Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 48
Invisible : 0
Total : 50
· Jacques-Marie JAHEL · ori
13205 membres inscrits

Montréal: 18 sept 07:44:53
Paris: 18 sept 13:44:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Ephémères (Octobre 2009) : Thème Musical :: Sans âge Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 6 oct 2009 à 13:54
Modifié:  6 oct 2009 à 14:17 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Je n’avais que 15 ans et je voulais vivre mais la vie en a décidé autrement. Comment me demanderez-vous ? Simplement par amour maternel. Vous ne voyez toujours pas ? Et si je vous dis Cancer, cela vous parle mieux ?
Ma mère a eu cette maladie, elle a dû vivre avec et s’en est sortie, puis elle m’a eue. Moi je ne demandais rien, mais je l’ai eu, je suis née avec et vis avec, du moins plus pour très longtemps.
Je me suis toujours dit que l’on récolte ce que l’on sème mais à jamais je crois, je me demanderais ce que j’ai bien pu faire de mal pour mériter cela. C’est vrai dans ma jeunesse, j’ai fait quelques bêtises, je l’avoue mais qui n’en a pas fait ?
Alors de la fenêtre de ma chambre, je vois la vie dehors et moi j’attends. J’ai appris à attendre, attendre que la vie s’en aille. Attendre la suite.
Je n’ai plus la force de lire, je ne veux plus que l’on me raconte des histoires, alors je me les invente toute seule. J’imagine des princes qui ne viendront jamais et des cendrillons esclaves à jamais. Pessimiste ? Non juste triste, alors j’atténue ma souffrance. Que feriez-vous à ma place ? Continuer de vivre ?
Mais bien sur, tout parait si simple pour vous, vous qui respirez la santé, il vous suffit de penser « je vais bien » pour vous lever et avoir le sourire aux lèvres. Moi pour me lever je dois prendre une quinzaine de médicaments et encore, cela ne marche pas tout le temps. Alors imaginez ce qu’il faudrait que je fasse pour avoir le sourire aux lèvres.
Je n’ai pas connu l’amour, et j’ai si peu côtoyé l’amitié. Très jeune, j’ai dû apprendre à rentrer le plus vite possible pour faire « ce que j’ai à faire » c’est le code que maman utilise.
Si bien sûr je souris pour elle. Très souvent, je l’entends pleurer une fois la porte refermée. Une fois même, je l’ai entendue dire qu’elle s’en voulait tellement. Que tout était de sa faute si j’étais ainsi.
Comme je me suis dit la maladie ne s’en va pas comme cela. Qu’importe la maladie, si elle disparaît, c’est bien pour aller quelque part. Alors dans un sens, parfois je suis heureuse de l’avoir. Oui heureuse, car cela voudra dire que j’ai permis à ma mère de vivre plus longtemps. Alors si je meurs, je me jure de mourir avec cette idée, de me dire au moins que mon passage sur terre à permis à un être qui m’est cher de vivre plus longtemps.
Alors oui, dans ces instants, je suis heureuse, dans cet instant où je pense à toi, maman, je vis.
Je t’aime maman, ne pleure pas et vis pour moi d’accord ?
Vis pour nous.


Angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
19 août
  Publié: 6 oct 2009 à 14:18 Citer     Aller en bas de page





Que veux-tu que je dise face à ces mots, surtout en ce moment?


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Mustang (libre)
Impossible d'afficher l'image
Tais toi et danse...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
3360 commentaires
Membre depuis
22 novembre 2008
Dernière connexion
19 août
  Publié: 6 oct 2009 à 14:27 Citer     Aller en bas de page



  Toute action entraine une réaction...
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15481 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 6 oct 2009 à 15:06 Citer     Aller en bas de page

Emouvant et plein d'amour tendresse...Alex

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
23520 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
13 mai
  Publié: 6 oct 2009 à 15:17 Citer     Aller en bas de page

comme Alexandra

c'est très émouvant !!! heu très touché

james

  Membre de la Société des poètes Français.
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 6 oct 2009 à 16:33 Citer     Aller en bas de page

Profondément touché, vraiment, ….. Et comme je te comprends…

Amicalement,

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 6 oct 2009 à 16:51 Citer     Aller en bas de page

Ton texte m'a touché j'en ai eu les larmes aux yeux..



amitiés a toi

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1015 poèmes Liste
16386 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
21 août
  Publié: 7 oct 2009 à 03:03 Citer     Aller en bas de page

j'ai été moi même bouleversé par cette écriture qui analyse les choses avec profondeur...Il y a une émotion derrière ces mots qui me prend tout entier sans que tu sois tombé dans la surenchère, c'est vraiment une lecture qu'on fait et dont on a du mal à sortir après tant la souffrance écrite cogne et cogne encore !
amitiés sincères à toi.
pyc.

 
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril 2018
  Publié: 7 oct 2009 à 05:08 Citer     Aller en bas de page



Pour le tit ange hip hip hip!!

c'est beau!

j'aime beaucoup l'idée

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 9 oct 2009 à 22:03 Citer     Aller en bas de page

Tes mots prennent une telle résonance dans la nuit. Comme tout parait futile après t'avoir lue.
Comment te parler sans tomber dans la banalité. Ton courage, l'amour que tu portes à ta mère sont si ....immenses!
Vraiment bouleversée par ma lecture



Amitiés
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Hauteclaire

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
437 commentaires
Membre depuis
2 août 2009
Dernière connexion
21 juillet 2014
  Publié: 10 oct 2009 à 19:07 Citer     Aller en bas de page

  Hauteclaire
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1686
Réponses: 10
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0307] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.