Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 28
Invisible : 0
Total : 30
· datura
Équipe de gestion
· FeudB
13232 membres inscrits

Montréal: 27 nov 08:21:10
Paris: 27 nov 14:21:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Des limbes à la lumière Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 24 nov 2016 à 19:08
Modifié:  25 nov 2016 à 00:55 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

Où est donc la lumière ?
Juste dansent les ténèbres
M’occultant la matière ;
Un voyage funèbre
Loin, dans une contrée
Très inhospitalière.
Seule à la lisière
De cette noire forêt
Existent deux futées
Mais vers où cheminer ?
Retrouver le berger,
Celui qui rassemblait
Les brebis égarées.
D’antan, il s’efforçait
De partout les chercher
Afin de ramener
Le cheptel dans le pré
Où l’herbe éclairait
Du soleil rayonné.
Ce travail délaissé
N’a point de repreneur.
Je suis abandonnée
Dans un pays sans lueur.

A force de marcher,
Souffrir me font mes pieds
Et mon âme perturbée
Ne voit point un cueilleur.
Pas déjà n’est mon heure ;
Je dois me recentrer
Chercher les valeurs
Essentielles au cœur
Des autres me délester.
Mes neurones embrumés
Me cachent la clarté.
Je suis tant exténuée,
M’assois près d’une haie.
Ces feuillus pleins de baies
M’incitent à les goûter.


De mes cinq sens, l’odeur
Est le premier charmé.
Envoûtante senteur
Entraînant le toucher.
Cette peau veloutée
Me fait frissonner
Avec sa douce tiédeur.
Rouge est sa couleur,
Mes yeux sont subjugués
Ne peuvent résister,
A l’infernal attrait
De ce fruit tentateur.
Sans aucune pudeur,
Je croque en profondeur ;
Dans un bruit de douleur
La baie saigne et pleure.
Sans la moindre pitié,
Savourant mon méfait
A la saveur sucrée
Au jus acidulé.

Une étrange chaleur
M’étreint de douceur
Et chasse ma pâleur.
Mon cerveau irrigué,
Ma force retrouvée,
Je regarde étonnée
Les limbes s’estomper
Dévoilant le cueilleur.

« Parti est le berger
M’incombe son labeur.
C’est un très grand honneur
D’être son successeur.
Nourris-toi du passé
En prenant le meilleur.
En oubliant ta peur
Choisis de grands projets
Et mène-les à cœur. »

Ce que je suis et fais
Depuis plusieurs années
Un travail de lenteur
Pour garder la candeur
D’une belle âme en paix.

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
16717 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
26 novembre
  Publié: 25 nov 2016 à 10:11 Citer     Aller en bas de page

très beau poème

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 25 nov 2016 à 12:46 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Mido ben

Merci beaucoup...
Parfois l'interface entre réalité et folie est si fine, qu'il est facile de se perdre... Remettre en route nos cinq sens devient une sorte de thérapie...

Amicalement
Bonne soirée

V

 
vivalavie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
38 commentaires
Membre depuis
3 septembre 2016
Dernière connexion
5 mai 2017
  Publié: 25 nov 2016 à 21:21 Citer     Aller en bas de page

Beau est ce poème, quand la candeur dicte le chemin de la poésie.
Merci à vous.:

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 26 nov 2016 à 01:39 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Vivalavie,

La candeur...magique mot pour les adultes et ordinaire pour les enfants.... La prose assume ce que je suis, mais la poésie juste ma part d'enfant...

merci beaucoup
bonne journée
amitié

V

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 27 déc 2016 à 12:09 Citer     Aller en bas de page

ahahah... non, Pluton géné Reus.... pourtant pas une histoire de crampons

 
PA...

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
1012 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2016
Dernière connexion
28 février 2018
  Publié: 9 févr 2017 à 14:11 Citer     Aller en bas de page

Salutation et paix Varh

Avec le plus grand respect pour ton texte
Juste la première et la dernière ligne du premier texte

"Où est donc la lumière, dans un pays sans lueur?"

Les cinq dernières lignes sont un trésor caché

Avec toute mon amitié

PA…

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 11 févr 2017 à 19:18 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir PA...

MErci encore une fois de vos mots....

Parfois, il est difficile d' ouvrir l'esprit pour trouver la lumière... Mais lorsqu'on la retrouve on ne peut oublier le passage obscur et on doit tout tenter pour la conserver...

Les 5 dernières lignes... maintenir le cap fixé...

Avec ma sincère amitié

V.V

 
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
12 février 2017
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 21 févr 2017 à 06:02 Citer     Aller en bas de page

Les grandes lumières sont faites de petites lueurs.

Citation de Varh
Parfois l'interface entre réalité et folie est si fine, qu'il est facile de se perdre...

Voilà aussi pourquoi je déambule.

Amicalement

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 21 févr 2017 à 07:39 Citer     Aller en bas de page

J'apprécie d'autant plus vos déambulations. .. Cette interface est dangereuse seulement elle est aussi attractive tant elle se révèle interessante et instructive

 
josette


la vie est une belle rose qui s'épanouit lentement
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
778 poèmes Liste
4131 commentaires
Membre depuis
20 février 2010
Dernière connexion
12 novembre 2019
  Publié: 21 mars 2017 à 07:35 Citer     Aller en bas de page

magnifique et profond poème,très captivant!

merci VARH, pour ce merveilleux partage,

délicieuse journée,

sincères amitiés,

Josette

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 21 mars 2017 à 19:16 Citer     Aller en bas de page

bonsoir Josette,

Merci infiniment pour vos gentilles paroles... elles me font réellement plaisir...

Douce nuit Josette et encore merci

Toute mon amitié

V

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 1er mai 2017 à 05:21 Citer     Aller en bas de page

Oh merci beaucoup Jiçé

Ce texte est important pour moi..... Cette lumière est celle de l'amour de la vie retrouvé...
J'ai perdu un temps cette flamme cependant j'ai toujours tout tenté pour revenir près d'elle et maintenant si parfois elle vacille jamais elle ne s'éteint...

Merci Jiçé


V

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
3586 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 14 mai 2017 à 15:19 Citer     Aller en bas de page

Cadeau pour cadeau :
"Fragiles, évanescentes, il y a des étoiles qui ne meurent jamais. Elles pâlissent mais n'ont pas de ces gémissements qui leur ôtent la fierté d'être.
Défi insensé de survie : briller jusqu'aux rives de l'ombre. Qu'importe si cette lumière est invisible pour des yeux aveugles. Certains regards suffiront." C'est de moi et c'est pour toi, ce soir...


Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 14 mai 2017 à 16:36 Citer     Aller en bas de page

Oh Riaga......

Merci... C'est un cadeau magnifique...je reste sans voix et j'en suis profondément émue...

Merci encore... pour plus que tu ne peux imaginer


EF

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 814
Réponses: 14
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0298] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.