Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 40
13016 membres inscrits

Montréal: 16 nov 23:58:45
Paris: 17 nov 05:58:45
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: Est-ce qu'on a un mot pour le dire? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lily.H


Macadam Lily
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
2673 commentaires
Membre depuis
27 juin 2006
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 24 jan 2015 à 17:05 Citer     Aller en bas de page

Je n’ai jamais compris cette compassion qui me vient, ce besoin de pleurer en silence pour te voir sourire. Pourquoi je préfère me coucher des larmes dans la bouche, pour que tu puisses marcher des heures à la nuit tombée avec le cœur léger. Pourquoi, j’ai besoin du réconfort de t’avoir épargné la culpabilité stérile qui vient avec l’impuissance quand tu ouvres chez moi, des plaies que je pensais jusque là endormies.
J’aime le silence plus que le bruit, à l’évidence. Moi qui lance toujours ces musiques lancinantes plutôt que d’écouter le rien qui fait trembler les murs de ma chambre. C’est presque drôle comme elles semblent pleurer, quand j’acide mon visage à grands renforts de liquide salé. J’ai l’impression que mes pores se creusent en sillons douloureux. Ils dessinent sur mes lèvres scellées, le bonheur à l’envers et qui ne s’éteint bon gré mal gré que si mes yeux brûlés s’autorisent à dormir.
Alors je respire une dernière fois, en soulevant avec moi, toute la détresse qui cogne sur ma poitrine et je me réveille plus fatiguée que la veille. Je ne sais pas hurler, comme je n’ai jamais su frapper un corps à terre. Parce que je vois dans la douleur des autres, dans la douleur que je peux causer aux autres, le reflet de la mienne. Celle que j’aurais voulu qu’on apaise, qu’on emporte pour moi. Celle que je n’ai jamais su ni empêcher ni consoler.
Et j’ai le culot d’avoir pensé que c’était ma plus grande qualité. Celle de comprendre et d’anticiper la souffrance des autres. Mais ce n’est qu’une illusion, gonflée par un égo qui ne sait plus sur quel royaume gouverner. C’est la dignité puérile d’une enfant qui voulait compter. Qui voulait changer le monde, du haut de ses trois pommes croquées.
La vérité, c’est que je ne suis pas grande. Je suis fragile. Je suis faillible et plus encore parce que je ne sais pas l’admettre, à voix haute.

  Ava
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
3565 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 24 jan 2015 à 19:13 Citer     Aller en bas de page

Je n'ai pas trouvé ce mot, moi non plus...Merci

La Brune Colombe

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1179
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0223] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.