Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 255
Invisible : 0
Total : 257
· Nicolas L
Équipe de gestion
· Catwoman
13142 membres inscrits

Montréal: 29 mars 14:47:19
Paris: 29 mars 20:47:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les éphémères (mars 2020) : Un brin de lumière :: Le soleil indiscret (repost) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
136 poèmes Liste
957 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
28 mars
  Publié: 12 mars à 05:52
Modifié:  12 mars à 06:27 par Georges Ioannitis
Citer     Aller en bas de page

Le soleil indiscret


Le long frisson de nos étreintes
À peine enfui
Laisse la délicate empreinte
De notre nuit.

Le jour s’installe lentement,
Et toi du dors.
Le soleil indiscrètement
Chauffe ton corps.

À travers la persienne, il passe
Comme un intrus,
Pour dessiner avec audace
Sur ta peau nue.

Des lignes d’ombre et de lumière,
Qui sur ton dos
Effleurent tes courbes légères
Et sans défauts,

Comme des barreaux de caresses
Qui emprisonnent
Une tendre et douce déesse
Qui s’abandonne.


Georges Ioannitis
Tous droits réservés

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
205 poèmes Liste
5362 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 12 mars à 06:02 Citer     Aller en bas de page

Très beau, et l'alternance rythmique donne du souffle au sujet.

Passer du souk (le précédent brin de lumière) à l'intimité... beau changement de décor.

Un très beau texte que j'emporte dans mon tiroir d'amour.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
172 poèmes Liste
2378 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 12 mars à 06:48 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Georges

" Ton dépoussiérage-repost " est superbe et bien que lus et relus, tes deux poèmes gardent toujours leur éclat, si ce n'est davantage !

Comme le fait justement remarquer JB, ce rythme 8/4 est très agréable à la lecture et apporte à la fois harmonie et intensité à tes vers !

Merci pour cette belle idée de " repartage" très agréable.

Bien à toi et surtout, bonne continuation !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
401 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 12 mars à 08:48 Citer     Aller en bas de page

Un magnifique poème, qui passe par le regard du narrateur, empreint de douceur et de tendresse. Cette l’alternance 8/4 souligne le rythme langoureux de l’ensemble et s'accorde à ce subtil jeu d'ombre et de lumière. Cette scène pourrait être posée sur une toile pour en faire un émouvant tableau. Le clair-obscur est très présent dans cette poésie (dans d’autres aussi), et on comprend pourquoi tu apprécies autant l’œuvre de Caravage. Lucie

 
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
6611 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
13 mars
  Publié: 12 mars à 10:20 Citer     Aller en bas de page

C'est un très beau tableau.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Allantvers Cet utilisateur est un membre privilège


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
39 poèmes Liste
404 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 12 mars à 17:56 Citer     Aller en bas de page

L'ombre et la lumière t'inspirent de magnifiques poèmes. Ici je me suis encore retrouvée face à un écran de cinéma. Une très belle scène.

MariePaule

  MariePaule
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
1002 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 13 mars à 05:37 Citer     Aller en bas de page


Magnifique ! Mais je ne fais que répéter ce qui a été posé avant moi.
Je me plairais à tenter cette alternance des rimes sur cette musique.
Merci Georges.

Adria

 
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
136 poèmes Liste
957 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
28 mars
  Publié: 13 mars à 08:47
Modifié:  13 mars à 09:02 par Georges Ioannitis
Citer     Aller en bas de page

_Merci JB pour ton commentaire. Je trouve très judicieux le parallèle que tu établis entre ces deux textes. L’époque, souvenir lointain ou plus récent, le lieu , promiscuité d’un marché public ou intimité d’une chambre. Dans ta comparaison, tout nous ramène à l’universalité du thème traité. Amicalement, Georges.

_Bonjour Mawringhe, merci d’avoir remarqué cette différence entre l’ancienne et la nouvelle version. J’ai repris l’intégralité de mes textes afin d’en tirer un recueil. Après 6 mois, le travail est presque terminé. Les textes en alexandrins (avant et après corrections) sont toujours présentés dans l’esprit ‘poésie moderne’ ( avec césure épique, suppression de l’alternance du genre des rimes, etc..) ; débarrassés de ces règles qui à mon avis les entravent dans leur version classique. On ne sera pas étonné de conclure que parfois 13 = 12, et de constater que podologie et poésie ne font pas toujours bon ménage. Porte-toi bien, Georges.

_Bonjour Lucie. Ton oreille experte a encore une fois noté l’importance que j’accorde au rythme. Effectivement, l’alternance 8/4 tente de traduire ici le clair-obscur. Autant dans la première illustration du thème du mois que la seconde, la présence de la lumière est essentielle dans le texte, comme bien d'autres. Merci d’avoir remarqué cela. G.I.

 
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
136 poèmes Liste
957 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
28 mars
  Publié: 13 mars à 09:26 Citer     Aller en bas de page

_Merci Patrick pour ta visite. Georges.

_ Bonjour MariePaule. Voilà, tu as bien saisi l’idée que je me fais de la poésie, transcrire des émotions par des images et des histoires, un peu à la manière du cinéma. Merci, pour cette lecture encore une fois très pertinente. Prends soin de toi, Georges.

_ Merci, Adria, pour cette visite. Le choix de la versification doit illustrer le thème et la particularité d’un poème, tout comme chaque bijou mérite un écrin à la mesure de sa beauté. Georges

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
295 poèmes Liste
5356 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 13 mars à 13:58 Citer     Aller en bas de page

J'arrive un peu tard, mais je rejoins tous les commentaires élogieux sur ton superbe poème. Les compliments sur ta belle plume ne sont plus à faire.

Amitiés

Yvon

  YD
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
136 poèmes Liste
957 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
28 mars
  Publié: 14 mars à 09:46
Modifié:  15 mars à 07:36 par Georges Ioannitis
Citer     Aller en bas de page

Merci Yvon, Pour tes encouragements. Georges.

 
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
229 poèmes Liste
4160 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 14 mars à 16:15 Citer     Aller en bas de page

Voici un rai de lumière un brin coquin et qui dessine un bien joli tableau.

Toute en sensualité dans un style qui fait mouche.

Bravo !

Myo

 
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
136 poèmes Liste
957 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
28 mars
  Publié: 15 mars à 07:36 Citer     Aller en bas de page

Merci Myo d'avoir pris le temps de laisser cet agréable commentaire, Amicalement, Georges

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
471 poèmes Liste
22485 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 16 mars à 04:54 Citer     Aller en bas de page

J'arrive un peu tard, mais l'impression reste très bonne.
Heureusement que tu n'as pas fermé complètement les volets, les rayons ont pu s'infiltrer et t'offrir un très beau spectacle et tu as su nous le faire agréablement partager.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
136 poèmes Liste
957 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
28 mars
  Publié: 18 mars à 17:41 Citer     Aller en bas de page

Merci Cigogne pour cette visite. Un commentaire n'est jamais tardif et fait toujours plaisir. Amicalement, Georges.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2168
Réponses: 14
Réponses uniques: 10
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0405] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.