Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 336
Invisible : 0
Total : 338
· Y.D
Équipe de gestion
· Catwoman
13181 membres inscrits

Montréal: 14 août 11:06:42
Paris: 14 août 17:06:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémères 2020 (semaine 5) : "Cœur d’artichaut" :: Automne Ardèche Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Loïc Lacam Nouveau membre!
Impossible d'afficher l'image
Le poète a carressé la plume de l'oiseau et l'oiseau a fait de même.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
36 commentaires
Membre depuis
23 juillet
Dernière connexion
13 août
  Publié: 23 juil à 07:54 Citer     Aller en bas de page

Bouffée d’automne

L’été a pris congés, dans un râle profond,
Dernière bouffée d’air tiède, aux accents de l’orage.
Mille pinceaux incendiaires caressent de leurs tons,
Les feuilles agonisant sur les branches des arbres.

Le rouge n’habite que très peu nos paysages,
Quelques fruits d’églantier dispersés çà et là.
Les roux essaient parfois, d’au moins donner le change,
Mais jamais une courge ne sera plat de roi.

Les couleurs opulentes sont pour les pays chauds,
Les îles sous le vent, aux saveurs écarlates.
Chez nous, le simple dit, sans éclat et sans mot,
La discrétion du peintre à travers sa palette.

L’automne a vu le soir à la fin de septembre,
Accouché par le ventre rebondi et tendu,
D’une lune d’équinoxe à la robe gris ambre,
Reflétant la bascule d’un astre vers la nue.

Témoin de la renverse, accrochée à sa mère,
Le corps galbé d’une poire à silhouette de femme,
Balance dans le vide, ses envies de grand air,
Et sa peur de devoir passer du rire aux larmes.

Que ne puis-je m’enfoncer dans cette terre sourde !
Jusqu’à m’enraciner dans l’humus brun et acre.
Devenir arbre à fruit, risquer le coup de foudre,
Spectateur éperdu des cycles du miracle.

Découvrir le vivant, dans toutes ses cachettes,
Un lâcher de nuages, le sacre des moissons.
Saluer sobrement d’un hochement de tête,
L’envol d’un martinet, avant sa migration.

Le regarder monté, vers la pointe des cimes,
Pour s’évanouir enfin, par-delà les futaies.
En sachant qu’un départ n’est au plus, qu’une rime,
Du ballet incessant, des descentes, des montées.

Le ressac lancinant d’une marée intérieure,
Qui nous pousse à agir avant de nous figer.
Nous reprends dans son flux pour qu’explosent les fleurs,
Que s’élance la VIE vers l’infinie beauté.

« Que les yeux puissent voir, que les oreilles entendent, »
L’inaudible murmure, l’invisible voilée…
Si je sais qu’elle est là et si mes mains en tremble,
C’est parce qu’à l’instant, une fois encore, elle m’a respiré.


Loïc Lacam
extrait de : 4 Saisons d'Ardèche (La vallée oubliée)
publié en mars 2020

  La poésie n’est pas une façon de parler de la vie, mais son synonyme.
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
146 poèmes Liste
6801 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
14 août
  Publié: 23 juil à 10:23 Citer     Aller en bas de page

Un très beau poème aux accents naturalistes...

C'est tellement éloigné de ce que j'écris que je prends du plaisir à découvrir ce qu'est la réalité...

La description précise de la campagne, où l'on ne peut qu'être heureux d'y vivre et de s'y promener...

Belle entrée en matière, le talent étant bien là, ne reste qu'à attendre le prochain...

Amicale bienvenue...

Hubix.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
503 poèmes Liste
23302 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
14 août
  Publié: 23 juil à 10:37 Citer     Aller en bas de page

C'est splendide, c'est le genre d'écrit que j'apprécie beaucoup, ce regard sur les évènements de la nature, sur une vie belle et saine, en même temps un tableau digne des grands peintres.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
478 poèmes Liste
9598 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
14 août
  Publié: 24 juil à 00:05 Citer     Aller en bas de page

L'invisible est joliment exprimé. J'ai aimé.

😊

 
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
392 poèmes Liste
4291 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
13 août
  Publié: 24 juil à 02:41
Modifié:  25 juil à 02:00 par Pichardin
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Loïc,
bravo pour ce magnifique tableau automnal que tu as présenté à nos yeux, avec beaucoup de talent.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Loïc Lacam Nouveau membre!
Impossible d'afficher l'image
Le poète a carressé la plume de l'oiseau et l'oiseau a fait de même.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
36 commentaires
Membre depuis
23 juillet
Dernière connexion
13 août
  Publié: 24 juil à 04:13 Citer     Aller en bas de page

Bonjour à vous qui m’avez adressé vos doux messages et vos encouragements, merci pour ces mots et leur chaleur.

Étant nouveau sur le site, je pense ne pas avoir déposé ce texte au bonne endroit...
Il n’a en effet pas grand chose à voir avec les cœurs d’artichauts, même s’ils sont également un composant de la nature et s’effeuillent en saison comme tant d’arbres, en ayant toutefois des dimensions bien modestes.

Toucher et se laisser toucher que ce soit par des mots, un regard ou un effleurement de peau... Voilà ce qui fait de nous de chers êtres de chair les uns pour les autres.
Merci encore
Loïc

  La poésie n’est pas une façon de parler de la vie, mais son synonyme.
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
312 poèmes Liste
5618 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
14 août
  Publié: 24 juil à 12:35 Citer     Aller en bas de page



Yvon

  YD
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
156 poèmes Liste
3555 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
3 août
  Publié: 28 juil à 16:26
Modifié:  30 juil à 16:32 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Qu'importe l'endroit, on se trompe souvent au début avec ttes ces catégories...Mais j'ai failli rater cette lecture.
Une bouffée d'automne si riche à découvrir et respirer dans cette terre d'Aveyron que je connais un peu.
L'automne reste avec l'hiver ma saison préférée et ainsi dépeinte déploie tous ses charmes au propre comme au figuré, tous sens en éveils, le tout servi par de très belles métaphores et ce final que j'ai particulièrement aimé :
"« Que les yeux puissent voir, que les oreilles entendent, »
L’inaudible murmure, l’invisible voilée…
Si je sais qu’elle est là et si mes mains en tremble,
C’est parce qu’à l’instant, une fois encore, elle m’a respiré."
Et magnifiquement inspiré...:-)...

( Le regarder monté ? Le regard montER, plutôt...une simple "coquille", je pense, quant à "mes mains en tremble", ce peut être pris comme une licence poétique).

Amicalement et bienvenu sur le site...
Riagal....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Loïc Lacam Nouveau membre!
Impossible d'afficher l'image
Le poète a carressé la plume de l'oiseau et l'oiseau a fait de même.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
36 commentaires
Membre depuis
23 juillet
Dernière connexion
13 août
  Publié: 6 août à 05:58 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Riagal, pour ce commentaire si sympathique, l’Ardèche est une terre de merveilles qui ne demande qu’à se laisser découvrir, et aimer.

Merci encore, très amicalement.
Loïc

  La poésie n’est pas une façon de parler de la vie, mais son synonyme.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 249
Réponses: 8
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0323] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.