Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 42
Invisible : 0
Total : 45
· Tychilios · ]PeGaSe[ · samamuse
13406 membres inscrits

Montréal: 19 sept 11:19:55
Paris: 19 sept 17:19:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Le Bouffon amoureux #06 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
manusaran
Impossible d'afficher l'image
Je pense autant que je respire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
237 commentaires
Membre depuis
8 octobre 2014
Dernière connexion
14 septembre
  Publié: 9 févr à 07:41
Modifié:  10 févr à 05:32 par Emme
Citer     Aller en bas de page

CHAPITRE 6 : Mise en bouche


Cornelius et son compagnon de cellule se dirigèrent vers la salle des costumes où se trouvaient d'innombrables tenues de bouffons. Sur le chemin entre la cellule digne d'une chambre de luxe et le vestiaire bordélique. Cornelius venait d'apprendre que son compagnon s’appelait Matthew. Celui-ci eut l'idée de se déguiser pour se fondre dans la masse et ne pas se faire repérer. Une agréable odeur venait de la cuisine d'à côté. La sensation de faim était tellement intense qu'ils pénétrèrent dans la cuisine sans vérifier si personne était à l'intérieur. Un grand cuisinier barbu les regarda d'un air joyeux, il leur demanda s'ils pouvaient lui donner leur avis sur ces nouveaux amuse-bouches. Les deux garçons se roulèrent par terre tellement ces mets étaient succulents. À vrai dire cela ne leur plaisait pas plus que ça mais ne pas dire du bien des plats d'un cuisinier c'était le meilleur moyen de l'énerver. Après s'en être mis plein la panse, les deux compagnons décidèrent de mener leur enquête, afin de comprendre pourquoi on les avait kidnappés et surtout pour quelles raisons le cuisinier n'avait pas alerté la garde royale.

  Le rêve et la pensée sont les moteurs de l'humain.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 533
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0164] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.