Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 44
· Gigi Paix · Elodie Daraut · kam · Chevalier Liqueur
13118 membres inscrits

Montréal: 17 nov 13:19:30
Paris: 17 nov 19:19:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Ballade à Daraya (enclave de résistance à Bachar El Assad) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 17 févr à 08:55 Citer     Aller en bas de page

[img]https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1007819052739640&set=pob.100005346637459&type=3[/img]

Ballade à Daraya (enclave de résistance à Bachar El Assad)
Le ciel, le sol et la terre


Daraya n’est pas si loin de Damas
Le ciel le sol et les caves y ont niché leurs plus belles terreurs

Le ciel étire ses langueurs carnassières
dans des souffles chauds et épicés
Le ressac brûlant mange
des nuages incrédules oubliés vers le midi
Au début on les entend à peine
Ils viennent brasser l’air chaud
avec des froufrous de fer blanc
et avec une infinie tendresse
ils déversent des barils d’explosif
qui crachent des confettis d’acier
pour fêter la mort et le sang
Cachés derrières les cumulus
les obus et les missiles caressent l’ozone
avant de refaire le monde
un monde plat et insipide comme un verre vide

Au sol la vie et les murs perdent l’équilibre
les toits se couchent pour éviter les bombes
Parfois il reste une encoignure blanche
accrochée à un balcon timide
qui pleure le linge séchant au vent
Il y a aussi la boutique d’Ahmed
avec ses rêves de rouges de printemps
et de liserés d’azur
ses cônes de safran et de cumin
de piment rouge et de gingembre
de macis et de muscade
de cantharide et de cardamone
Elle n’a plus rien à vendre
elle caresse la terre
aspire les dernières senteurs
effondrées dans le crépuscule de ses sanglots

Dehors il y a Oumar
qui cueille les livres
dans les belles ruines avec son grand sac
qui sent bon la culture et les rêves
Il y a aussi Mourad avec son vieux fusil
qui garde les clairs de lune
et les vents brûlants
et les derniers mots
des derniers morts

Là-bas il y a un champ de bosses
des milliers de bosses de poussière
que le vent ébouriffe
en de longs foulards ocre et roses
des milliers de croix
nouées avec une ficelle
et juste un petit carton
pour pouvoir pleurer
un visage caché à jamais
dans un suaire blanc lourd de souvenirs

La terre câline les caves
car elles sont la vie et le rire
la terre câline les caves car elles cachent
les survivants et leurs mains
squelettiques qui tournent
avec préciosité les pages fatiguées
des plus beaux ouvrages
dans la bibliothèque de Daraya

Là on lit les romans du monde
on dessine pour ne pas oublier
l’Hibiscus de Syrie et la Crapaudine
on dégrafe des poèmes
comme un corsage plein de promesses
on invente l’école pour les combattants et les invisibles
on enseigne les capucines à l’université des nuages
on partage les salades de riens
parfumées aux feuilles du dernier arbre
on voyage pour la première fois
dans des mousselines de paix
ailleurs là-bas en Afrique
à Paris ou Valparaiso
on déterre la Syrie
on en plante une nouvelle
avec la délicatesse des colibris
et on attend qu’elle pousse
Et puis on se compte
on s’égrène
chaque jour une assiette en moins
chaque jour une bosse de poussière en plus
et des larmes pour tacher les livres


A l’été 2016 Assad
flottait sous le vent de Daraya
l’œil triomphant comme une fleur vénéneuse

Christian DUMOTIER

  Aconcagua
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 17 févr à 10:17
Modifié:  17 févr à 10:32 par actuaire
Citer     Aller en bas de page



Cachés derrières les cumulus
les obus et les missiles caressent l’ozone
avant de refaire le monde
un monde plat et insipide comme un verre vide.
....

Au sol la vie et les murs perdent l’équilibre
les toits se couchent pour éviter les bombes
Parfois il reste une encoignure blanche
accrochée à un balcon timide
qui pleure le linge séchant au vent

...

Là-bas il y a un champ de bosses
des milliers de bosses de poussière
que le vent ébouriffe
en de longs foulards ocre et roses
des milliers de croix
nouées avec une ficelle
et juste un petit carton
pour pouvoir pleurer
un visage caché à jamais
dans un suaire blanc lourd de souvenirs




Merci ACONCAGUA pour la mise en partage.
Les atrocités d'une extermination...

Très ému par ma lecture.
Cette terrible impression de rentrer dans un cimetière.
Et chacun de vos vers un bouquet de fleurs en mémoire...
Silence et recueillement.
actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
100 poèmes Liste
947 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 17 févr à 13:14 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Aconcagua,

J'aime quand la vérité transpire d'un écrit. Le votre est aussi dur que sublime et m'a touchée, énormément! Vos personnages y sont des héros tristes que l'on pleure en silence, cette vie sous-terraine est noble et invite l'humilité.
Je partage le commentaire d'Hubix, vous avec la plume de l'humaniste.
Je vous mets en favori. Respect.

  SHElene
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 17 févr à 16:05 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Christian,

Superbe poésie émouvante emplie d'humanisme !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 18 févr à 07:52 Citer     Aller en bas de page

Bonjour
Merci pour vos merveilleux encouragements.
Il est vrai que tous mes poèmes sur ce qui se passe à l'étranger (notamment en Amérique du sud et en France) sont ancrés dans ce que j'ai vécu, sauf un: Daraya.
En réalité il m'a été inspiré par le livre de Delphine Minoui "Les passeurs de livres de Daraya". La violence et la beauté qui se sont cotoyées là-bas m'ont profondément touché.
Il fallait qu'à mon tour je témoigne avec mes petits moyens mais seulement à partir des faits. Et vous avez raison, c'est l'humain que j'essaie de mettre en avant, qui est digne d'intérêt.
Voilà vous savez tout.

Amitiés

Christian

  Aconcagua
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 311
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0336] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.