Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 42
Invisible : 0
Total : 47
· Rose-Amélie · Elodie Daraut · Allantvers · Abdelghani EL MADANI
Équipe de gestion
· Maschoune
13157 membres inscrits

Montréal: 10 déc 13:10:55
Paris: 10 déc 19:10:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: L'art de se vendre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 12 oct 2015 à 11:52 Citer     Aller en bas de page




Il faut une raison, se trouver acculée,
Être en manque d'argent et d'estime de soi,
Ou - fait paradoxal - en son corps, avoir foi
Pour le mettre en avant afin de le louer.

Lorsque avant de se vendre on se retrouve seule,
On veloute sa peau tout en la parfumant,
En tentant d'oublier les funestes amants
Qui, tout à leur jouissance, y poseront la gueule.

Combien valent ces seins, ce cul ou un baiser ?
Ici comme au marché tout doit se monnayer ;
Il faut évaluer les atouts à livrer,
Mettre le juste prix pour ne pas se brader.

Il faudra de leurs doigts nettoyer la douleur,
Ôter le mascara qui aura trop coulé,
De sa dure journée cacher le déroulé,
Et compter les billets... l'argent n'a pas d'odeur.

Quand le soir s'étendra sur notre maisonnée,
On sourira d'amour, embrassant les enfants,
La paix qui régnera chassera les tourments...
Il y aura ce soir du rôti au dîner.


 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 12 oct 2015 à 12:24
Modifié:  12 oct 2015 à 12:42 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

QUOIQOUIJE : Je n'ai pas compris le pourquoi de cette image. Peut-être pourrais-tu me l'expliquer ? J'ai voulu parler d'une femme qui se prostitue pour nourrir sa famille. J'ai un peu de mal avec le concept de tarif pour, je cite : "mettre le petit doigts dans le trou du cul" Mais bon, si c'est ton ressenti...

athena 38540 : Parfois je me dis que c'est quelque chose que je pourrais faire si je ne pouvais pas nourrir mes enfants. Heureusement je n'ai pas (et n'aurai pas) à me poser ce genre de questions. J'avais effectivement publié ce poème précédemment et l'avait effacé cependant un membre m'a gentiment dit qu'il aimerait le relire alors, voila Merci beaucoup.

 
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
567 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 12 oct 2015 à 12:39 Citer     Aller en bas de page

Ishtar
J'ai aimé la façon et les mots employés dans ce texte.
Difficile de savoir les "motivations" mais je crois qu'il est finalement très: facile d'être prisonnier d'un engrenage quand comme tu le dis, il faut faire manger ses enfants.
Nous sommes des louves et je pense que l'on peut montrer les crocs quand nos enfants ont faim.
Je pense que peu de femmes le font par facilité pour une existence plus facile et un max ( si il y a max!) de fric vite fait.
Mais quand tout est noir et que toutes les solutions ont été pesé, analysé et qu'au bout du compte il n'y à rien qu'un trou béant je crois que cela devient une simple question de survie pour sa tribu et qu'à ce moment là, plus de réflexion mais l'action.
Un sujet difficile que l'on ne peut résumer en quelques phrases.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 12 oct 2015 à 12:47 Citer     Aller en bas de page

Citation de FleurImprobable
Ishtar
J'ai aimé la façon et les mots employés dans ce texte.
Difficile de savoir les "motivations" mais je crois qu'il est finalement très: facile d'être prisonnier d'un engrenage quand comme tu le dis, il faut faire manger ses enfants.
Nous sommes des louves et je pense que l'on peut montrer les crocs quand nos enfants ont faim.
Je pense que peu de femmes le font par facilité pour une existence plus facile et un max ( si il y a max!) de fric vite fait.
Mais quand tout est noir et que toutes les solutions ont été pesé, analysé et qu'au bout du compte il n'y à rien qu'un trou béant je crois que cela devient une simple question de survie pour sa tribu et qu'à ce moment là, plus de réflexion mais l'action.
Un sujet difficile que l'on ne peut résumer en quelques phrases.


Merci pour ces mots. Oui les femmes sont des louves prêtes à tout pour la survie de leur progéniture. Je ne parle pas dans ce poème des jeunes filles victimes d'escrocs qui profitent d'elles mais des femme qui prennent cette décision à un moment de leur vie pour faire face au quotidien. Pour nourrir ses enfants, ne pas dormir dans la rue. Je ne les jugerai jamais et les respecte énormément. Je pense que pour beaucoup, s'il existait une autre solution elles la préféreraient. Nous avons toujours le choix mais parfois, les choix proposés ne laissent pas d'autres alternatives.
Merci pour ces mots.

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
288 poèmes Liste
5166 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 12 oct 2015 à 13:27 Citer     Aller en bas de page

En économie, il n'y a pas de morale, une demande, une offre le prix c'est la négociation, La morale qui fait découler des principes pour le respect de soi... tout dépend de la personne. La prostitution des garçons existe aussi. la question, me semble t-il, ce n'est pas de disposer de son corps comme on l'entend mais d'être obligé de se prostituer pour mille raisons. Aujourd'hui, comme hier d'ailleurs l'humiliation des personnes passe par mille et mille situations, les enfants soldats, le retour de l'esclavage, l'exploitation au travail, tous les harcèlements qui poussent parfois au suicide... Le monde n'est pas joli, joli mais c'est nous qui le faisons.

Yvon

  YD
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22198 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 12 oct 2015 à 13:38 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ishtar
QUOIQOUIJE : Je n'ai pas compris le pourquoi de cette image. Peut-être pourrais-tu me l'expliquer ? J'ai voulu parler d'une femme qui se prostitue pour nourrir sa famille. J'ai un peu de mal avec le concept de tarif pour, je cite : "mettre le petit doigts dans le trou du cul" Mais bon, si c'est ton ressenti...



Le ressenti relou !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Emme

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
3508 commentaires
Membre depuis
22 août 2011
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 12 oct 2015 à 14:30
Modifié:  12 oct 2015 à 14:51 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Mag, ou l'art de traiter d'un sujet grave avec justesse et émotion, tout en délicatesse

Je suis par contre très choquée de votre commentaire QUOIQUIJE .

Amitiés.
Emme

  la vida son dos dias...vivelos !
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 12 oct 2015 à 15:31
Modifié:  12 oct 2015 à 15:33 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Citation de Y.D
En économie, il n'y a pas de morale, une demande, une offre le prix c'est la négociation, La morale qui fait découler des principes pour le respect de soi... tout dépend de la personne. La prostitution des garçons existe aussi. la question, me semble t-il, ce n'est pas de disposer de son corps comme on l'entend mais d'être obligé de se prostituer pour mille raisons. Aujourd'hui, comme hier d'ailleurs l'humiliation des personnes passe par mille et mille situations, les enfants soldats, le retour de l'esclavage, l'exploitation au travail, tous les harcèlements qui poussent parfois au suicide... Le monde n'est pas joli, joli mais c'est nous qui le faisons.

Yvon



Se sent-on humiliée lorsqu'on nourrit sa famille ? De qui vient l'humiliation ? de nous ou du regard des autres ? Je ne sais pas. Merci en tout cas Yvon.



Citation de Aude Doiderose

Citation de Ishtar
QUOIQOUIJE : Je n'ai pas compris le pourquoi de cette image. Peut-être pourrais-tu me l'expliquer ? J'ai voulu parler d'une femme qui se prostitue pour nourrir sa famille. J'ai un peu de mal avec le concept de tarif pour, je cite : "mettre le petit doigts dans le trou du cul" Mais bon, si c'est ton ressenti...



Le ressenti relou !



Peut-être que certains hommes sont nostalgiques d'une certaine vision de la rostitutions véhiculée ça et là. Cette image a circulé un temps sur Facebook.
Merci ma doudou.

Citation de Emme
Mag, ou l'art de traiter d'un sujet grave avec justesse et émotion, tout en délicatesse

Je suis par contre très choquée de votre commentaire QUOIQUIJE .

Amitiés.
Emme



Merci beaucoup pour tes mots.

 
Max-Louis

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
508 commentaires
Membre depuis
25 février 2015
Dernière connexion
30 novembre 2016
  Publié: 13 oct 2015 à 02:36 Citer     Aller en bas de page

Bon jour Ishtar,

Je me demandais en vous lisant, s'il ne manquait pas le mot : peur, dans votre texte. La peur de faire la mauvaise rencontre, par exemple ou l'angoisse d'être reconnue par un familier.
Mais, je comprends aussi que le sujet n'est pas simple.

Max-Louis

  Je vis, tu vis, c'est étrange ! Ce que j'écris est fiction … dans un réel déformé.
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
263 poèmes Liste
8824 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 13 oct 2015 à 03:01 Citer     Aller en bas de page

je ne peux pas dire, que j'ai aimé lire un tel assemblage de mots bien exprimé.
YVON a évoqué pour moi les prostitutions des forces de travail.
ces personnes qui on recours à cette utilisation de leur enveloppe corporelle, ont besoin aussi de reconnaissances, ce sont des artisanes, il existait des maisons dites closes aux regards non en manques, et ouvertent aux services évitant les abus non autorisés de consommations.
ça me rappelle les "raisins de la colère", qui se vit encore en france.
merci ISHTAR, de cette évocation, quelles philosophies en tirer ? pour l'artisane ? ou l'usager ? pour les regards extérieurs ? pour les agents des légalités, de constats, de procédures, et des exécutions de sanctions ?
je pense aussi aux enfants qui vont grandir et devoir affronter les intolérances verbales, où trouveront-ils des personnes pédagogues pour les aider à accepter de devoir leur présent à ces choix ?

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
209 poèmes Liste
11562 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 13 oct 2015 à 03:27 Citer     Aller en bas de page

Très beau texte sur un sujet délicat, voire tabou ...

Merci à toi de l'avoir soulevé

  ISABELLE
MUSCADE


Je ne peux m'empêcher ces quelques rimes en vrac, c'est mon petit péché... y a que rime qui m'aille
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
1812 commentaires
Membre depuis
18 septembre 2015
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 13 oct 2015 à 05:24 Citer     Aller en bas de page

Bonjour ISHTAR

J'ai aimé lire ces lignes
Avec l'art de mettre à nu
Un sujet souvent voilé
Qui se pratique dans les rues
Ou les hôtels camouflés
Un peu de monnaie
Pour "baiser" et surtout pour manger !
Une triste réalité.

Amicalement - Muscade

  MUSCADE
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 13 oct 2015 à 19:14 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Magali,

Une magnifique poésie très bien écrite qui aborde un sujet bien triste et très émouvant !
:

Mes amitiés

Sybilla



  Le rêve est le poumon de ma vie
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 17 oct 2015 à 01:54 Citer     Aller en bas de page

Citation de Max-Louis
Bon jour Ishtar,

Je me demandais en vous lisant, s'il ne manquait pas le mot : peur, dans votre texte. La peur de faire la mauvaise rencontre, par exemple ou l'angoisse d'être reconnue par un familier.
Mais, je comprends aussi que le sujet n'est pas simple.

Max-Louis



Les nouvelle technologies permettent à notre époque de garantir certaines choses : l'anonymat entre autre. Ce poème n'est pas exhaustif loin de là, je n'ai effectué aucun travail de fond. J'ai dit les choses de la façon dont je les voyais suite à une situation particulière. Merci pour ces questions.


Citation de Samamuse
je ne peux pas dire, que j'ai aimé lire un tel assemblage de mots bien exprimé.
YVON a évoqué pour moi les prostitutions des forces de travail.
ces personnes qui on recours à cette utilisation de leur enveloppe corporelle, ont besoin aussi de reconnaissances, ce sont des artisanes, il existait des maisons dites closes aux regards non en manques, et ouvertent aux services évitant les abus non autorisés de consommations.
ça me rappelle les "raisins de la colère", qui se vit encore en france.
merci ISHTAR, de cette évocation, quelles philosophies en tirer ? pour l'artisane ? ou l'usager ? pour les regards extérieurs ? pour les agents des légalités, de constats, de procédures, et des exécutions de sanctions ?
je pense aussi aux enfants qui vont grandir et devoir affronter les intolérances verbales, où trouveront-ils des personnes pédagogues pour les aider à accepter de devoir leur présent à ces choix ?



Merci pour ta franchise.Tu as tout à fait le droit de ne pas aimer et de le dire, tu sais Il y a du travail forcé (c'est la très grande majorité de la prostitution). Pour les autres, les prostituées "à l'ancienne" comme on pouvoir dans les films des années 50 ou 60 sont des images d'Epinal. Des femmes sont obligées de se prostituer pour manger, faire des études ou se loger. Il ne s'agit pas de pédagogie et de manque d'éducation mais de manque d'argent pour pouvoir avancer. Merci pour ton ressenti.

Citation de Maschoune
Très beau texte sur un sujet délicat, voire tabou ...

Merci à toi de l'avoir soulevé



Merci beaucoup. Contente qu'il te plaise.

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 17 oct 2015 à 01:58
Modifié:  17 oct 2015 à 02:00 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Citation de imparfaitlibre
Un débat à aborder avec délicatesse quand on voit les drames qui découlent de la prostitution occasionnelle ou involontaire !
La question est toujours la même « que ferions-nous à la place de cette mère de famille ? »
On ne peut juger l'autre !
Un sujet difficile à traiter sans débordement vers le cynique ou le sordide.
Merci Isthar pour n'être tombée ni dans l'un ni d'ans l'autre.
Bonne journée à vous
Amicalement



Merci beaucoup imparfaitlibre. Je ne sais pas ce que je ferais ou plutôt oui, mais j'ai la chance (le plus longtemps possible je le souhaite) de ne pas avoir à faire ce choix.

Citation de Muscade
Bonjour ISHTAR

J'ai aimé lire ces lignes
Avec l'art de mettre à nu
Un sujet souvent voilé
Qui se pratique dans les rues
Ou les hôtels camouflés
Un peu de monnaie
Pour "baiser" et surtout pour manger !
Une triste réalité.

Amicalement - Muscade



Merci pour ces quelques vers si bien tournés.

Citation de sybilla


Bonsoir Magali,

Une magnifique poésie très bien écrite qui aborde un sujet bien triste et très émouvant !
:

Mes amitiés

Sybilla




Merci beaucoup Sybilla.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 990
Réponses: 14
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0515] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.