Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 128
Invisible : 0
Total : 130
· BORZEK
Équipe de gestion
· FeudB
13232 membres inscrits

Montréal: 27 nov 08:57:08
Paris: 27 nov 14:57:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Le thé ... une invitation... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 16 juin 2017 à 02:23
Modifié:  16 juin 2017 à 13:25 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Devant un thé fumant aux effluves délicats, mes yeux se ferment et mes neurones à l’affût d’un moment de quiétude ouvrent un tiroir d’où s’échappent des souvenirs envahissant peu à peu ma bulle hermétique…
Le Moyen-Orient frappe à ma porte… Qu’il entre !!! Je me sens encline à vivre à nouveau ce premier choc, celui qui m’a figée à la sortie de l’aéroport, celui qui a obligé mon pauvre cerveau à chercher des réponses aux multiples questions qui traîtreusement m’ont assaillie des nuits durant. Tandis que l’air brûlant se déversait dans mes poumons, ma tête recouvrait ses esprits. Les siens ceux qui se dérobaient à mon entendement… A la place de demander au taxi de m’amener à l’hôtel, je suis surprise de m’entendre, dans un anglais approximatif, presque supplier de m’amener boire un thé dans un endroit de la ville de sa convenance. Après un instant de flottement, il acquiesce. Me voici assise sur une chaise bancale d’une ancestrale table dans un quartier poussiéreux où seuls quelques hommes fument le narguilé près de moi ; ce lieu est étonnamment vide de tout touriste, pour cause les occidentaux détestent el-Arafa ; la Cité des Morts inspire la peur ; non pas celle des tombes mais celles des vivants déambulant dans la saleté ; cette vision dérange ; moi elle me surprend un peu mais je ne porte jamais aucun de jugement sans connaitre. L’homme qui m’a conduite ici, reste dans la voiture garée sous un soleil de feu… Je me lève et l’incite à me rejoindre. Après une hésitation, il me rejoint ; dans le même anglais que le mien, il me fait comprendre que notre conversation sera des plus difficiles… Un vieil homme près de nous lui pose une question en arabe ; en me désignant avec respect, il répond lentement dans une langue qui n’est évidemment pas la mienne mais qui pourtant me semble familière. Rapidement, un autre homme hélé par le vieux monsieur se joint à nous… Ohhhhhhhhhhhh… Il s’exprime en français… Devant mon étonnement, il m’explique que jeune dans les bidonvilles de Calcutta il a rencontré une personne exceptionnelle qui a changé le cours de sa vie… Sœur Emmanuelle. Nous sommes restés à parler tous les trois, puis tous les quatre puis tous les dix dans cet endroit étrange où j’humais à la fois le parfum des épices et d’un rosier sauvage qui grimpait le long d’une tombe. La nuit descend vite et le chauffeur de taxi devait rejoindre sa famille. Toutefois, j’assiste à la prière, l’Adhan… Quelle ferveur !!! Après la prière, le vieux monsieur me lit quelques phrases du Coran… et me dit de bien écouter les vers … c’est de la poésie ??? Oui, répondit-il en souriant… Ils m’offrent tous à leur manière une part de leur vie quotidienne… Il est l’heure quitter cet endroit étrange mais cependant apaisant dans cette ville grouillante…
Devant l’hôtel, Hélias me demande l’équivalent de 10 francs pour une course qui avait duré une bonne partie de la journée et de la soirée… après une âpre négociation, il accepte 40 fr et la proposition de venir me chercher tous les jours tôt le matin et de m’amener aux endroits de sa convenance afin que je visite le Caire et sa banlieue… Quatre jours de pur bonheur avant un nouveau choc… les pyramides certes, mais surtout le désert ; lieu magique à de nombreux égards.
Je me suis rendue plusieurs fois en Egypte et à chaque fois je suis tombée sous son charme mais rien de comparable cependant à l’attrait qu’exerce sur moi la Jordanie… je recule le voyage en Israël persuadée au fond de moi qu’il bouleversera aussi mon être profond.

Pourquoi donc ces pays sont-ils tous des endroits que j’affectionne particulièrement ? Pour quelles raisons, leurs paysages, leurs coutumes, leur langue me paraissent-ils si familiers ?
Pourquoi le désert est-il un lieu dont je ne me lasse jamais surtout lorsque dans la nuit glaciale, tous mes sens sont en alerte en observant l’immensité étoilée ? Dois-je me référer à une mémoire collective ou lui préférer celle d’une vie antérieure ou suis-je le jouet de mon imagination ou un défaut dans la matrice ?..... Toujours aucune réponse, juste quelques profonds ressentis.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 16 juin 2017 à 08:28 Citer     Aller en bas de page

bonjour VALERIE,
je ne connais pas ces régions
moi ce sont les espaces verts avec de l'eau
les oasis avec des gardiens de troupeaux
les femmes discrètes avec les enfants
sous des habitats de toiles et de tapis.
le thé à la mente très sucré, aéré et très chaud
les senteurs d'épices embaumant le plat unique
à faire disparaître par pincées embouchées de la main droite
à deux services, des palabres desquelles je ne comprennais rien.
et le retour chez les citadins, en voiture tard le soir, et largement remercié,
j'ai vécu ces moments pendant 3 jours consécutifs.
je suis trop vieux pour pouvoir le refaire.
ces formes de reconnaissances me manquent.
merci VALERIE de nous avoir fait vivre un vécu
que je n'envie pas.


 
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
118 poèmes Liste
3480 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
1er novembre
  Publié: 17 juin 2017 à 00:02
Modifié:  17 juin 2017 à 00:03 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Bonjour V,

l'amour pour l'Egypte peut tout à fait se comprendre :
tant de splendeurs !

Et puis le désert et l'immensité étoilée !

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 17 juin 2017 à 03:09
Modifié:  17 juin 2017 à 03:17 par Varh
Citer     Aller en bas de page

Citation de ODIN
Joli partage: que de ressenties!




Bonjour Mon Bifröst
j'avais écrit ce texte un jour en regardant une photo de ce pays en buvant un thé... J'ai voulu partagé avec vous ce moment qui était un moment de partage furtif mais heureux...

Avec mon amitié
V

Citation de samamuse
bonjour VALERIE,
je ne connais pas ces régions
moi ce sont les espaces verts avec de l'eau
les oasis avec des gardiens de troupeaux
les femmes discrètes avec les enfants
sous des habitats de toiles et de tapis.
le thé à la mente très sucré, aéré et très chaud
les senteurs d'épices embaumant le plat unique
à faire disparaître par pincées embouchées de la main droite
à deux services, des palabres desquelles je ne comprennais rien.
et le retour chez les citadins, en voiture tard le soir, et largement remercié,
j'ai vécu ces moments pendant 3 jours consécutifs.
je suis trop vieux pour pouvoir le refaire.
ces formes de reconnaissances me manquent.
merci VALERIE de nous avoir fait vivre un vécu
que je n'envie pas.




Bonjour Sam,
nous avons tous des moments de bonheur rapide dans les rencontres.... celui d'Egypte était marquant pour moi mais il en existe d'autres tout aussi magiques juste près de chez moi...
Peu importe l'endroit, il s'agit juste du partage de l'instant...
avec mon amitié
V



Citation de Le Poète Masqué
Bonjour V,

l'amour pour l'Egypte peut tout à fait se comprendre :
tant de splendeurs !

Et puis le désert et l'immensité étoilée !



Bonjour LPM

oui pour les splendeurs, ouiii pour le désert et ouiiiiiiiiiii pour l'immensité étoilée
les meilleures raisons pour revenir encore dans ce pays
MErci pour votre arrêt près du thé fumant

Mon amitié
V

 
PA...

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
1012 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2016
Dernière connexion
28 février 2018
  Publié: 17 juin 2017 à 04:05 Citer     Aller en bas de page

Salutation et paix Valérie

Une belle histoire avec certains détails sur les lieux, outre le ressenti profond, serais-tu allé en ces lieux, en visite, voyage d'agrément ? Comme c'est étrange, on a tous parfois l'impression de reconnaître certains endroits, ou plus encore. (Sourire)


La paroi entre passé profond de l'âme et passé présent de vie se fissure parfois. Il en remonte des images qui nous interpellent.

Partage poétique



PA…

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 17 juin 2017 à 04:17
Modifié:  20 juin 2017 à 21:51 par Varh
Citer     Aller en bas de page

Bonjour PA...

Voyages d'agrément mais pas seulement... depuis le premier cours sur l'antiquité, j'ai ressenti ce besoin de rencontre avec l'Egypte et lorsque j'ai pu alors j'ai pris l'avion...
Ce premier voyage a été un électrochoc, et ce premier lieu El- Arafa je ne l'ai pas vraiment choisi cependant il a été le prélude à une suite de surprises incessantes...

"La paroi entre passé profond de l'âme et passé présent de vie se fissure parfois. Il en remonte des images qui nous interpellent."
Tu as raison... Ces interpellations sont surprenantes et ouvrent des portes ou du moins les entrebâillent... (sourire) parfois j'essaie de pousser cette porte à d'autres moments, malgré une grande curiosité je m'abstiens...

Avec ma profonde amitié
V

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
445 poèmes Liste
14570 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
26 novembre
  Publié: 18 juin 2017 à 11:44 Citer     Aller en bas de page

Un texte intéressant et prenant. Je le garde dans mes carnets de voyages.

Merci pour ce moment de lecture.

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 18 juin 2017 à 12:40 Citer     Aller en bas de page

Merci Adamantine de partager avec moi ce thé fumant...
Je suis heureuse d'être en si bonne compagnie...

Les prochains thé seront sri lankais et indien... Senteurs et goûts différents cependant toujours un paramètre immuable... celui du partage et de l'échange

Bonne fin de soirée
Avec toute ma sympathie
V

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
320 poèmes Liste
5786 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
27 novembre
  Publié: 19 juin 2017 à 08:43 Citer     Aller en bas de page



Yvon

  YD
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
164 poèmes Liste
4789 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
26 novembre
  Publié: 19 juin 2017 à 10:30 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Valérie,
C'est également ici, comme dans chacun de vos derniers textes, l'occasion de faire avec vous une partie d'un enrichissant chemin.
amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 20 juin 2017 à 03:58 Citer     Aller en bas de page

Cher Jean_Louis,

Le plus souvent je suis seule à emprunter ces chemins mais les rencontres sont toujours merveilleuses lorsque la simplicité d'un sourire et d'une main tendue sont au rendez-vous ... et en postant ces textes je reste dans le partage puisque ici tout n'est question de partage de ressentis, de contextes...

Un thé un café un instant ...
Merci
Ma sincère amitié
Valérie

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 20 juin 2017 à 04:02 Citer     Aller en bas de page

Merci Yvon

Un plaisir toujours de ce moment avec vous...

Avec mon amitié
V

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 20 juin 2017 à 08:05 Citer     Aller en bas de page

je me rémémore un thé bu avec des moules frittes à pornic
une continuité productive en était sa raison d'être.
les ... peuvent être oubliées.

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 20 juin 2017 à 22:04 Citer     Aller en bas de page

cher Sam,
Le thé permet bien plus que d'autres boissons puisque il peut se boire à n'importe quel moment, accompagner tous les plats et être source de moments furtifs mais marquants (sourire). Ces grands moments d'échange ne sont que rarement renouvelables en raison du contexte, de l'excitation de tous les sens au premier instant celui de la découverte.
Si je reviens boire le thé dans cet endroit incroyable et rencontrer les mêmes personnes, je n'aurais pas la même perception de l'instant pire je pourrais être déçue et de ce fait même diluer mon premier souvenir... il existe des moments à renouveler mais d'autres doivent rester uniques.

Avec mon amitié
bises
V

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 21 juin 2017 à 10:29 Citer     Aller en bas de page

les partages du thé... s'adaptent à de nombreuses circonstances différentes.
les britaniques ont des cérémoniaux avec des doses et des réchauffements de tasses, les japonais aussi avec les tournages de bols, les magrébins avec leurs aérations qui prennent des hauteurs, et avec moi...en thé froid avec une paille.
tu les as tous essayé ? je serais heureux de partager avec toi ou d'autres buveurs de thés, ces apprentissages que mon âge et mes curiosités m'ont permis de m'enrichir.
bisous ou poignée de main. de SAM

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 28 juin 2017 à 22:12 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Sylvain,

Le désert, ce refuge aux paysages changeants et pourtant intemporels... Je l'aime tant... comme j'aime les senteurs des épices et de ce fameux thé à la menthe....

Quelle belle expression que " le désert où j'ai passé beaucoup de temps à lire la vie en braille" !!!
Je vais la conserver précieusement.

Merci de cet arrêt ...

Salam, Shalom, Paix sur toi même et ta famille

Mon amitié sincère
V

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 4 juil 2017 à 08:56 Citer     Aller en bas de page

je me sens en thé... de fentes homes...en piscine je bois la tasse.
VARH y hante.

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 5 juil 2017 à 09:41 Citer     Aller en bas de page

Variante intéressante et plus concise

V

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 9 juil 2017 à 11:21 Citer     Aller en bas de page

VARH y es "thé"

 
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1031 poèmes Liste
16658 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
27 novembre
  Publié: 11 août 2017 à 09:24 Citer     Aller en bas de page

Bonjour...

Quand, à cause de la peur de l'avion, on ne peut plus voyager dans ces contrées lointaines, mais qu'on sait belles, attirantes, pouvoir le faire en lisant de tels mots est un grand moment d'évasion, d'autant que si tu évoques les pyramides, lieu touristique par excellence j'imagine, tu sais aussi nous amener dans des lieux moins connus, au coeur des habitants de ce pays...J'ai aimé cette écriture en mouvements.
amicalement.
pyc.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 14 août 2017 à 05:07 Citer     Aller en bas de page

bonjour VARH
Tandis que l’air brûlant se déversait dans mes poumons, ma tête recouvrait ses esprits. je du presque le (en verre y thé) supplier de m’amener boire un thé dans un endroit de la ville de sa convenance.
la Cité des Morts inspire la peur ; non pas celle des tombes mais celles des vivants déambulant dans la saleté. Un vieil homme près de nous lui pose une question en arabe ; en me désignant avec respect.un autre homme hélé par le vieux monsieur se joint à nous… Ohhhhhhhhhhhh… Il s’exprime en français. une personne exceptionnelle a changé le cours de sa vie… Sœur Emmanuelle.. il me lit quelques phrases du Coran… et me dit de bien écouter les vers … c’est de la poésie ???
un nouveau choc… les pyramides certes, mais surtout le désert ; lieu magique à de nombreux égards.
Pourquoi donc ces pays sont-ils tous des endroits que j’affectionne particulièrement ? Pour quelles raisons, leurs paysages, leurs coutumes, leur langue me paraissent-ils si familiers ? tous mes sens sont en alerte en observant l’immensité étoilée ? Dois-je me référer à une mémoire collective ou lui préférer celle d’une vie antérieure ou suis-je le jouet de mon imagination ou un défaut dans la matrice ?..... Toujours aucune réponse ? essaie d'être curieuse.
de SAM en doute.

 
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1239
Réponses: 24
Réponses uniques: 9
Listes: 1 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0520] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.