Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 40
13016 membres inscrits

Montréal: 16 nov 23:57:47
Paris: 17 nov 05:57:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Quartier Latin Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Shovnigorath  Cet utilisateur est un membre privilège


« La Foi est un arc-en-ciel plein de couleurs, dommage que les religions soient daltoniennes. » Sh
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
282 poèmes Liste
1885 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2015
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 10 nov à 04:00
Modifié:  10 nov à 06:33 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page





Quartier Latin

***

Regardez l’étudiant de cette vieille école,
Ses cahiers abîmés posés sur le pavé,
Il n’a que quelques ans aidant ces années folles,
Il ne sait pas aimer, seulement rapiécer.

Car ce quartier l’atteint au cœur de sa jeunesse,
Ses vieux cours de latin ont leur dose de stress,
Les profs ont mis la barre un poil hors de portée,
Classant tous les fêtards à la page retrait.

Les repas difficiles, les cinémas faciles,
Les petites idylles et les blagues débiles,
Les rendez vous coquins et quelques habitudes,
Échanges de câlins et puis, la solitude.

Parfois on rigolait devant sa patte folle,
Faisant couler ses larmes comme de la rosée,
Ou alors on séchait tous les cours de l’école
Pour fumer quelques larmes qui nous avaient mouillés.

Dans ce quartier latin, tout près du Panthéon,
Se dressait mon collège avec sa sainte barbe,
Les enfants du gratin, paradaient leurs boutons
Encore enflés de sève, barbouillés de rhubarbe.

C’était monsieur Barbu et puis monsieur Barbeau
Qui dirigeaient, austères, cet établissement,
Cela semble incongru, pourtant loin d’être faux,
Ils avaient ministère de tous les règlements.

Et moi je me souviens de ces années magiques,
Imbu de ma jeunesse, libre dans ma pension,
J’avais rompu le lien avec tous les classiques,
Je n’avais plus de laisse, je vivais mes passions.

Quand j’étais étudiant dans cette vieille école,
Mes cahiers abîmés posés sur le pavé,
Je n’étais qu’un enfant, vivant ses années folles,
Ignorant que t’aimer était ma destinée.




  Sylvain Vous souhaite la bienvenue et une agréable lecture
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
654 poèmes Liste
3798 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 10 nov à 05:38 Citer     Aller en bas de page

Des compositions variées

 
Samira DE Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
8 mai 2013
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 10 nov à 10:30 Citer     Aller en bas de page

Le souvenir involontaire n'est pas, en réalité, quelque chose qu'on a, mais bien quelque chose qu'on est. Son rôle n'est pas seulement de fixer des événements écoulés, mais de nous exprimer nous-même, d'affirmer, par delà la multiplicité de nos moi changeants et superficiels, l'identité et la permanence d'un moi authentique et profond.

Le don de nous représenter le passé est dans sa plénitude totale. Dès lors, elle ne saurait le conduire au moi profond, dont elle ne pourrait lui donner qu'une image factice et tronquée. En revanche, la mémoire authentique, comme l'évoquait Proust dans nombre de ses œuvres, est la mémoire involontaire, qui est liée à l'actualité de notre vie par la plus mystérieuse des intimités.

C'est bien cela que j'ai ressenti dans ce poème, beaucoup plus qu'une photographie qu'on observe, c'est l'âme qui se met en perspective...


Belle poésie que voilà Sylvain !

A bientôt sous tes mots,

Poétiquement,

Une Sœur Sanctuaire.

  ]La Sanctuaire[
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
242 commentaires
Membre depuis
22 avril
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 10 nov à 14:17 Citer     Aller en bas de page

Tu nous parles d'un temps que les moins de etc etc
Je t'aurais bien dis que j'en perd mon latin mais je ne l'ai pas étudié.
Du barbu au barbeau t'as pas gagné au change. Un rasoir et un autre qui s'occupe de son cheptel.

Joli texte bien moins grave que ton précédent.

 
Shovnigorath  Cet utilisateur est un membre privilège


« La Foi est un arc-en-ciel plein de couleurs, dommage que les religions soient daltoniennes. » Sh
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
282 poèmes Liste
1885 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2015
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 12 nov à 04:34
Modifié:  12 nov à 04:39 par Shovnigorath
Citer     Aller en bas de page

Citation de ODIN
Des compositions variées



C’est le moins que l’on puisse dire hahaha merci Oh Daim


Citation de Samira DE
Le souvenir involontaire n'est pas, en réalité, quelque chose qu'on a, mais bien quelque chose qu'on est. Son rôle n'est pas seulement de fixer des événements écoulés, mais de nous exprimer nous-même, d'affirmer, par delà la multiplicité de nos moi changeants et superficiels, l'identité et la permanence d'un moi authentique et profond.

Le don de nous représenter le passé est dans sa plénitude totale. Dès lors, elle ne saurait le conduire au moi profond, dont elle ne pourrait lui donner qu'une image factice et tronquée. En revanche, la mémoire authentique, comme l'évoquait Proust dans nombre de ses œuvres, est la mémoire involontaire, qui est liée à l'actualité de notre vie par la plus mystérieuse des intimités.

C'est bien cela que j'ai ressenti dans ce poème, beaucoup plus qu'une photographie qu'on observe, c'est l'âme qui se met en perspective...


Belle poésie que voilà Sylvain !

A bientôt sous tes mots,

Poétiquement,

Une Sœur Sanctuaire.



Merci Samira pour cette analyse constructive qui apporte
Encore plus d’images à cette inspiration

Poétiquement

Sylvain


Citation de Amanda
Tu nous parles d'un temps que les moins de etc etc
Je t'aurais bien dis que j'en perd mon latin mais je ne l'ai pas étudié.
Du barbu au barbeau t'as pas gagné au change. Un rasoir et un autre qui s'occupe de son cheptel.

Joli texte bien moins grave que ton précédent.



Bonjour Amanda,

Oui ce sont de bons souvenirs d’une enfance en dent de scie
Pendant laquelle les études ressemblaient plus à une contrainte
Qu’a une Vrai volonté de se faire une place dans la société.
Cela a t il change ? Je ne crois pas , même pour les moins de vingt ans, je crois.

Merci pour ta présence toujours appréciée



  Sylvain Vous souhaite la bienvenue et une agréable lecture
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1455 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
13 novembre
  Publié: 13 nov à 13:44 Citer     Aller en bas de page

J'ai grandement apprécié ce poème. Merci mon ami.

 
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
93 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 13 nov à 16:35 Citer     Aller en bas de page

La nostalgie ce sont des mensonges que le souvenirs font au présent. Votre texte y succombe et pourtant il y a des délices à la réglisse. Aujourd'hui le quartier latin vit toujours, les ordis ont remplacés les cahiers, on drague sur internet mais il y a toujours un peu le souffle des lendemains du monde dans des cafés où se croisent des intelligences enivrées d'elles même.

Quelque part rien ne change, au fond.

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
93 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 13 nov à 16:35 Citer     Aller en bas de page

La nostalgie ce sont des mensonges que le souvenirs font au présent. Votre texte y succombe et pourtant il y a des délices à la réglisse. Aujourd'hui le quartier latin vit toujours, les ordis ont remplacés les cahiers, on drague sur internet mais il y a toujours un peu le souffle des lendemains du monde dans des cafés où se croisent des intelligences enivrées d'elles même.

Quelque part rien ne change, au fond.

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
93 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 13 nov à 16:35 Citer     Aller en bas de page

La nostalgie ce sont des mensonges que le souvenirs font au présent. Votre texte y succombe et pourtant il y a des délices à la réglisse. Aujourd'hui le quartier latin vit toujours, les ordis ont remplacés les cahiers, on drague sur internet mais il y a toujours un peu le souffle des lendemains du monde dans des cafés où se croisent des intelligences enivrées d'elles même.

Quelque part rien ne change, au fond.

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
NicoNavel


La poésie est cette musique que tout homme porte en soi
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
50 poèmes Liste
981 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 13 nov à 16:36 Citer     Aller en bas de page

Que dire... la nostalgie qui émane de ces mots est indescriptible. J'aime ce rapport direct entre la mémoire et l'écriture, ça donne un effet brut vraiment appréciable.

Merci Sylvain

 
Shovnigorath  Cet utilisateur est un membre privilège


« La Foi est un arc-en-ciel plein de couleurs, dommage que les religions soient daltoniennes. » Sh
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
282 poèmes Liste
1885 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2015
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: Avant-hier à 01:21
Modifié:  Avant-hier à 01:24 par Shovnigorath
Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Claude Glissant
J'ai grandement apprécié ce poème. Merci mon ami.



Merci Jean-Claude, souvenirs souvenirs .......

Amitié


Citation de Paul Ferguson
La nostalgie ce sont des mensonges que le souvenirs font au présent. Votre texte y succombe et pourtant il y a des délices à la réglisse. Aujourd'hui le quartier latin vit toujours, les ordis ont remplacés les cahiers, on drague sur internet mais il y a toujours un peu le souffle des lendemains du monde dans des cafés où se croisent des intelligences enivrées d'elles même.

Quelque part rien ne change, au fond.



Ce que vous dites est très beau mais je vous rassure point de mensonges ici tout est authentique et je suis un ancien Barbiste (élevé du College Sté Barbe) bien sûr l’evolution
A transformé les choses mais seulement dans leur usage
Car on continue à faire la même chose.

Merci Paul pour cette participation

Amitié


Citation de NicoNavel
Que dire... la nostalgie qui émane de ces mots est indescriptible. J'aime ce rapport direct entre la mémoire et l'écriture, ça donne un effet brut vraiment appréciable.

Merci Sylvain



Bonjour Nico,

Le terme est exact ‘’nostalgie’’ le temps passe mais il n’a pas le pouvoir d’effacer la mémoire, ça c’est un privilège de la maladie
Et je n’en suis pas encore là hahaha
Content de te revoir sous mes vers Nico

Amitié


Sylvain merci à tous encore et encore


  Sylvain Vous souhaite la bienvenue et une agréable lecture
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 118
Réponses: 10
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0371] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.