Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 5
Invisible : 0
Total : 6
· RiagalenArtem
13251 membres inscrits

Montréal: 5 déc 00:17:48
Paris: 5 déc 06:17:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: La salle des pas perdus. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Titou


Je serai le Ciel, tu seras la Terre. Éternellement indissociables.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
132 commentaires
Membre depuis
16 février 2012
Dernière connexion
28 août 2018
  Publié: 2 juin 2012 à 13:26
Modifié:  10 mai 2014 à 05:13 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Clac, clac, clac...
Mes pas résonnent, je les multiplie par cent.
Je tourne en rond, mais pas si rond, j'attends le jugement.

CLAC, CLAC, CLAC...
Sens-tu l'empressement quand tout en moi doute ?
Il faut que je sache ! Non surtout pas ! Taisez-vous !

Clac, clac.
Le jugement m'attend, on vient me chercher.
Le résultat tombe, j'essaie de le rattraper.
Pour lui pas de cadeau, la mort lui promet perpétuité.

SCRIIIIIIIIIIIIIIITCH.
Je tourne sur moi-même, le cherche, ne le trouve pas.
« Il était là ! »
« Ce n'est plus le cas. »
« Rendez-le moi ! Que je l'embrasse une dernière fois ! »
« Trop tard madame. Dites-vous qu'il n'est pas perdu, pas pour tout le monde. Il n'est plus de ce monde, mais peut-être seulement à deux
trois pas. »

CLAC.
« Je vais le chercher de ce pas. »
« C'est peine perdue. Il faut vous en faire une raison ou votre vie ne restera qu'une salle de pas perdus. »
S'il savait que sans lui, ma vie est déjà perdue.

Clac, clic, clac, clic...
Je boite.
On me raccompagne sur le pas de la porte. Je me souviens qu'entre nous, c'est lui qui a fait le premier pas. Je me rappelle aussi de ses derniers...
Il n'a pourtant jamais fait de faux pas!
De la vie au trépas, il n'y a donc qu'un pas ?
Je perds la raison, la carte, la face, les pédales... et je n'ai même pas de boussole pour les retrouver, je l'ai perdue aussi...

Claac, claac, claac, claac, claac...
Je cours. Je ne sais pas où je vais mais je cours à en perdre haleine... Tant pis, elle sentait mauvais.
Je te cherche à corps perdu, mais j'ai perdu corps et biens.
Je crois que je tourne folle. Tant mieux sans folie je ne pourrai pas reprendre le pas sur la vie.

J'enlève mes chaussures, on n'entend plus mes pas.
Je me dirige sur le pas de tir.
« Mais tirez ! Visez mon cœur, là, et tirez, abattez-moi !
Il faudrait que j'ai un cœur pour cela ?
Vous ne comprenez donc pas que mon cœur ne bat plus depuis que le sien s'est arrêté ?
Si vous ne pouvez rien pour moi, alors je m'enfuis à pas de géant... »

Je pense à lui pendant mes heures perdues, cela tombe bien, je ne gagne jamais.
Je laisse mon esprit partir, et reviens mentalement sur nos pas, nos doux souvenirs.
Je repense à notre amour éperdu, pas une miette nous n'en avons perdue. Mais on m'a enlevé le gâteau.

Cloc, cloc, cloc.
J'ai mis mes talons. Je n'irai pas danser ce soir.
Un slow sans partenaire c'est comme un étang sans grenouille.
Ils me grandissent de dix centimètres.
Peut-être me permettront-ils d'atteindre la fenêtre de la salle des pas perdus.
Je n'ai rien à y faire je ne suis pas une « pas perdue ».
Laissez-moi rejoindre la salle des perdus !
Entre les deux, sur le chemin, je m'enfuirai.
Oui ! Il faut que je m'enfuie, que je me retrouve, à défaut que ce ne soit toi.
Que je réapprenne à vivre et à marcher sur tes pas.

À mon alter ego.


 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
527 poèmes Liste
23827 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
4 décembre
  Publié: 3 juin 2012 à 04:42 Citer     Aller en bas de page

Pas mal avec tous ces jeux de mots.....Pourtant tu avais trouvé chaussure à ton pied.
Merci pour ce loufoque, " il n'y a que le premier pas qui coûte " et tu me donnes l'envie de " t'emboîter le pas " pour faire d'autres loufoques
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Pipa

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
850 commentaires
Membre depuis
22 février 2012
Dernière connexion
7 octobre 2019
  Publié: 4 juin 2012 à 02:51 Citer     Aller en bas de page

Voila mon sourire matinal!!!

J ai adoré le rythme que tu as su maintenir du début à la fin.

Amitié
Pipa

  la vie est belle, même si....
Titou


Je serai le Ciel, tu seras la Terre. Éternellement indissociables.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
132 commentaires
Membre depuis
16 février 2012
Dernière connexion
28 août 2018
  Publié: 6 juin 2012 à 15:52 Citer     Aller en bas de page

Cat à Strophe,
Si mon interprétation te plait alors j'en suis vraiment ravie. Ton avis comptait énormément pour moi.
Merci pour avoir pris le temps de lire et de commenter.

ode3117
C'est effectivement l'expression parfaite pour ce loufoque : j'avais trouvé chaussure à mon pied...mais malgré moi je suis devenu cendrillon et l'ai perdu.
Merci pour ce commentaire au poil. Vraiment plaisant.

Pipa.
Quel honneur. Je te lis souvent, et même si je ne te laisse pas de message je dois t'avouer mon admiration. Alors avoir ce commentaire de ta part... tu m'as transmis ton sourire.
Merci beaucoup!

à toutes : amitiés.
Titou

 
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1032 poèmes Liste
16673 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
4 décembre
  Publié: 6 juil 2012 à 12:12 Citer     Aller en bas de page

mon esprit a franchi le pas pour passer de ta liste de poèmes à ce texte loufoque...et je serais en tort si je disais que je n'avais pas aimé ma lecture, car tu joues avec les mots et pas sans talent ! il est certains textes qu'on aborde, et qui nous font rejoindre nos pas...sions !
félicitations à toi !
amicalement.
pyc.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1189
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0201] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.