Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 324
Invisible : 0
Total : 328
· Lapoètesse · Persona non grata · Hemera · Le Poète Masqué
12991 membres inscrits

Montréal: 18 juin 09:14:21
Paris: 18 juin 15:14:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Vous Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Goutte de Rosée

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
31 commentaires
Membre depuis
18 octobre 2017
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 14 juin à 08:06
Modifié:  Avant-hier à 20:30 par Goutte de Rosée
Citer     Aller en bas de page


VOUS

Vous êtes arrivés de vos pays lointains
Brandissant votre livre sacré, d'une main ;
Un livre contenant tous les commandements
Dictés, par votre Dieu, à l'un de ses enfants.

Un livre, paraît-il, d'amour et d'espérance
Qui prônerait respect, bonté et tolérance.
Pourtant, vous avez, tout d'abord, volé nos terres
Et, avec vos machines, fait souffrir notre mère
Pour lui dérober ce métal qui vous rend fous ;
Massacré les bisons, pour nous mettre à genoux ; (1)
Vous nous avez donné la variole, en cadeau, (2)
Des alcools frelatés et bien d'autres fléaux ;
Pourchassés sans pitié jusque sous nos tipis, (3)
En égorgeant femmes et enfants dans leurs lits
Puis déportés, dans des réserves insalubres, (4)
Les survivants, leur offrant un futur lugubre
Car, comme le pensaient tous vos états-majors
Pour vous il n'est de bon indien qu'un indien mort. (5)

Vous êtes arrivés de vos pays lointains
Brandissant votre livre sacré, d'une main ;
Et c'est en son nom que vous nous avez traités
Avec vos winchesters tels des chiens enragés




(1) Le lieutenant-Général Philippe Shéridan, était chargé par Grant (18e président des USA) de "pacifier" les "plaines.
Il encouragea l'abattage en masse des bisons, base de la nourriture des Indiens et piliers de leur économie, par des chasseurs professionnels.
Le plus célèbre est William F. Cody dit Buffalo Bill parce qu'en une journée il avait abattu 69 bisons contre 48 à son adversaire, seulement pour un pari avec cet autre chasseur. Les bêtes pourrirent sur place.
En trente ans (1860 - 1890), dans les grandes plaines, leur nombre est tombé de 9 500 000 à 800.

(2) Lors de la guerre anglo-indienne qui suivit le traité de Paris abandonnant aux anglais la Nouvelle France le général Jeffery Amherst, connaissant la faiblesse immunitaire des autochtones et les effets dévastateurs des maladies "des blancs" proposa : "d'infecter les Indiens au moyen de couvertures ayant servi à des malades de la variole ou de se servir de tout autre moyen qui pourrait contribuer à exterminer cette race maudite."
Les anglais distribuèrent, surtout aux Delawares, Shawnees et Mingos, des couvertures contaminées déclenchant une épidémie généralisée dans les rangs autochtones provoquant ainsi la mort de plus de 20 000 d'entre eux.
La même chose fut faite aux USA avec des couvertures contaminées au typhus, pendant les guerres indiennes qui firent suite à la guerre de sécession.

3) Sheridan, partisan de la guerre totale, rencontrait des difficultés pour vaincre de front les guerriers indiens qui procédaient par embuscades.
Pendant l'hiver 1868–69, il rechercha systématiquement les campements des Cheyennes, Commanches et Kiowas qu'il attaquait aux lueurs de l'aube, massacrant vieillards, femmes, enfants, chevaux et détruisant tous les abris et les réserves de nourriture puis, déportait les rares survivants après leur avoir pris leur bétail.

(4) Les tribus étaient déportées dans des réserves indiennes situées loin des leurs terres ancestrales.
Comme, par exemple:
Les Cheyennes du Montana (aux collines boisées et aux plaines fraîches et verdoyantes) qui ont été déplacés dans le sud de l’Oklahoma (aux étés brûlants et secs).
ou encore les Cherokees qui, de la Géorgie, Caroline du nord, Alabama effectuèrent une marche de plus de 1500 km pour rejoindre la réserve. (les spécialistes estiment qu'entre 5000 et 8000 d'entre eux périrent sur cette "piste des larmes", soit environ 25 à 33% d'entre eux.
De plus, le peu de nourriture de mauvaise qualité qui leur était distribuée entraînait rapidement dénutrition et malaria ce qui provoqua la mort de plus de la moitié des prisonniers.

(5) D'après la réponse de Sheridan au chef Comanche Tosawi en 1879
Les paroles exactes sont :
The only good Indians I ever saw were dead ("Les seuls bons Indiens que j'aie jamais vus étaient morts


 
Goutte de Rosée

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
31 commentaires
Membre depuis
18 octobre 2017
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 14 juin à 08:07
Modifié:  14 juin à 08:17 par Goutte de Rosée
Citer     Aller en bas de page

Citation de M@rselO
Bravo !

C'est un manifeste à la Zola, qui accuse sans détours, et participe au nécessaire devoir de mémoire pour les générations qui héritent de ce passé douloureux, parce que nous sommes les descendants des uns ou des autres, et même si cet épisode est lointain, il doit servir à tous comme un feu de camp à la mémoire des victimes, au souvenir des images sanglantes édulcorées par les studios de cinéma, en banals westerns...

Mon prédécesseur dans cette Terre poétique avait soulevé un voile sur l'histoire du Québec et du Canada, dont ces épisodes de conquête et de déportation, le mot qui qualifie les déplacements de population contre leur volonté, pour s'approprier leurs biens, détruire leurs racines et leur culture !

Ai-je bien compris ?



Merci pour le Bravo
Tu as bien compris
Merci encore.

Citation de Jean-Claude Glissant

Merci, Goutte de Rosée pour ce " VOUS " en partage. " Vous ", ici et maintenant. Moi, ici et maintenant, qu'est-ce que je fais, pour que des génocides ne continuent pas ? Et ne se perpetuent pas jusqu'à moi, et à ma descendance ? Je marche sur des corps brûlés. À chaque pas, je vois des corps pendus, des femmes immolées, des enfants brutalisés. Qu'apporte mon silence et mon inaction au monde de maintenant. Oui, ce " Vous " m'accuse. Il réactualise les crimes passés à ma présence. Et m'interpelle pour me dire : " et toi, n'as-tu pas piétiné, massacré. Ne t'es-tu pas acharné sur quelqu'un qui t'a paru différent, quelqu'un qui t'a choqué par sa tenue, par ses mots, par sa différence. Et que as tenté de faire taire ? Dis-moi ! Dis-moi ! Dis-moi, as-tu tué un indien aujourd'hui ?



Merci pour ton commentaire empreint de compréhension et d'amour

Citation de M@rselO

Bonjour,
j'ai retrouvé le sujet posté le 11 mai 2017 à 4h52, par Trist@nic, et qui s'intitulait : Acadie, de 1604 jusqu'à...
Il s'ouvrait sur le mémorial de Caraquet, en souvenir du "Grand Dérangement"

64 visites, 6 réponses, dont une qui ouvrait nos "innocentes" connaissances à la culture référencée, rédigée par MonCielEstCrypté le 13 mai à 23h57.

Je peux rouvrir en re-postant ce sujet :
- soit en commentaire, ici, mais je pense que ce "Vous" est plus large que l'époque du "Grand Dérangement"
- soit en nouveau sujet de discussion

Dans les deux cas, et face à l'incompréhension qui génère ici des réactions virulentes, je souhaiterais que les propos choquants soient retirés par leurs auteurs avant de poursuivre.

Je ne suis pas modo, simplement respectueux de la mémoire, étant aussi l'héritier de celle de mon Père, et quelle que soit son âge, la Déportation mérite un traitement bien particulier, avec la sérénité qui permet d'expliquer et de comprendre.

Merci à "Nous" tous

Amicalement



J'aimerai beaucoup le lire. Peux-tu le reposter.
Merci d'avance

 
Goutte de Rosée

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
31 commentaires
Membre depuis
18 octobre 2017
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 14 juin à 08:08
Modifié:  Avant-hier à 20:28 par Goutte de Rosée
Citer     Aller en bas de page

Citation de EFL

Moi aussi je te dis BRAVO, très beau poème qui parle d’une histoire…
Moi à cette époque comme vous tous je n’étais pas né. Donc pourquoi polémiquer sur le sujet ?

Petit, je jouais aussi aux cow-boys et aux indiens en toute innocence, car en ce temps-là, à la télé en France, on regardait des westerns même au dossier de l’écran.
Aujourd’hui, c’est totalement différent. Il n’y a que peu d’histoires mais des émissions à l’image des Selfies, alors on parle souvent de soi et non d’autrui, nous construisons une société qui se normalise alors que la nature nous a offert la diversité, sur cette unique planète, La Terre. C’est dommage…
Bref, encore aujourd’hui, en dépit de quelques siècles d’histoire, mon constat est :
Il est difficile d’Accepter La DIFFERENCE ou d’être dans la TOLERANCE…



Merci pour ton commentaire

Ce qu'il faut aussi savoir c'est que les peuples autochtones du Canada ont fait l'objet d'un véritable génocide culturel qui à duré jusqu'au milieu des années 1980 et dont les missions (église) ont été les principales artisanes.
Un texte est en préparation.


Citation de Le Poète Masqué

Bonjour,

j'ai lu votre poème, "Vous", et l'ai trouvé très fort.

C'est terrible ! Merci de nous rappeler ces faits abominables, que l'on ne doit pas oublier.

J'ai adoré le film "Wolfen", qui est en quelque sorte la vengeance des indiens.

Amitiés



Merci pour ton commentaire
Malheureusement l'Homme, n'a pas su en tirer des leçons. Au contraire, les retours d'expérience ont servi à améliorer la qualité des moyens de destruction.
La période 1850/2000, à fait à elle seule, sur la planète, plus de victimes que 1850 ans qui ont précédés.
Je n'ai pas vu le film que vous mentionnez et je ne le regarderai pas. Se venger: Non. Se souvenir: Oui.











 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 133
Réponses: 2
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0636] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.