Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 10
Invisible : 0
Total : 11
· RiagalenArtem
13251 membres inscrits

Montréal: 5 déc 01:28:24
Paris: 5 déc 07:28:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Contrecoup Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lamina
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
50 commentaires
Membre depuis
12 juillet 2019
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 30 jan à 15:19 Citer     Aller en bas de page

Contrecoup

Mes larmes coulent
Ruissellent sur mes joues
Je ne peux les arrêter
Les yeux rouges
Rougis par toute cette douleur
Ma voix qui ne sort plus aucun son
A force d’avoir trop pleuré
Trop crié
Mon corps endolori
Mon regard dans le vide
Car il n’y a plus rien à voir
Plus rien à attendre de cette vie
De ce monde pour moi
Mon esprit embrumé
A maintenant repris conscience
Pour se vider
Vide de tout ce qui le fait souffrir
Tout ce qui le plongeait dans les ténèbres

Raide comme une statue
Mon corps n’est plus le mien
Comme si j’y étais prisonnière
Un bruit, au loin me parvient
Mais je ne peux bouger
Et je sens, je le sens
Que mes mains sont moites, visqueuses
Je n’ai pas encore la force de regarder
De m’éveiller et d’observer autour de moi
Le bruit est de plus en plus près

Je baisse les yeux
Et je les vois, mes mains
Cette couleur sombre sur elles
Je reste là un instant à les fixer
Puis baisse la tête et remarque
Que cette couleur se retrouve sur moi
Un peu partout
Mon esprit est toujours aussi vide
Comme si j’étais à l’extérieur de mon enveloppe charnel
Sur le côté je remarque quelque chose
Je ne suis pas seule dans la pièce
Une autre personne est présente
Un homme grand près de moi
Allongé de tout son long
Lui aussi recouvert de cette couleur
Cette couleur pourprée
Il a les yeux grands ouverts
Il ne réagit pas, aussi raide qu’un piquet

Une arme tranchante égarée sur le sol
Une arme également recouverte de cette substance
Je me relève en titubant
Je ne sais plus où je suis
Et ce bruit de plus en plus fort qui me parvient

Un miroir devant moi
Je peine à me reconnaître
Des blessures partout
Mais cela ne me paraît pas nouveau
Au contraire
Cela sonne comme une vieille rengaine
Je me détourne de ce reflet
Ce reflet qui me rappelle ma faiblesse
Et je le regarde
Là, juste à mes pieds
Pour une fois inoffensif
Il n’y a plus de venin sortant de sa bouche
Plus de geste violent à mon encontre
Plus d’excuses pitoyables
Pour justifier son comportement à mon égard

Mes souvenirs refont surface petit à petit
Ma mémoire se remet en marche
Je retrouve mes esprits
Ce n’est pas ce que je souhaitais
Je désirais simplement avoir la paix
Ne pas trembler chaque fois qu’il s’approchait de moi
Ne pas me demander ce qui se passera
Je voulais seulement lui montrer
Lui prouver que je n’étais pas faible
Que je pouvais moi aussi me défendre
Je ne voulais rien qu’une fois
M’endormir et me réveiller
Sans avoir cette peur au ventre
Mais tout a dérapé
Je me sens libérée mais
En même temps
C’est comme si j’y avais perdu mon âme
Il a tout de même gagné

Le bruit est maintenant devant ma porte
Ils sont là
Ils vont m’emmener
Je fixe l’objet tranchant
Je le ramasse
Je me dis « Pourquoi ne pas le rejoindre après tout ? »
J’y ai tout perdu
La porte se fracasse sous leurs coups
J’inspire tremblante
Les larmes inondent mon visage
Il m’a tout de même volé ma vie
Alors qu’il a perdu la sienne
Je ne peux que m’écrouler
Devant eux, tout espoir d’avenir me quittant
Je voulais juste me défendre,
Peut-être le comprendront-ils
Je m’en remets à eux
C’est tout ce que je peux faire à présent.

LAMINA

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
321 poèmes Liste
5798 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
3 décembre
  Publié: 31 jan à 11:38 Citer     Aller en bas de page

La violence faîte aux femmes est malheureusement toujours d'actualité


Yvon

  YD
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 593
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0178] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.