Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 38
Invisible : 0
Total : 42
· Chlamys · Gylfi · datura
Équipe de gestion
· FeudB
13232 membres inscrits

Montréal: 27 nov 08:35:10
Paris: 27 nov 14:35:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Les langues, un prélude... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 6 nov 2016 à 11:32
Modifié:  6 nov 2016 à 11:54 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Malgré une réserve naturelle, je m’exprime assez facilement dans la langue de Molière et bien qu'elle ne soit pas dans ma poche, il m’arrive de la perdre mais au grand jamais elle n’est de vipère.

En vous attendant à la terrasse d‘un bistrot, devant un thé fumant et quelques langues de chat, je contemple le spectacle de la ville ; un peu perdue dans mes pensées, je ne vous vois pas approcher ; je trempe les lèvres dans la boisson brûlante et simultanément je tourne la tête… de saisissement, je me brûle la langue.

Confuse, je la perds et n’émet qu’un étrange cri. Amusé, vous me souriez puis prenez place devant moi en commandant un café. Je tente d’articuler un salut de rigueur avec la cloque formée... c’est avec un cheveu sur la langue que j'émets «un bonzour». Cette fois-ci, vous éclatez de rire tandis que je vous la tire afin de comprendre mon handicap passager. Gentleman, vous m’offrez une boule de glace qui fond sous ma langue et la soulage.

Enfin, je la récupère et me lance dans quelques phrases apprises dans votre langue maternelle ; l’expression de votre visage m’indique que j’aurais dû la tenir …Je m’abstiens du mot au bout de ma langue… et sous le coup de l’émotion, elle fourche «Je suis à nouveau profuse» vous dis-je. Hilare, vous me contemplez et je ris. Les langues vont alors se délier et entre nous, aucune n'est de bois.
Plus tard, nous complèterons notre histoire bifide où j’apprécie votre langue de feu et vous, les sept que je tourne dans ma bouche…

Ni vous, ni moi, n’en sommes des mauvaises puisque nous savons manier nos langues… toutes nos langues.


 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
164 poèmes Liste
4789 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
26 novembre
  Publié: 6 nov 2016 à 13:00 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir,
J'aime cette variation sur le langue (age) et son humour et si j'osais je vous dirais bien que prendre langue avec vous ne devrait pas être désagréable.
Amicalement

  Poésie, la vie entière
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 6 nov 2016 à 15:09 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Ulm47,

Juste un sourire furtif pour un prof de français qui détestait les langues bien pendues de sa classe et pour qui la langue de Molière n'était pas source d'amusement....

Ahahah... Vous pouvez oser ....

Amicalement

V

 
Danalore


Lire Une parenthèse dans le quotidien Ecrire Une évasion qui fait du bien
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
674 commentaires
Membre depuis
15 mai 2016
Dernière connexion
25 novembre
  Publié: 7 nov 2016 à 11:28 Citer     Aller en bas de page



J'ai aimé ce jeu de langues, un tableau aux mots joliment léchés

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 7 nov 2016 à 15:19 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Danalore

merci beaucoup....

L'expression du tableau aux mots joliment léchés est bien trouvée...... J'essaierai de m'en souvenir ....


Amicalement

V

 
vivalavie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
38 commentaires
Membre depuis
3 septembre 2016
Dernière connexion
5 mai 2017
  Publié: 10 nov 2016 à 22:19 Citer     Aller en bas de page

Citation de Varh

Malgré une réserve naturelle, je m’exprime assez facilement dans la langue de Molière et bien qu'elle ne soit pas dans ma poche, il m’arrive de la perdre mais au grand jamais elle n’est de vipère.

En vous attendant à la terrasse d‘un bistrot, devant un thé fumant et quelques langues de chat, je contemple le spectacle de la ville ; un peu perdue dans mes pensées, je ne vous vois pas approcher ; je trempe les lèvres dans la boisson brûlante et simultanément je tourne la tête… de saisissement, je me brûle la langue.

Confuse, je la perds et n’émet qu’un étrange cri. Amusé, vous me souriez puis prenez place devant moi en commandant un café. Je tente d’articuler un salut de rigueur avec la cloque formée... c’est avec un cheveu sur la langue que j'émets «un bonzour». Cette fois-ci, vous éclatez de rire tandis que je vous la tire afin de comprendre mon handicap passager. Gentleman, vous m’offrez une boule de glace qui fond sous ma langue et la soulage.

Enfin, je la récupère et me lance dans quelques phrases apprises dans votre langue maternelle ; l’expression de votre visage m’indique que j’aurais dû la tenir …Je m’abstiens du mot au bout de ma langue… et sous le coup de l’émotion, elle fourche «Je suis à nouveau profuse» vous dis-je. Hilare, vous me contemplez et je ris. Les langues vont alors se délier et entre nous, aucune n'est de bois.
Plus tard, nous complèterons notre histoire bifide où j’apprécie votre langue de feu et vous, les sept que je tourne dans ma bouche…

Ni vous, ni moi, n’en sommes des mauvaises puisque nous savons manier nos langues… toutes nos langues.




[justifier][/justifier]

Je souriz et merci pour l'humour.
Deux fois.

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 11 nov 2016 à 03:37 Citer     Aller en bas de page

Merci......pour l'humour... deux fois

Parfois il me manque cruellement mais je me soigne dans ces périodes de disette

Amicalement

V.V




 
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
3033 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
10 novembre
  Publié: 13 nov 2016 à 17:28
Modifié:  15 nov 2016 à 02:24 par Cidnos
Citer     Aller en bas de page

Bonjour
Une lecture fort sympathique ... et appréciée
Bonne zournée
Cidnos

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 14 nov 2016 à 15:44 Citer     Aller en bas de page

Bonzour

et merzi beaucoup... J'ai pris plaisir à écrire ce bref texte en souriant...

Amicalement et bonne soirée

V

 
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
12 février 2017
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 21 févr 2017 à 05:54 Citer     Aller en bas de page


La langue est un muscle heureux, en amour comme en humour et, en ce dernier déjà, j'apprécie la vôtre.

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 21 févr 2017 à 07:26 Citer     Aller en bas de page

Elle peut parfois être de bois... mais celle là ne trouverait pas lecteur sur ce site ... et ne serait ni acclamer en amour ni en humour...
Juste à jeter au feu...

 
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
12 février 2017
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 21 févr 2017 à 13:12 Citer     Aller en bas de page


Jeter une langue de bois au feu, voilà bien ce qui devrait être fait dans nombre de foyers !

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 28 févr 2017 à 07:37 Citer     Aller en bas de page

Nous pourrions aussi parler de celle qui est accrochée à un nouer coulant...

Merci Lucas

Mes pensées amicales

 
PA...

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
1012 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2016
Dernière connexion
28 février 2018
  Publié: 8 mars 2017 à 15:44 Citer     Aller en bas de page

Salutations et paix

Adieussiatz

Petit passage

Avec toute mon amitié




PA

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 8 mars 2017 à 16:32 Citer     Aller en bas de page

oh oh oh.....

Adissiatz PA...

Extrêmement surprise à la lecture de votre "adieussiatz".... .

Un petit passage pour PA... et un grand sourire sur mon visage...

Avec toute mon Amitié

V

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 15 mai 2017 à 08:08 Citer     Aller en bas de page

j'étais pourtant prévenu.
que j'avais la langue bien pendu.
hier j'ai marché dessus.
en empruntant une langue de sable
était-ce parce que j'avais la langue chargée
qu'elle ne pouvait pas tourner sept fois dans ma bouche
que comme ma chienne, j'haletais
même mon chat n'en a pas voulu. (il connaissait l'expression)
j'avais une langue en glaise
de cette terre du languedoc.
le ministre, ça ne s'écrivait pas comme ça ... ah oui, c'était "lang".

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 15 mai 2017 à 16:37 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Jiçé,

Mon palais est aiguisé pour le vin...
Merci de tes mots.... la coquinerie est un joli mot... il convient à tous quel que soit l'âge ...

Amicalement
V



 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 15 mai 2017 à 16:46 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Sam,

Pas mal du tout...
J'ai beaucoup apprécié ....
Ah lorsqu'on parle plusieurs langues....

Merci Sam
V

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
9783 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
24 novembre
  Publié: 12 juin 2017 à 08:18 Citer     Aller en bas de page

question de langues... ou de cheminements d'efforts de volonté de communiquer... tu comprends ce que cette personne te dit ? non mais le courant a l'air de passer.
bisou, sur quelle joue ? sans la langue...

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 13 juin 2017 à 12:42 Citer     Aller en bas de page

Cher Sam,

Celui qui forcerait mon palais d'une langue félonne ... alors couic... il l'aurait coupée...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1408
Réponses: 19
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0398] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.