Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 203
Invisible : 0
Total : 205
· SienKieWicz · QUOIQOUIJE
13181 membres inscrits

Montréal: 14 août 10:17:56
Paris: 14 août 16:17:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémères 2020 (semaine 6) : "L’apparence" :: Les fiançailles Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 29 juil à 14:30 Citer     Aller en bas de page



On se fiance aux apparences,
Sait-on, pourtant, les vraies raisons ?
Parfois on se fie aux finances :
L’aisance est une démangeaison.

L’amour, parfois de convenance,
Romantique et plein de passion,
Donne à l’un d’eux la dominance,
L’autre prend la résignation.

Alors s’ajoutent les saisons
On patiente ou bien on se lasse.
Vient l’heure des résignations,
Des félicités de surface.

Les vies virent à l’indifférence,
Morne apparence d’affection.
Permanente réassurance,
Une sorte d’association.



  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
monthery
Impossible d'afficher l'image
… la sottise de s’imposer d’autre gêne que celle de plaire, ou d’intéresser, en vers. (Beaumarchais)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
236 commentaires
Membre depuis
9 décembre 2019
Dernière connexion
13 août
  Publié: 30 juil à 02:13 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude, la forme est bien poétique mais le fond ne l'est guère!

m.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 30 juil à 03:16 Citer     Aller en bas de page

Citation de monthery
Bonjour Aude, la forme est bien poétique mais le fond ne l'est guère!

m.



La vie n'est pas toujours poétique.
Merci Monthery

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
207 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
14 août
  Publié: 30 juil à 04:14 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce texte. Tu as le secret des formules qui font qu'un texte même amer et profond provoque malgré tout une sorte de jubilation des mots bien assortis. Merci !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 30 juil à 04:57 Citer     Aller en bas de page

Citation de Quitterie
Merci pour ce texte. Tu as le secret des formules qui font qu'un texte même amer et profond provoque malgré tout une sorte de jubilation des mots bien assortis. Merci !



Merci Quitterie.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
392 poèmes Liste
4291 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
13 août
  Publié: 31 juil à 02:25
Modifié:  31 juil à 02:30 par Pichardin
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,
pas très joyeux tout ça ! Ce sont des mœurs d'une autre époque où le paraître et l'apparence comptaient énormément. Certes cela perdure encore quelque peu mais l’évolution des mentalités a bien atténué cette tendance. En tout cas ton écriture n'est pas morne et ne laisse pas indifférent !
Bises
Pierre

  Pichardin
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 31 juil à 04:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de Pichardin
Bonjour Aude,
pas très joyeux tout ça ! Ce sont des mœurs d'une autre époque où le paraître et l'apparence comptaient énormément. Certes cela perdure encore quelque peu mais l’évolution des mentalités a bien atténué cette tendance. En tout cas ton écriture n'est pas morne et ne laisse pas indifférent !
Bises
Pierre



J'ai remarqué que ce thème avait généré des poèmes pas très gais.
Merci Pierre

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
MUSCADE


Je ne peux m'empêcher ces quelques rimes en vrac, c'est mon petit péché... y a que rime qui m'aille
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
192 poèmes Liste
1891 commentaires
Membre depuis
18 septembre 2015
Dernière connexion
5 août
  Publié: 31 juil à 09:16
Modifié:  31 juil à 09:17 par MUSCADE
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude Doiderose

Tu as vraiment cerné la situation,
Un parfum de vécu !
Dont personne ne réchappe.

Ce texte me plait beaucoup.

De l'amour fou et la passion
S"insère routine insupportable
On ne se voit plus, on s'habitue
On s'éloigne, puis on cohabite,
Jusqu'à l'ultime désamour,
Où le cœur bat pour quelqu'un d'autre...

Et ainsi va la vie !!

Bisous - MUSCADE


  MUSCADE
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
503 poèmes Liste
23302 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
14 août
  Publié: 31 juil à 09:40 Citer     Aller en bas de page

AH! c'est ben vrai ça ma p'tite dame aurait dit quelqu'un de la télé.
Moi je trouve ça juste.
Bises amicales AUDE
ODE 31 - 17

  OM
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22658 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
14 août
  Publié: 31 juil à 15:05 Citer     Aller en bas de page

Citation de MUSCADE
Bonjour Aude Doiderose

Tu as vraiment cerné la situation,
Un parfum de vécu !
Dont personne ne réchappe.

Ce texte me plait beaucoup.

De l'amour fou et la passion
S"insère routine insupportable
On ne se voit plus, on s'habitue
On s'éloigne, puis on cohabite,
Jusqu'à l'ultime désamour,
Où le cœur bat pour quelqu'un d'autre...

Et ainsi va la vie !!

Bisous - MUSCADE




Du moment que le cœur bat, ça va !
Merci Muscade

Citation de Ode3117
AH! c'est ben vrai ça ma p'tite dame aurait dit quelqu'un de la télé.
Moi je trouve ça juste.
Bises amicales AUDE
ODE 31 - 17



J'ignore si c'est vrai, en réalité. Mais ça peut arriver.
Merci Ode

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 174
Réponses: 9
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0306] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.