Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 29
· Lipstick Cindy · MISTERWEBY · ODIN · La Brune Colombe
12901 membres inscrits

Montréal: 22 août 10:51:12
Paris: 22 août 16:51:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Addictions. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
NicoNavel


La poésie est cette musique que tout homme porte en soi
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
345 commentaires
Membre depuis
11 mai
Dernière connexion
14 août
  Publié: 19 juin à 09:12 Citer     Aller en bas de page

De tout temps, l’Homme d’ici-bas,

A combattu avec ardeur

Tous ses péchés les plus ingrats,

Non sans peine et à contre-cœur.



Café, télé, quinté ;

L’apanage du condamné…



Dès lors libéré du sommeil,

Le voilà pris de convulsions,

Flairant le parfum des merveilles

Qui exhale tout le salon.



Neuf heures, onze heures, quatorze heures,

Béni soit le nouvel or noir

L’étourdissant de sa chaleur,

Du petit matin jusqu’au soir.



Café, télé, quinté ;

L’apanage du condamné…



Aussitôt que sonne le glas

D’un travail qui n’en finit pas,

Sa place est toute réservée,

Au centre du divan sacré.



Dès lors, les images s’enchainent

Et mille programmes défilent,

Inconsistants, ternes, futiles,

Pourtant perçus comme une aubaine !



Café, télé, quinté ;

L’apanage du condamné…



Vendredi saint, au crépuscule,

Nous retrouvons notre héros

Prêt à consumer son pécule,

Conforme à tant d’autres nigauds.



Les chevaux rejoignent leurs stalles,

Fugace univers carcéral,

Lui, fait les cents pas et s’irrite,

Epris des démons qui l’habitent.



Café, télé, quinté

L’apanage du condamné



Loin de moi l’idée saugrenue

De moraliser mon propos,

Il n’existerait de vertu

Sans ces innombrables défauts.

 
suri
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
165 commentaires
Membre depuis
20 avril
Dernière connexion
14 août
  Publié: 19 juin à 10:42 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Nico,

La conclusion est évidemment très juste : )

Mais tout de même, je tends à combattre les défauts de routine en faveur des défauts plus palpitants. De temps en temps il faut de l'imagination et du changement dans tous les aspects.

 
NicoNavel


La poésie est cette musique que tout homme porte en soi
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
345 commentaires
Membre depuis
11 mai
Dernière connexion
14 août
  Publié: 19 juin à 11:17 Citer     Aller en bas de page

Exactement !

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
990 poèmes Liste
15942 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
22 août
  Publié: 9 août à 10:57 Citer     Aller en bas de page

Bonjour...

te lire m'a fait penser à une chanson de Florent Pagny qui s'appelle " le mur", dans laquelle il dit ceci à un moment donné :

"piquer du nez devant le prime,
Y a pas mieux pour s'anesthésier les émotions"

La télévision a ceci de vicieux qu'elle nous fait voir des gens, et pourtant, beaucoup sont seuls devant, sans se rendre compte de cette illusion qu'ils ne sont pas réellement entourés.
Quoi qu'il en soit, tu as donné un titre très évocateur, qui m'évoque des personnes dans des passages de vies pas faciles, je leur souhaite de renaître loin de toute addiction.
Amicalement.
pyc.

 
NicoNavel


La poésie est cette musique que tout homme porte en soi
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
345 commentaires
Membre depuis
11 mai
Dernière connexion
14 août
  Publié: 11 août à 10:58 Citer     Aller en bas de page

Ecrire ce texte a été libérateur pour moi, dans ce sens où je suis d'une nature addictive, et que cela m'a permis de tirer un train sur certaines choses

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 115
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0155] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.