposée. A bientôt !

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 21 mai 2018 à 04:15 Citer     Aller en bas de page

Citation de In Poésie
"Injuste" ? Ce serait donc une question morale ?

J'ai de la difficulté à étayer un raisonnement sur une prémisse que je ne peux envisager comme vraie. La notion de Dieu, de mort juste ou injuste, de vie juste ou injuste... je dirai que cela ne me regarde pas en ce que je ne peux considérer cela d'un point de vue moral.

La vie commence, la vie finit, ces deux limites intrinsèques à l'existence ne se discutent pas. Elle sont. On pourra toujours dire que nous vivons une illusion, ce pourrait être un développement bouddhiste, mais voilà, je suis affreusement cartésien. Si je devais associer la vie à une notion linguistique je dirais que c'est un thème aoriste. Là c'est mon côté admirateur de la Grèce qui cause... j'en conviens. Mais cette association me plait bien.

La vie est ce qu'elle est. La mort ne m'effraie nullement. Certes je n'aimerais pas souffrir, mais là est une autre question.

Bizzz JB



Bonjour JB,

Enfin quelques minutes pour répondre à ton commentaire... en m'éloignant un tantinet de cette pensée initiale vers sa source primaire

Effectivement j'associe aussi le mot "injuste" mais non pas avec morale mais avec "loi"... Pas la loi imposée par les hommes via la morale mais les lois de l'Univers qui tendent toujours vers les cycles, l'équilibre ... en un mot l'Harmonie.

La Terre appartient à cet univers, la Nature comme tous les éléments qui la composent est donc aussi soumise à ses lois. Ces entités ont un rôle à jouer dans l'élévation vers l'Harmonie

La Vie bien qu'éphémère à l'échelle de la Nature est aussi soumise à ces lois et ne peut y déroger. Notre vie devrait donc tendre vers l'Harmonie pendant notre cycle "naissance à mort", chacun amenant une pierre à cet édifice en trouvant sa place la plus harmonieuse.

Cependant, les humains ne sont plus en phase avec la Nature et notre vie peut paraitre d'une certaine manière injuste:

- ceux qui souffrent le plus, ceux qui ne se trouvent pas en adéquation avec ce monde alors leur naissance elle-même serait peut-être une injustice, et la fin de leur cycle une espèce de soulagement à quitter cet état injuste.

- ceux qui sont heureux, ceux qui ont la certitude d'accomplir leur travail et qui souhaiterait poursuivre, la fin de ce cycle est une cassure de leur propre harmonie et donc cette fin peut sembler injuste.

Notre fin dans un cycle où un début d'Harmonie commençait à poindre ou dans un cycle où l'Harmonie était inexistante serait à envisager alors comme un soulagement de le quitter afin d'envisager un cycle prochain dans lequel nous nous rapprocherions un peu plus de cet état d'équilibre harmonieux. Comme l'écrit JMJ, l'apothéose de tous ces cycles serait effectivement la Perfection...

Ce n'est qu'une pensée en considérant, Dieu et la Mort comme "un" et que ce "un" se rapprocherait de l'Univers...

Bises JB

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 21 mai 2018 à 04:20 Citer     Aller en bas de page

Citation de doux18
Valérie,

Merci pour cet échange passionnant. La question de la mort vient de me toucher de façon brutale et intime, je ne saurai répondre à vos questions que par d'autres questions. Mais peut-être me permettrez-vous d'en parler avec vous.

Comme disait René Char, "Nous sommes dans l'inconcevable, mais avec des repères éblouissants".

Avec mon affection,

Emmanuel





Bonjour Emmanuel

Toujours à la recherche de précieuses minutes... Je ne réponds que tardivement à votre commentaire...

Bien évidemment, nous pouvons en parler... Contactez moi lorsque vous le voudrez...

Avec également mon affection

Valérie

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 21 mai 2018 à 04:33 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Claude Glissant
Merci pour le partage, Varh.
A quel moment de notre fin, serait ressenti le soulagement de quitter cet état injuste qu'est notre vie ? Avant ? Pendant ? Après ?
Un soulagement pour qui ?
Comment la fin peut-elle procurer un soulagement si la mort nous inspire joie et bonheur par son don de vie ? Son don d' " Être " en vie, offert ?
Ne chercherions-nous pas à perdurer au sein de l'existence ? Et donc, ne ressentirions-nous pas de la tristesse à la quitter. C'est là où je n'ai pas bien compris.
Quel est ce soulagement ?
Après bien sûr, il y a ces autres concepts, tel que Dieu, ; la mort ; la vie dont il faudrait définir le sens.
Encore merci pour la réflexion proposée. A bientôt !




Bonjour Jean-Claude,

je conçois aisément qu'une pensée écrite sans le contexte et sans la définition même des mots employés parait nébuleuse et est peut-être nébuleuse... Je ne voulais pas développer davantage en laissant à chacun son libre-arbitre intact mais je m'aperçois que la concision n'est pas toujours judicieuse.

J'ai tenté de répondre au commentaire de In Poésie en déployant un peu plus mes idées... Peut-être y trouverez vous quelques réponses? Si cela n'est pas suffisant, dites-le moi et je me ferai un plaisir d'étayer davantage.

Merci de votre commentaire et d'avoir pris le temps de lire cette trop rapide pensée

Amicalement

Valérie

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 24 mai 2018 à 05:53 Citer     Aller en bas de page

merci mon étoile filante... nous ne sommes plus sur les mêmes orbites. j'ai pris le temps de lire toutes ces perceptions si différentes qui font partie de cette double spirale (*1), tout comme l'ADN, ce que j'en perçois n'intéresserait personne, parce que nous sommes trop près des vécus à vivre.
mes souvenirs de designer me rappellent la distance qui existe entre penser la vie, oser lui donner une raison d'être, les brutaux abandons difficiles à expliquer, grâce à ton texte, j'essaie de penser à ce qu'auraient pu penser, mes brèves perceptions sans suites, mes amours abandonnés, mes créations qui ont du vivre des inconforts d'utilisations bizarres, de fin de vie non respectées, et de renaissances... oui je suis hors sujet, ce qu'ici des mieux pensant que moi, savent sans délicatesses me demander d'accepter.

 
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1334
Réponses: 21
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0525] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.