Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 484
Invisible : 0
Total : 486
· Flora Lynn
Équipe de gestion
· In Poésie
13282 membres inscrits

Montréal: 6 juin 15:14:05
Paris: 6 juin 21:14:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (mai 2020) : "Regard" :: Incendie Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
611 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 8 mai à 05:01
Modifié:  8 mai à 06:06 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Regard sur
L'histoire d'une gamine
Élevée par sa grand-mère
Qui vient de décéder quelques semaines plus tôt et à laquelle elle n'a pu dire au revoir.




Comme pratiquement tous les jours, son regard est braqué sur la maison. La porte est close les adultes ont pris les clefs.
Interdiction d'y pénétrer sauf pour eux.
Prendre quelques effets personnels pour l'habiller.
Elle en est là de sa contemplation
Lorsqu'un bruit énorme la secoue tout entière
Puis des flammes plus loin, immenses, la fumée,
Tout se rapproche très vite, les flammes lèchent le toit de la maison.
La fenêtre de sa chambre, ce vieux lampadaire qui la nuit lui faisait peur
Il va mourir, elle ne le regrettera pas. Ses larmes coulent, tout s'embrase,
Elle y voit ses craies d'art qu 'elle n'a pas rangées fondre comme des bougies,
Couler de graisse sur la table, engluant la nappe en taches sanguinolentes.
Puis sa belle poupée sur l’étagère, droite dans son carton au couvercle transparent,
Debout comme un mannequin dans sa vitrine, jamais elle ne l'a touchée, juste regardée, lui parler
comme à une amie importante. Elle y voit la petite étiquette cousue sur la robe émeraude
En lettres dorées « Gégé ». Tout s’accélère dans son esprit, c'est le pantin de bois articulé pour
ses croquis qui essaie de fuir. Une torche rouge courant sur la table.
Tous ses trésors amassés, bouts de chiffons, petits secrets, l'herbier qu'elle a fabriqué patiemment.
Ses larmes coulent, sans sanglots, juste une rivière d'eau salée à évacuer.
Horrifiée et pourtant autant subjuguée, quand elle voit ses livres, qu'elle entend le bruit du crépitement si particulier du papier comme si elle était juste à côté, en ressentant l'odeur étouffante.
Ces livres, immense trésor qui l’emmène dans leur nuage de fumée. Puis c'est l'apothéose lorsque ses tubes de peinture apparaissent, explosant tels des pétards colorant les flammes de rouge, vert, bleu, arc-en-ciel dans sa tête.
Puis plus rien, deux bras vigoureux l'empoignent, gesticulent, pantins sans voix et sans visage
L'emportant au loin.
Dernière image "mémé" est partie en fumée.


Les journaux publieront
Le feu s'est déclaré au 37 rue B, la teinturerie R s'est embrasée, deux maisons celles du n° 39 et 41 sont dévastées. Heureusement nous ne déplorons aucun décès, ni blessé.

Et moi j'aurais rajouté :
Juste une enfance calcinée.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
5410 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 9 mai à 16:28
Modifié:  9 mai à 16:28 par Lacase
Citer     Aller en bas de page

Bruits, odeurs, sensations... Tout ce qui compte pour elle s'en va en fumée.
Et comme elle est trop jeune, personne ne lui autorise l'accès.
En plus du deuil, ces flammes qui avalent tout. Faisant table rase des souvenirs. De cette vie qui fut !
Très beau texte sur le thème. Merci pour le partage

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
611 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 10 mai à 05:39 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Lacase
Pour ce regard posé sur " Ce bout de mon histoire ...Il y a longtemps, mais certains moments reviennent parfois, une odeur, certaines couleurs.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 113
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0263] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.