Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 32
Invisible : 0
Total : 35
· Flora Lynn · Rose-Amélie
Équipe de gestion
· In Poésie
13110 membres inscrits

Montréal: 14 nov 16:06:25
Paris: 14 nov 22:06:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Les Gilets Jaunes (les gueux) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 31 déc 2018 à 11:51
Modifié:  1er jan à 17:04 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page


LES GUEUX

Le ciel faisait ses gammes chromatiques
dans des glissements de magma généreux
il se penchait avec tendresse
sur les clameurs de Paris
qui affichait sa révolte
Les voitures s’embrasaient
comme des boutons d’or
dans l’herbe noire des ruelles
Les clameurs flottaient en bouquets de désespoir
portées à bras le cœur
par les gueux
les méprisés
les invendus
par les réfractaires
les illettrés
les fainéants
les cyniques
portées par la foule en gilet de lumière
comme un bonheur à la boutonnière
Le roi se cachait dans ses dorures sucrées
le roi répétait sa divine comédie
devant ses vassaux fantômes
Le roi accrochait un rictus de compassion
dans l’épaisseur des maquillages
trop blêmes pour être heureux
Le roi cachait mal sa nudité
sous ses oripeaux de suffisance masquée
et ses menaces pleines de tumeurs assassines
Dehors on jouait à la chasse à courre
La meute des loups noirs
crachait ses venins de gaz
et ses balles qui embrasaient les corps
dans des douleurs de fin du monde
Le tableau était d’une beauté sinistre
dix morts
trois mille blessés
trois mille embastillés
cent cinquante enfants humiliés
Mais partout en France des crocus d’espoir
avaient poussé sous l’ivresse des cabanes
Les gueux portaient haut le jaune
ils fleurissaient les ronds-points
comme les premières jonquilles
ils parlaient à n’en plus dormir
ils avaient le respect perché dans les yeux
ils dessinaient l’avenir
sur le papier blanc des solidarités
effaçant les rides bien mal acquises
dans les gerçures de pauvreté.
Les gueux avaient la vie au bout des lèvres
la renaissance comme un bijou
dans le luxe des mots de cœur

Christian DUMOTIER

  Aconcagua
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
185 poèmes Liste
4797 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 31 déc 2018 à 12:11
Modifié:  31 déc 2018 à 12:15 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

Je te lis pour la première fois.
C'est un texte magnifique, auquel j'adhère pleinement.

Sauf qu'ici ...

"Les gueux avaient la vie au bout des lèvres
la renaissance comme un bijou
dans le luxe des mots de cœur"

l'utilisation de l'imparfait me fait un peu froid dans le dos.

Ils l'ONT cette vie au bout des lèvres. J'y crois.

Bizzz JB

PS : L'adresse de ta photo ne fonctionne pas. D'ailleurs je crois que les liens directs sur photos FB ne fonctionnent pas.





  La vie commence à chaque instant.
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
10 novembre
  Publié: 31 déc 2018 à 14:30 Citer     Aller en bas de page


Je respecte ces crocus quoique dangereux...

Merci !

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 1er jan à 11:25 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi In Poésie pour ce commentaire critique très bien venu
et merci à toi aussi Galatea

  Aconcagua
andre Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Rien c'est déjà quelque chose
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
233 commentaires
Membre depuis
3 décembre 2018
Dernière connexion
9 janvier
  Publié: 2 jan à 06:07 Citer     Aller en bas de page

Le bonjour poétique, ACONCAGUA

Petit passage dans mes lectures de la matinée

C'est une fronde ? Non-messire une révolution (citation connue)

Dommage que les gueux ne soient pas des révoltés

Joli texte



André

  André Pierre
Ale

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
50 poèmes Liste
1291 commentaires
Membre depuis
23 juillet 2015
Dernière connexion
11 novembre
  Publié: 2 jan à 13:48 Citer     Aller en bas de page

Un texte qui me fait penser à certains poèmes d'Aragon que j'adore.
Merci pour ce magnifique poème.
Amitiés,
Alexandre

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 222
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0495] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.