Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 20
Invisible : 0
Total : 20
13367 membres inscrits

Montréal: 9 juil 07:05:31
Paris: 9 juil 13:05:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Thème photo juin 2020_Crépuscule à Rhodes :: Crépuscule à Rhodes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
5672 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
8 juillet
  Publié: 25 juin à 03:53
Modifié:  26 juin à 01:51 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

 


Photo personnelle




Crépuscule à Rhodes


Après l’âpre traversée
de la mer Égée fracassée
après avoir abordé
toutes les îles du Dodécanèse
toucher Rhodes
c’était ressentir l’Italie

Capitale trente-trois ans
des Possessions italiennes de l’Égée
reprises aux Turcs
cette île a l’âme grecque
et la face latine
depuis le vieux plongeoir du port
jusqu’à la Promenade Miaouli

Un soir de juin très doux
main dans la main avec l’horizon
mes yeux se noyaient aux mauves du soir
qui unissaient ciel et terre

Ce crépuscule avait un goût de miel
une saveur d’Orient profuse
mêlés aux effluves des pavés
brûlés par le soleil
autour de la forteresse

Même la vieille mosquée se faisait lilas
les ocres de la tour médiévale
incendiaient le ciel
de cette lumière rasante du couchant

Loin des plaies saignantes
de la côte Est
ravagée par le tourisme de masse
mes pas tranquilles
me faisaient ressentir Rhodes d’antan

Je voyais les belles romaines
venant s’asseoir sur les bancs
pour regarder à l’Ouest
la vieille balustrade de fer forgé
et le halo poussif d’une vasque opaline
semblant éclairer le ciel
au loin sur leurs rêves d’Italie

Wingen-sur-Moder le 23 juin 2020


 

  La vie commence à chaque instant.
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
119 poèmes Liste
5543 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
7 juillet
  Publié: 25 juin à 04:30 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce poème de voyage.
Ton cliché et tes vers forment, pour moi, un seul et même objet poétique.
Contemplant la photo, j'entends encore l'ocre tes mots.
Chapeau M'sieur et merci pour la découverte.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
196 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 25 juin à 04:42
Modifié:  25 juin à 16:28 par Quitterie
Citer     Aller en bas de page

Un très beau texte, rendant bien la destinée de Rhodes et, de manière presque paradigmatique, celle de nombreuses autres îles de la Méditerranée : perles convoitées, fécondes et hybrides, creusets d'une culture singulière et vivante, bien sûr, mais aussi antres de rêveries, de nostalgies, cernés des vastes horizons où planent nos esprits du fond de leurs replis. Souvent le crépuscule y est plus qu'un coucher où se noient les espaces aux couleurs ouatées ou bien vives des feux d'une simple journée : il est à nos fronts vifs un miroir aux reflets des vents qui nous agitent, une épopée à l'aube, à peine commencée, ou les dernières amarres d'un voyage qui prend fin ; votre poème aussi, rend bien cet effet réflexif où certaines romaines regardent vers l'Ouest cependant que vous-même vous les trouvez si belles. La photo, en revanche, fixe moins toutes ces impressions qu'a su capturer votre poème. Merci pour cette lecture !

 
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
634 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
9 juillet
  Publié: 25 juin à 05:03 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
Quel beau voyage poétique que celui vu par ces mots
j'aime beaucoup.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Emme

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
150 poèmes Liste
3724 commentaires
Membre depuis
22 août 2011
Dernière connexion
8 juillet
  Publié: 25 juin à 05:14 Citer     Aller en bas de page

Bonjour JB,

Très jolie promenade dans ces lieux qui inspirent la douceur.
J'ai aimé la photo et l'atmosphère à travers tes mots.

  la vida son dos dias...vivelos !
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
161 poèmes Liste
4679 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 25 juin à 13:22 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Jean-Baptiste,

Ce beau poème ferait un magnifique incipit à un livre de voyages, de ceux qui t'emmènent si souvent dans les iles grècques.

Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
475 poèmes Liste
9528 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
8 juillet
  Publié: 26 juin à 01:32 Citer     Aller en bas de page

Hello JB,

Tu m'as bel et bien embarquée. J'y suis, j'y reste. Merci pour ce voyage.

 
Didier
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
12 janvier 2005
Dernière connexion
9 juillet
  Publié: 26 juin à 02:16 Citer     Aller en bas de page

Très parlant, des images rapides et claires qui donnent vraiment de l'attrait au texte.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 186
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0361] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.