Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 39
Invisible : 0
Total : 40
· PaulMUR
13155 membres inscrits

Montréal: 26 févr 12:24:29
Paris: 26 févr 18:24:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Éphémères Février 2020 : Maquillage :: A coeur d'hiver, faits divers Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
456 poèmes Liste
9002 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
25 février
  Publié: 8 févr à 02:24 Citer     Aller en bas de page

Au jeu du maquillage
Monsieur est bien fort
en faisant main basse
sur le pays

les gens ne sont que fange
des gueux, des pauvres hères
conçus pour financer les costumes
et rouler dans de belles voitures

Il suffit de parler un jour au peuple
à coeur ouvert, des trémolos dans la voix
de paternaliser chacun
comme un bon père

De faire le beau, cabot,
de tendre la main
pour démontrer qu’on est malin
mais pas malingre comme sa population

Monsieur a une famille
très large, déjà fortunée
qui vit grassement, flambe
dans des hôtels particuliers

Mais les gens, quant à eux
vivent en-dessous du seuil de pauvreté
Le salaire de la peur
de la honte, de la faim

qui justifie les moyens car
Un dollar en poche ?
Qu’est-ce que ça représente ?
de la honte, de la grâce du président

Le pétrole rend bien gras
les sociétés écrans
dans les paradis fiscaux
qui y voit transparence

Pauvres de vous, on pense à vous
Mais ne faisons rien
Les valises servent nos campagnes
Autant que nos compagnes

Les compagnons de bénévoles
Ne vous le rendent pas
Ils ne savent rien, ne voient rien
Ils comptent les décomptes

 
Allantvers Cet utilisateur est un membre privilège


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
37 poèmes Liste
355 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
26 février
  Publié: 8 févr à 03:14 Citer     Aller en bas de page

Un maquillage de maquignon...
Après je ne sais plus qui a dit : la dictature c'est "ferme ta gueule" et la démocratie c'est "cause toujours"... J'ai l'impression que l'on glisse presque imperceptiblement vers le "ferme ta gueule", chez nous, l'air de rien.

Merci pour ce texte qui dénonce.

MariePaule


  MariePaule
coldasice

Correcteur


Because we are already the past
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
1044 commentaires
Membre depuis
16 juin 2012
Dernière connexion
24 février
  Publié: 8 févr à 11:33 Citer     Aller en bas de page

Nos éphémères de Février 2020 deviennent les prémices de la campagne électorale pour les municipales 2020
C'est marrant ou plutôt, cela devient triste, j'ai adoré dénoncer et cracher à la gueule de ces politicards
Maintenant, je n'en ai même plus envie

  -
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
1210 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
25 février
  Publié: 8 févr à 11:34 Citer     Aller en bas de page

Quand Cat sort les griffes
Tu aurais pu rajouter les frais de maquillage de notre président

  SHElene
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
53 poèmes Liste
2868 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
25 février
  Publié: 8 févr à 17:45 Citer     Aller en bas de page

J'aime cette approche du maquillage.
Coldasice ne baisse pas les bras stp. Il n'attendent que ça.
Amicalement

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
465 poèmes Liste
22280 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
26 février
  Publié: 9 févr à 13:00 Citer     Aller en bas de page

CAT, c'est du dur à quand le dégel des amants comme le dit la chanson. On ne sait plus sur quel pied danser avec ces politicards, le rimel finira bien par couler. Les médias en plus nous offrent des informations bien maquillées.
Bises ODE 31 - 17

  OM
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
5236 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
26 février
  Publié: 10 févr à 16:12 Citer     Aller en bas de page

Comme un peu de rimel qui coule sur... les politiciens.
J'ai bien aimé

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
456 poèmes Liste
9002 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
25 février
  Publié: 11 févr à 01:37 Citer     Aller en bas de page

Hello,

En fait, une émission sur France Inter concernant la famille SASSOU-NGUESSO aux commandes du Congo Brazzaville et les ''Bien Mal Acquis''. Tous ses membres traînent des casseroles en or, en cuivre, avec beaucoup de pétrole via des sociétés écran et des montages financiers validés par les banques internationales. Des instructions ont été menées en 2018, sans suite. Enfin quelques hôtels particuliers ont été retirés des mains de ces personnes très proches du pouvoir du fait du népotisme.

>Marie-Paule
La phrase que tu mentionnes, on y va...

>Codasice
hahhaha, je ne pensais pouvoir avoir une quelconque force de frappe pour les prochaines éléections

>SHElene
Ha oui, ce sujet m'a mise en boules. J'aurais dû faire un parallèle entre le maquilleur à 10 plaques de notre Président. Hahaha

>Cidnos
Oui, on a tendance à penser qu'on ne peut grand-chose. Les partenaires sociaux sont si peu entendus (sauf quand ils sont déjà en partie d'accord sur les projets).

>Ode3117
Il faut danser sans les politiques - comme dit Stromae. Alors on danse...

>Lacase
Là, c'est du pétrole qui coule, l'activité en est beaucoup plus lucrative.


Merci à tous pour vos commentaires.



 
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
306 poèmes Liste
2642 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
24 février
  Publié: 20 févr à 01:22 Citer     Aller en bas de page

Une vision (je suppose) très réaliste...
Le décor finit par s'effondrer, laissant place à la pure réalité !

Merci de nous l'offrir, visuellement très intéressant


Bonne journée Catherine


marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
456 poèmes Liste
9002 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
25 février
  Publié: 20 févr à 01:41 Citer     Aller en bas de page

Merci Monsieur de ton passage.
Au musée des horreurs et bien mal acquis, ils sont bien placés.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 129
Réponses: 9
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0330] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.