Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 233
Invisible : 0
Total : 234
· joycebardawil
13151 membres inscrits

Montréal: 24 févr 22:28:42
Paris: 25 févr 04:28:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Afrodite se défend Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
THOMAS


Ne crains pas d'être ignoré, mais d'être ignorant.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
2756 commentaires
Membre depuis
1er juin 2007
Dernière connexion
28 juillet 2019
  Publié: 9 oct 2017 à 10:56
Modifié:  9 oct 2017 à 11:04 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Pour un meilleur confort de lecture, les "e" muets sont indiqués par une police de taille inférieure  


Afrodite* se défend  

Ses talons cousent à même le bitume échauffé
Le pointillé d'une couture à pas miaulés.

Féline et fière, avec le soleil comme appui,
Baignant l'arrondi des ses boucles noir de suie.

Des petits moineaux, juste nés, par quatre assis
Sur un banc sifflent, prompts à lancer leurs lazzis.

La belle afro : « Dites messieurs, restez courtois !
Je vois bien à vos mines que je vous mets en joie.

Comment procède-t-on ? Faut-il vous mettre à quatre ?
Dois-je être soumission, hurlant à quatre pattes ?

Me prenez-vous pour une proie à capturer ?
Ou cherchez-vous un semblant de virilité ?

Dites-vous bien, moineaux, que pour me satisfaire,
Il faut de l'expérience, il faut du savoir-faire !

Durant les jeux que vous cherchez à m'imposer,
Une note à chacun sera attribuée.

Longueur et durée, bientôt en place publique,
Seront exposées. Je ne suis pas amnésique. »

Les sifflets ont perdu de leur intensité
Et les regards de la belle se sont dessoudés.

Les petits moineaux qui se prenaient pour des lions,
Face à l'ébène fauve ont fui leurs illusions.

Elle a rentré ses griffes et repris sa couture,
D'un pas long chaloupé imprimant ses sutures.



*la faute sur « Afrodite » est volontaire, merci de ne pas corriger en Aphrodite



 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22264 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 février
  Publié: 9 oct 2017 à 17:02 Citer     Aller en bas de page

Je trouve les indications phonétiques (corps de caractère plus petit ) très nuisible à la lecture. Sincèrement : laisse le lecteur libre de sa prononciation.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
200 poèmes Liste
5159 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
24 février
  Publié: 12 déc 2017 à 01:08 Citer     Aller en bas de page

Je partage l'avis d'Aude pour la typo, d'autant que tu n'as pas appliqué ta règle à tous les e muets du texte, qui est beau par ailleurs.

Les moineaux ne peuvent pas savoir ce qu'est une lionne...

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 642
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0275] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.