Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 46
Invisible : 0
Total : 50
· Orélia · Cidnos · Wilhelm
Équipe de gestion
· Adamantine
13064 membres inscrits

Montréal: 19 mai 13:29:34
Paris: 19 mai 19:29:34
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Pour la petite histoire... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
A.Belhirch
Impossible d'afficher l'image
un monde sans espoir est irrespirable. (Malraux)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
368 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2016
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 16 mars à 19:35
Modifié:  17 mars à 03:57 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Jadis, dans la société tribale arabe, le poète était à la fois le porte-parole et le défenseur de sa tribu. Un jour ce sont deux tribus qui se présentèrent devant le roi des Arabes, lui demandant chacune de lui rendre justice. D'habitude, quand le locuteur portait un défigurement repoussant, on plaçait une voile entre lui et et le roi, pour qu'il ne voie pas cette personne.
Opposer ses arguments à ceux de l'adversaire n'était bien réussi cependant qu'à l'aide d'une belle envolée lyrique. Pour cela, l'objet du grief était généralement présenté sous forme d'un accrochant poème moyennant quoi plus d'intérêts de la part du roi. Quand vint le tour d'Al Harit bnou Heliza, grand poète de renommée, pour parler au nom des siens, on mit vite, avant son accès, une voile, parce que ce dernier était atteint de vitiligo.
Mais une fois que celui-là se met à déclamer des très jolis vers, le roi se leva et s'écria qu'on ôte ce voile. Je veux voir de près celui qui dit pareille magnifique poésie.

  Les arts sont l'entremetteur qui nous fournissent des occasions très naturelles de deviser de tout et de rien.
Shaula
Impossible d'afficher l'image
Seuls les cœurs des vrais amants jamais ne se rident... Shaula
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
226 commentaires
Membre depuis
22 février
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 17 mars à 03:19 Citer     Aller en bas de page



Le voile servait aussi aux lépreux...je crois
Ainsi, l'interprète a su charmer sa cour !

Cordialement
Shaula

  Le souvenir du bonheur est encore du bonheur... A
midouche

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
37 commentaires
Membre depuis
15 mars
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 17 mars à 04:56 Citer     Aller en bas de page

Bonjour, Comme quoi le monde est avant tout visuel.
Lecture très instructive.
Merci!
Excellente journée!
Amicalement!

 
A.Belhirch
Impossible d'afficher l'image
un monde sans espoir est irrespirable. (Malraux)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
368 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2016
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 23 mars à 20:54 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir

Shaula
midouche

Un bon poète craint qu'on assimile son art à son apparence. Ce poète ne le gêna pas son vitiligo.

Merci d'avoir lu et commenté cet écrit.

belhirch

  Les arts sont l'entremetteur qui nous fournissent des occasions très naturelles de deviser de tout et de rien.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 185
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0300] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.